Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

L’observatoire national de la biodiversité (ONB) et les indicateurs

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la biodiversité (2011-2020), des indicateurs ont été construits depuis début 2006 pour renseigner le public sur l’état et l’évolution de la biodiversité en France métropolitaine et à l’outre-mer.
L’observatoire national de la biodiversité est chargé de cette mission.


13 juin 2014 - Eau et biodiversité
Imprimer

Sommaire :


ONB – Observatoire National de la Biodiversité

13 juin 2014 (mis à jour le 31 mai 2016)



 

Contexte

Les objectifs de stopper ou ralentir l’érosion de la biodiversité à l’horizon 2010, pris aux niveaux international, européen et national sont considérés comme non atteints par la grande majorité des acteurs. Pourtant, tous concèdent la grande difficulté à mesurer les progrès ou dégradations de la biodiversité, en l’absence de système complet et organisé de suivi continu de la biodiversité, d’état de référence et de tableaux de bord permettant de suivre les évolutions et réorienter l’action.

La création d’un observatoire de la biodiversité répond à de multiples enjeux, identifiés de longue date, en particulier par la stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) de 2004. Les débats du Grenelle Environnement ont confirmé ce besoin. L’engagement n° 79 du Grenelle Environnement, traduit dans la Loi dite « Grenelle I » en son article 25, prévoit ainsi la création d’un observatoire national de la biodiversité (ONB), s’appuyant sur le système d’information sur la nature et les paysages (SINP).

 

Objectifs

Afin de caractériser l’état de la biodiversité et son évolution, la société a besoin de repères fiables permettant un pilotage efficace des politiques (décideurs et gestionnaires) et un débat démocratique large et constructif (citoyens). Pour cela, des jeux d’indicateurs contribuent à éclairer le débat en amont des décisions d’une part et suivre leurs effets en aval d’autre part.

L’ONB doit proposer des indicateurs – nouveaux ou existants – adaptés aux différents publics intéressés, aux différentes échelles pertinentes et sur l’ensemble des enjeux, en particulier ceux retenus dans la SNB. Il doit contribuer à l’appropriation par l’ensemble de la société des enjeux liés à la biodiversité. Il a donc pour missions de :

  • bien comprendre les enjeux et les traduire en questions  ;
  • élaborer des jeux d’indicateurs qui apportent des éléments de réponse à ces questions ;
  • les renseigner (avec rétro-action sur la structuration et la production des données) ;
  • les mettre à disposition de tous, décideurs et gestionnaires, publics et privés, citoyens.

Il assure la production d’indicateurs de suivi des effets des politiques et des comportements sur la biodiversité, qu’il porte à connaissance des acteurs en charge de l’évaluation, du rapportage, de l’expertise, de la communication et de la recherche. Il n’assure pas lui-même ces différentes fonctions. Il organise le choix, la construction et le mode de calcul des indicateurs en veillant à la transparence de ce travail.

A ces fins, il s’appuie sur les systèmes d’information existants : sur le système d’information sur la nature et les paysages (SINP) pour recueillir les données provenant des différents producteurs rassemblés en son sein, sur d’autres systèmes pour des données relatives à l’environnement physique et aux activités de la société.

En savoir plus sur l’ONB, son organisation et ses activités.

Imprimer