Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ligne capillaire fret du Bec d’Ambès : une infrastructure renouvelée au service de l’activité industrielle et de l’emploi

29 juillet 2016 - Transports
Imprimer

Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Anne-Laure Bedu, Conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine chargée du transfert, de l’innovation et de l’accélération économique, Claude Mellier, Vice-présidente de Bordeaux Métropole chargée des infrastructures routières et ferroviaires, et Patrick Jeantet, Président de SNCF Réseau, ont inauguré ce vendredi 29 juillet la ligne capillaire fret rénovée du Bec d’Ambès en Gironde.


Cette ligne locale de fret, d’une longueur de 15 kilomètres, qui relie Bassens au Bec d’Ambès, permet la desserte d’une dizaine d’entreprises industrielles de la presqu’île, pour qui elle constitue un élément essentiel de leur activité. Chaque année, ce sont ainsi plus de 300 000 tonnes de marchandises qui transitent sur cette ligne.

Construite dans les années 1920, l’état de cette ligne s’était progressivement dégradé.
L’engagement collectif de l’Etat, de l’Europe, de la Région Nouvelle-Aquitaine, de Bordeaux Métropole, de SNCF Réseau, a permis la mobilisation d’une enveloppe de 20 M€ pour assurer le renouvellement de cette infrastructure entre février et juillet 2016, à hauteur de : 6M€ pour l’Etat (29,80%), 5,878M€ pour la Région Nouvelle-Aquitaine (29,20%), 1,958M€ pour Bordeaux Métropole (9,73%) ; 2,270M€ pour SNCF Réseau (11,27%) ; et 4,027M€ pour l’Union Européenne (20%).

Ce chantier a également pu aboutir grâce à l’implication forte du Grand Port Maritime de Bordeaux, qui s’est engagé dans la recherche des financements et qui, avec sa filiale, va prendre en charge la gestion de la ligne.

Pour Alain Vidalies, « la ligne du Bec d’Ambès est un parfait exemple de ce que la mobilisation collective de l’Etat et des acteurs locaux peut permettre pour la sauvegarde du réseau capillaire, indispensable à l’activité industrielle de notre pays et à l’emploi. Elle illustre pleinement la dynamique qui doit être engagée sur l’ensemble du territoire ».

Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, souligne « l’importance stratégique de cette ligne fret pour le développement économique du port, qui permet de soutenir 300 emplois directs, environ 6.000 emplois indirects et 1,5 million de tonnes de trafic maritime tout en évitant le recours au transport routier. Au-delà des investissements destinés à maintenir en état le réseau ferroviaire, la Région souhaite rappeler plus largement sa volonté de voir aboutir des projets d’envergure européenne tels que l’Autoroute Ferroviaire Atlantique en passe d’être relancée dans le cadre de l’Eurorégion Nouvelle-Aquitaine/Euskadi ».

Pour Bordeaux Métropole, « la modernisation de la ligne de fret du bec d’Ambès revêt une importance stratégique pour l’activité de la zone industrialo-portuaire d’Ambès, site économique majeur du territoire métropolitain. Ce projet, auquel la métropole a participé à hauteur de 1 959 500€ (200 00€ pour les études et 1 759 500€ pour les travaux), doit permettre de renforcer le dynamisme et l’attractivité économique de Bordeaux Métropole ».

Pour SNCF Réseau « les lignes locales dédiées au fret (lignes capillaires fret) sont un maillon important du transport de fret ferroviaire. Elles représentent sur la région Nouvelle Aquitaine 300 km de lignes. SNCF Réseau est un acteur volontariste du fret ferroviaire ».

Télécharger le communiqué de presse (PDF - 182 Ko)
 

Imprimer