Votre énergie pour la France

Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Oyez, oyez : c’est la Semaine européenne de la réduction des déchets !

15 novembre 2013 (mis à jour le 22 novembre 2013) - Prévention des risques
Imprimer

Du 16 au 24 novembre, le ministère du Développement durable et l’Ademe organisent la Semaine européenne de la réduction des déchets. Objectif : sensibiliser chacun à la nécessité de réduire la quantité de déchets au quotidien.


 La Semaine européenne de la réduction des déchets vise à informer et sensibiliser le grand public, les professionnels, les collectivités, les associations ou les établissements scolaires sur les gestes qui permettent une réduction des déchets. À la maison, au bureau, en faisant ses achats ou même en bricolant, il est en effet possible de réduire ses déchets au quotidien.

Ce qu’on trouve dans nos poubelles

  • Chacun d’entre nous jette en moyenne 390 kg de déchets par an dans les poubelles et containers de tri auxquels s’ajoutent les 200 kg qui sont apportés en déchetteries : c’est deux fois plus qu’il y a 40 ans.
  • 32 % des ordures ménagères sont des emballages
  • On trouve dans nos poubelles 7 kg par an et par habitant de produits alimentaires non consommés encore emballés et 13 kg de restes, de fruits et légumes abîmés et non consommés.
  • Une étude définissait entre 1999 et 2007 les grandes catégories des déchets trouvés dans nos conteneurs :
putrescibles (32,2 %), les papiers-cartons (21,5 %), le verre (12,7 %), les plastiques (11,2 %), les textiles (10,6 %, dont les textiles sanitaires), les métaux (3 %) et divers matériaux composites ou non classés (8,9 %). Depuis, on note une légère baisse de la part des emballages (carton, plastique et verre) qui est passée de 39 à 32 %. En parallèle, on note près de 9 % de textiles sanitaires (couches, lingettes, mouchoirs papier …), une augmentation significative depuis 1993.

 

Enfin la quantité de certains composés toxiques dans les déchets a baissé de façon importante comparée aux analyses réalisées en 1993, probablement du fait de la progression des collectes sélectives des déchets dangereux diffus, notamment en déchetterie, ainsi qu’à une meilleure conception de nombreux produits.

Acheter éco-responsable : prévenir la production de déchets à son échelle

Limiter la production de déchets, c’est avant tout changer son comportement d’achat. Pour devenir un acheteur éco-responsable, on peut choisir des produits avec moins d’emballage, ayant une longue durée de vie ou étant réparables. Les produits porteurs d’écolabels, conçus pour avoir un impact réduit sur l’environnement sont aussi à privilégier.

Adopter le bon geste, c’est :

  • faire ses courses avec un caba plutôt que d’utiliser des sacs plastiques à chaque passage en caisse ;
  • préférer les produits en format familial pour limiter les emballages ;
  • éviter l’achat de produits à usage unique (lingettes, assiettes en carton) ;
  • conserver les tubes de certains produits en achetant des éco-recharges ;
  • lorsque l’utilisation d’un produit est temporaire, penser à le louer au lieu de l’acheter ;
  • offrir des cadeaux dématérialisés (place de concert ou abonnement …) :
  • recharger ses piles électriques ;
  • etc...

Choisir des équipements labellisés

L’écolabel européen ou NF environnement garantissent à la fois la qualité d’usage d’un produit et ses qualités écologiques, tout au long de son cycle de vie. Pour obtenir un écolabel, le fabricant soumet son produit à un référentiel précis. C’est une démarche volontaire. Les produits doivent être conformes à des critères spécifiques à chaque catégorie de produits. Ils prennent en compte le cycle de vie du produit et différents types d’impacts environnementaux. De nombreux produits de grande consommation (réfrigérateurs, machines à laver…) sont déjà porteurs de ces écolabels. Voir la liste dans le document proposé par l’Ademe (p10)

Imprimer