Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Mise à jour de l’inventaire SECTEN : émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre

24 septembre 2015 (mis à jour le 2 octobre 2015) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Publié chaque année par le CITEPA pour le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, l’inventaire SECTEN comporte les derniers chiffres sur l’évolution des émissions de polluants en France, une synthèse des engagements de l’État et de leur respect ainsi qu’une analyse comparative entre la France et les autres pays du monde. Les données du rapport 2015 ont été consolidées par une nouvelle version, mise à jour au mois de septembre.


L’inventaire SECTEN présente ses données selon un découpage correspondant aux entités économiques traditionnelles telles que l’industrie, le résidentiel/tertiaire, l’agriculture, le transport routier, etc. Les résultats couvrent la période 1990-2013.

Pour la plupart des substances, les émissions ont été fortement réduites au cours des dix ou vingt dernières années et plus particulièrement sur la période 1990-2013. Les détails sont exposés dans le schéma ci-dessous.

Schéma : CITEPA

Pour la quasi-totalité des substances, les niveaux d’émission les plus bas enregistrés depuis le début des observations (1960 à 1990 selon les substances) interviennent sur la période 2009-2013 dont près de la moitié durant cette dernière année.
Les estimations préliminaires pour l’année 2014 s’annoncent plutôt favorables dans la mesure où le niveau estimé est en-dessous ou très proche de celui observé en 2013. (Toutefois, les pré-estimations pour l’année 2014 sont à considérer avec précaution car en attente de consolidation).

Les résultats de l’inventaire SECTEN 2015 sont également appréciés au regard des objectifs de la France dans le cadre des Conventions internationales et des directives de l’Union européenne, en particulier du point de vue du changement climatique ainsi que celui de la pollution atmosphérique transfrontière et de la qualité de l’air. Les évolutions observées sont dans l’ensemble encourageantes et traduisent notamment les efforts de réduction entrepris.

 

Imprimer