Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Prévention du risque sismique aux Antilles - Ségolène Royal et George Pau-Langevin annoncent le lancement de la deuxième phase du « plan Séismes Antilles »

27 juillet 2016 - Prévention des risques
Imprimer

La Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la mer, en charge des Relations internationales sur le climat, Ségolène Royal, et la Ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, ont annoncé ce matin, lors du conseil des ministres, le lancement de la deuxième phase du « plan Séismes Antilles ».


Les Antilles françaises sont très exposées au risque sismique et ne sont pas à l'abri d'un séisme majeur tel que celui du 12 janvier 2010 en Haïti. Il est donc indispensable d’agir pour protéger la population et réduire la vulnérabilité des territoires exposés. Le plan Séisme Antilles lancé en 2007 vise à conforter les bâtiments face au risque sismique, et prévoit également des mesures d'éducation au risque, de formation professionnelle, de sensibilisation et de préparation à la gestion de crise.

Entre 2007 et 2015, l’État a contribué à hauteur de 350 M€ à la construction et à la réhabilitation de logements sociaux, d’établissements de santé et de centres de gestion de crise aux normes sismiques, en mobilisant ses crédits budgétaires ainsi que le fonds de prévention des risques naturels majeurs.  
Devant  l’importance des travaux  à conduire, le rythme d’avancement des opérations de confortement parasismique devra être amplifié.

La Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la mer et la Ministre des Outre-mer ont donc souhaité donner une nouvelle impulsion au plan Séismes Antilles. Il s’agit  d’accélérer la réalisation des travaux et de renforcer la prévention du risque sismique aux Antilles, en étroite concertation avec les collectivités territoriales des Antilles et les acteurs de la prévention du risque sismique

Pour la période 2016-2020, l’État prévoit ainsi de mobiliser 450 millions d’euros, soit une augmentation de 30 % par rapport à la première phase du plan séisme Antilles. Ces crédits seront mobilisés prioritairement pour les travaux de confortement ou de reconstruction des bâtiments les plus exposés au risque.

La concertation déjà bien engagée avec les collectivités concernées va se poursuivre sous le pilotage des Préfets, de façon à finaliser dans les toutes prochaines semaines les objectifs et les financements complémentaires à ceux de l’État, notamment les fonds européens et ceux des collectivités territoriales.

Ce nouvel investissement de l’État illustre sa volonté et son engagement pour accompagner les mesures de sécurité indispensables à la population antillaise.

 Télécharger le communiqué (PDF - 50 Ko)

Imprimer