Journées européennes du patrimoine 2014

Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Pollution aux particules : mise en place de la circulation alternée

14 mars 2014 (mis à jour le 15 septembre 2014) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Suite au pic de pollution et compte tenu des prévisions, le Premier ministre, après consultation des ministres chargés de l’écologie, de la santé, de l’intérieur et des transports, a décidé la mise en place, à Paris et dans la petite couronne, du dispositif de circulation alternée à compter de lundi 17 mars 5H30. Retrouvez les informations pratiques.


Dès le 13 mars, Philippe Martin avait annoncé une série de mesures.

L’ensemble des régions touchées fait l’objet de mesures adaptées : limitation de vitesse sur routes et autoroutes, gratuité du stationnement résidentiel, limitation des épandages agricoles, contacts avec les industriels pour une réduction provisoire de leur activité, priorité donnée aux transports en commun...

En Ile-de-France, des mesures ont été prises par la Préfecture de Police visant à baisser de 20 km/h la vitesse autorisée sur les routes, à détourner les poids-lourds en transit, à limiter les émissions des sites industriels. La Ville de Paris a quant à elle décidé de rendre gratuits Velib et Autolib.

Au-delà de ces mesures, à la demande du Premier ministre et en accord avec le président de la Région Ile-de-France, président du Syndicat des transports d’Ile-de-France, les transports publics franciliens sont gratuits à partir de vendredi 14 mars, jusqu’au dimanche soir 16 mars.

L’épisode de pollution de l’air étant exceptionnel par sa durée et son ampleur, le Premier ministre, en lien avec Philippe Martin, a annoncé le 15 mars l’application de la circulation alternée à Paris et en petite couronne.

  • lundi 17 mars (jour impair), seuls les véhicules dont le numéro d’immatriculation est impair pourront circuler à Paris et en petite couronne.
  • Si la mesure devait être confirmée pour mardi, ce serait au tour des véhicules à numéro pair de pouvoir circuler.

Les transports en commun resteront gratuits le 17 mars et seront renforcés :

  • la fréquence des trains sera accrue sur les lignes automatiques du métro parisien (les lignes 1 et ligne 14).
  • des rames de train doubles circuleront non seulement aux heures de pointe, mais aussi tout au long de la journée sur les RER (A à E) et sur les lignes H et L du Transilien, ce qui permettra de doubler la capacité de transport de passagers au cœur de la journée sur certaines de ces lignes. Néanmoins, afin de ne pas surcharger davantage les heures de pointe, il vivement recommandé de décaler autant que possible les trajets vers les heures creuses (de 9h30 à 16h30).

La circulation des poids lourds sera pour sa part interdite dans la zone concernée par la circulation alternée. Néanmoins certaines dérogations sont prévues (secours, dépannage, transports collectifs, chantiers, produits alimentaires et périssables etc). Par ailleurs, comme depuis jeudi, les poids lourds en transit dans la région Ile de France doivent emprunter les axes de contournement (la Francilienne notamment).

Mode d’emploi de la circulation alternée

 Comment fonctionne l’autorisation de circulation selon les plaques ?

Les véhicules sont différenciés par le groupe de chiffres de la plaque, mais pas par le numéro du département. Il s’agit du premier groupe de chiffres dans les anciennes immatriculations, du groupe de chiffres au milieu dans les nouvelles immatriculations. Les deux roues sont également concernés.

Quels véhicules sont autorisés à circuler dans tous les cas ?

Pour les particuliers :

  • les véhicules « propres » : hybrides, au GNV, au GPL ou électrique
  • pour favoriser le covoiturage, les véhicules particuliers transportant au moins 3 personnes
  • les voitures immatriculées à l’étranger

Pour les professionnels :

  • les voitures des salariés des transports publics qui doivent rejoindre leur poste
  • les véhicules de secours ou liés à la santé (ambulances, transport de personnes handicapés, livraison de médicaments…)
  • les véhicules transportant des produits périssables, de l’alimentation
  • les camionnettes (véhicules utilitaires légers de moins de 3,5 tonnes)
  • les cars et autobus
  • les véhicules se rendant sur des chantiers
  • les véhicules de dépannage
  • les bennes à ordures
  • les camions-citernes
  • les véhicules des auto-écoles
  • les véhicules de déménagement
  • les véhicules des médias et des commerciaux
  • les transports de fonds
  • etc.

