Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Perturbation du réseau

6 avril 2016 (mis à jour le 4 juillet 2016) - Transports
Imprimer

Les perturbations du réseau relèvent essentiellement de tout évènement, prévisible ou non, qui pourrait conduire à réduire le nombre d’avions traversant la zone impactée ou rejoignant l’aéroport concerné.

 

Délais générés en pourcentage – ventilation par type de perturbations

 

Evènements Spéciaux

En 2015, la mise en œuvre du nouveau système de gestion du trafic aérien EEE (Environnement Electronique ERATO) a généré la quasi-totalité des délais codés "Special Event".

  • La sécurisation des phases de transition aux nouveaux systèmes ATM passe par une réduction mesurée et régulièrement évaluée de la capacité. C’est un pré requis essentiel afin de parfaire en condition de trafic réel l’expertise des contrôleurs aériens. Ces phases de transition garantissent que les acteurs de premières lignes pourront maintenir un haut niveau de sécurité tout en répondant aux augmentations de capacité prévues.

 

Mouvements sociaux ATC

Les grèves ATC les plus impactantes ont eu lieu en avril 2015 et ont généré près de 400 000 minutes de délai.

  • Mise en œuvre du service minimum dès que nécessaire
  • Trouver des accords sociaux sur le long terme

 

Evènements météorologiques

90% des délais météo concernent les zones terminales et les aéroports. Cependant, le mois de juillet 2015 a été particulièrement critique pour les centres en route. En effet l’espace aérien géré par les CRNA SO, SE et E a été frappé par une ligne orageuse importante qui a généré 80 000 minutes de délai.

  • Améliorer les prévisions météorologiques,
  • faire la promotion de procédures collaboratives "perturbations météorologiques",
  • CDM & cellule de crise,
  • anticiper et mettre en œuvre les procédures de contournement,
  • mettre en place des procédures opérationnelles innovantes comme l’optimisation de la gestion du trafic par faible visibilité à Paris-CDG.

 

Capacité ATC

En 2015, les délais par manque de capacité ATC représentaient 40% de la totalité des délais et concernaient essentiellement les centres en routes de la navigation aérienne, justifiant ainsi le besoin de générer plus de capacité dans les espaces concernés.

  • Utiliser au mieux les mesures de gestion de flux disponibles (ATFCM Air Traffic Flow and Capacity Management afin d’assurer un équilibre entre demande de trafic et capacité disponible),
  • Améliorer la prédictibilité du trafic et la stabilité du réseau. Cliquer ici pour en savoir plus sur les procédures et les outils de la DSNA en matière de respect de plan des plans de vol déposés.
  • mettre en œuvre des solutions collaboratives en pré-tactique comme le CAP (Collaborative Advanced Planning),
  • Conduire un plan ambitieux de modernisation technique,
  • améliorer les espaces aériens et faire la promotion d’une gestion plus flexible de l’espace aérien entre besoins civils et militaires,
  • Négocier avec les personnels opérationnels pour des tours de services adaptés à la demande.
     
Imprimer