Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Charte CO2 : "Les transporteurs de voyageurs s’engagent"

15 juin 2015
Imprimer

Sommaire :


      

Présentation de la démarche

22 janvier 2015


Le Ministère du développement durable et l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), en concertation avec les organisations professionnelles, ont élaboré une charte intitulée « charte d’engagements volontaires de réduction des émissions de CO2 ».

 

La charte s’inscrit dans une démarche globale de lutte contre le changement climatique et plus précisément de réduction des émissions de CO2 (principal gaz à effet de serre), en phase avec les conclusions du Grenelle de l’Environnement. Dans le même sens, elle entend aussi contribuer à aider les entreprises à réduire leur consommation de carburant et alléger ainsi la part du poste carburant dans leurs comptes.

Elle cible toutes les entreprises ou régies de transport routier collectif de voyageurs utilisant des véhicules de plus de 9 places (y compris celle du conducteur) pour opérer un service qualifié de transport collectif ou transport en commun.

En signant la charte Objectif CO2, les entreprises s’engagent sur 3 ans dans un plan d’actions concrètes et personnalisées en vue de diminuer leur consommation de carburant et par voie de conséquence leurs émissions de CO2.

Les entreprises signataires s’engagent donc à réduire leurs émissions de CO2 par la mise en œuvre d’au moins une action sur chacun des quatre axes définis par la charte, à savoir :

  • le véhicule ;
  • le carburant ;
  • le conducteur ;
  • l’organisation et le management.

 

Pour les entreprises signataires, la charte d’engagements volontaires représente :

  • une réduction de leur consommation de carburant afin de renforcer leur rentabilité et leur compétitivité ;
  • une meilleure gestion par la mise en place d’un tableau de bord de suivi ;
  • un engagement dans une démarche structurante, source de mobilisation et de motivation de l’ensemble du personnel ;
  • une démarche commercialement valorisable ;
  • une image d’entreprise moderne respectueuse de l’environnement et s’inscrivant dans une perspective de développement durable ;
  • une meilleure image du transport routier en France.
      
Imprimer