Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Les débats citoyens pour la planète

Les débats citoyens pour la planète, c’est un cycle de débats consacrés aux sciences du vivant et à la biodiversité, une fois par mois au ministère.


Pour prolonger les échanges de la COP21 et continuer ainsi le travail de réflexion, de mobilisation jusqu’à la COP22 qui aura lieu à Marrakech, un cycle de débats avec des philosophes, anthropologues, sociologues, scientifiques, économistes, artistes engagés dans le développement durable a été mis en place autour des grands enjeux liés à la science du vivant et à la biodiversité.

Ces débats, animés par Gilles Bœuf, conseiller scientifique de Ségolène Royal, ont lieu une fois par mois à l’hôtel de Roquelaure, le jeudi de 19h à 20h30 autour de 3 à 4 personnalités.


8 novembre 2016
Imprimer

Sommaire :


      

Mardi 4 octobre : La nature, source d’innovation ?

13 septembre 2016 (mis à jour le 8 novembre 2016)


Le ministère a accueilli le 5e débat citoyen pour la planète, mardi 4 octobre à l’Hôtel de Roquelaure. Le thème "La nature, source d’innovation ?" a permis aux participants de découvrir ou redécouvrir le génie de la nature, véritable réserve insoupçonnée d’inventivité.

Revoir l’intégralité du débat en vidéo

La bio inspiration du vivant, qu’on appelle aussi le biomimétisme, consiste à faire de la recherche en tirant parti des solutions et inventions produites par les animaux ou les plantes.

Cette discipline, en forte croissance, est au cœur des stratégies d’innovation des entreprises de la transition écologique, la nouvelle révolution industrielle en cours. Elle est aussi une école d’humilité et de curiosité.

Jacques Livage, chimiste, spécialiste de la chimie douce, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des sciences, Kalina Raskin, docteure en biologie, chargée du développement scientifique du CEEBIOS (Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme de Senlis), Christian Courtin-Clarins, président du conseil de surveillance Clarins, ont participé au débat.

      
Imprimer