Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Nouvelle étape dans la mise en place de l’Agence française pour la biodiversité

29 février 2016 (mis à jour le 1er mars 2016) - Eau et biodiversité
Imprimer

Lundi 29 février, Ségolène Royal et Barbara Pompili ont réuni au Muséum national d’Histoire naturelle les membres du conseil d’administration inter-établissements de l’Agence française pour la biodiversité. Cette rencontre marque une nouvelle étape dans sa mise en place opérationnelle, prévue dès promulgation de la loi pour la Reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.


Lancement de la phase d’installation

Devant les membres du Conseil d’administration de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, de l’atelier technique des espaces naturels, de l’agence des aires marines protégées et de l’établissement des Parcs nationaux de France, la ministre a lancé la phase d’installation de l’Agence française pour la biodiversité :

  • Ségolène Royal a demandé à Christophe Aubel d’assurer la direction de cette phase d’installation. Compte tenu de sa capacité de dialogue pour porter le sujet biodiversité depuis 15 ans, il sera un facteur de fédération des parties prenantes. A cet égard, Ségolène Royal a salué le rôle d’Humanité et Biodiversité et le parrainage d’Hubert Reeves.
  • Pour que l’agence soit un outil de l’excellence française de la biodiversité, tous les moyens financiers et humains existants au sein des organismes sont garantis. L’agence disposera, outre son budget de 230 millions d’euros, de 60 millions au titre des programmes d’avenir et de la contribution de 250 millions d’euros des agences de l’eau consacrée à la biodiversité.
  • L’ensemble des agents de l’Agence seront également au cœur de la réflexion et des travaux de co-construction.

L’année 2016 doit être l’année des avancées sur la biodiversité

Barbara Pompili, secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, a précisé que « la nouvelle agence ne part pas d’une feuille blanche, mais d’équipes, d’agents, de compétences, de métiers, de savoir-faire qui existent dans les quatre organismes intégrés qui ont chacun leur propre identité. Mon rôle, et celui de mon équipe, sera d’assurer à partir de maintenant un accompagnement de proximité ».

Gilles Bœuf, conseiller scientifique de Ségolène Royal, a rappelé les grands enjeux et les grands défis des sciences du vivant.

Crédits photo Une : Bernard Suard/MEEM-MLHD

Imprimer

Voir aussi

Tout sur le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

----------------------------------------------

----------------------------------------------

Le site de l’Agence française pour la biodiversité

----------------------------------------------

Téléchargez le communiqué de presse (PDF - 97 Ko)