Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Pêche profonde : je me réjouis que l’Europe ait entendu ma demande et celle des citoyens européens depuis des dizaines d’années

1er juillet 2016 - Eau et biodiversité
Imprimer


C’est l’aboutissement d’un long combat qui permet aujourd’hui à l’Europe d’interdire le chalutage en eaux profondes en dessous de 800 mètres.

La Nature a mis des siècles à construire les écosystèmes marins de grandes profondeurs qui sont donc particulièrement vulnérables, qui rendent des services innombrables pour la planète et qui doivent être particulièrement protégés.

A mon arrivée au ministère, à la demande de l’Association Bloom et du WWF, j’ai rendu publiques les données de l’IFREMER sur la pêche profonde qui n’étaient pas accessibles et je les ai transmises au Commissaire européen en charge de l’Environnement afin d’interdire cette pratique.

La France a ensuite apporté un appui décisif au texte européen qui a intégré l’interdiction du chalutage en dessous de 800 mètres.

J’ai par ailleurs soutenu à plusieurs reprises l’intégration d’un article interdisant le chalutage en eaux profondes dans le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (cf. vidéo de mon intervention au Sénat en janvier 2016).

Je souhaite que ces dispositions entrent en vigueur dans les meilleurs délais. Afin de mettre en œuvre sans délai cette nouvelle mesure, je publierai prochainement un arrêté anticipant l’interdiction du chalutage profond à moins de 800 m en France avant le 1er septembre 2016.
 

Vidéo : 1ère lecture de la loi Biodiversité au Sénat, Article 56 visant à interdire le chalutage profond – 22 janvier 2016

Télécharger le communiqué (PDF - 100 Ko)

Imprimer