Quelle amende ?

Contravention de classe 2, donc 22 euros sur place (amende minorée). Sinon, 35 euros (amende simple). Si on traine, elle passe à 75 euros. Contrairement à ce qui s’était passé en 97, il n’y pas de contrôles en amont de la zone de type « check-point filtrant » car cette mesure avait provoqué des bouchons – ce qui est contreproductif- et de la colère – ce qui est compréhensible. Des contrôles auront lieu, au sein de la zone concernée. Contrôles TRES nombreux (le préfet parlait de 70 points de contrôle).

D’autres régions maintiennent ou renforcent à partir de lundi les mesures de lutte contre les émissions de particules fines. Dans la région lyonnaise, la réduction de 20 km/h de la vitesse maximale autorisée est étendue au centre ville. La circulation des poids-lourds sera interdite sous le tunnel de Fourvière. Les industries les plus émettrices de particules sont invitées à les réduire, des mesures autoritaires seront prises mardi si nécessaire.

Recommandations

 Le ministre rappelle à tous les Français qu’ils ont un rôle à jouer dans la lutte contre cet épisode de pollution. Il appelle celles et ceux qui le peuvent à éviter d’utiliser leur véhicule, à privilégier le covoiturage et à se tenir informés des recommandations sanitaires et des évolutions de la situation.

Les particules peuvent provoquer des difficultés respiratoires ainsi que des irritations. C’est pourquoi il est recommandé d’éviter les activités physiques intenses, particulièrement pour les personnes les plus fragiles. 

Dans les zones concernées par les dépassements, il est demandé notamment :

  • de ne pas utiliser les cheminées à bois (sauf en cas de chauffage principal) particulièrement les foyers ouverts ;
  • de limiter l’usage des véhicules automobiles, notamment les véhicules diesel non équipés de filtres à particules ;
  • de réduire les vitesses sur les voies rapides et autoroutes ;
  • de ne pas bruler de déchets verts.

L’information et les prévisions sur la qualité de l’air disponibles en temps quasi-réel

  • pour la situation régionale : sur les sites Internet des 26 organismes agréés par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie pour la surveillance de la qualité de l’air. Les adresses des sites sont disponibles sur www.atmo-france.org
  • pour la vision nationale : sur le site http://www.prevair.org qui propose des cartes de prévisions à l’échelle nationale et européenne et informe de la nature des épisodes de pollution de l’air.

Recommandations sanitaires en cas d’alerte

Populations vulnérables et leur entourage (aidants)

Femmes enceintes, nourrissons et enfants de moins de 5 ans, personnes de plus de 65 ans, sujets asthmatiques, souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires.

Populations sensibles  : personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics ; par exemple : personnes diabétiques, immunodéprimées, souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux. 


  • Evitez les activités physiques et sportives intenses, en plein air ou à l’intérieur.
     
  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque inhabituelle, consultez votre médecin ou pharmacien. Vous trouverez plus d’information sur le site internet de votre Association agréée de surveillance de la qualité de l’air (AASQA)
     
  • Prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement doit être adapté.
     
  • Si vous sentez que vos symptômes sont moins gênants quand vous restez à l’intérieur, privilégiez des sorties plus brèves que d’habitude. Evitez de sortir en début de matinée et en fin de journée et aux abords des grands axes routiers. Reportez les activités qui demandent le plus d’effort.
     
  • Messages spécifiques en cas d’épisode de pollution à l’ozone : « Les activités intérieures peu intenses peuvent être maintenues. Evitez de sortir en début d’après-midi entre 12 h et 16 h. »
Population générale
  • Réduisez et reportez les activités physiques et sportives intenses, en plein air ou en intérieur jusqu’à la fin de l’épisode si des symptômes sont ressentis (fatigue inhabituelle, mal de gorge, nez bouché, toux, essoufflement, sifflements, palpitations), et prenez conseil auprès de votre médecin.

Crédits photo de la Une : Laurent Mignaux/MEDDE

Imprimer