Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Les prix entreprises et environnement

13 octobre 2015 - Développement durable
Imprimer

Sommaire :


      

Zoom sur les entreprises lauréates en 2014

2 décembre 2014 (mis à jour le 10 avril 2015)


15 entreprises ont été récompensées cette année par les jurys des Prix Entreprises et Environnement , organisés par le ministère et l’ADEME.

 

La palmarès 2014

Catégorie « Economie Circulaire »

  • THE GREEN VALLEY reçoit le Grand Prix pour la démarche d’Ecologie Industrielle Territoriale au service du développement économique local.
  • GTM BÂTIMENT obtient le Prix « Grand Compte » pour le recyclage des fenêtres en boucle fermée.
  • L’ASSOCIATION FEMER obtient le Prix « Start Up » pour la peausserie éco-responsable spécialisée en cuir de poisson sur le Bassin d’Arcachon.

Catégorie « Innovation dans les technologies »

  • AS PROTEK reçoit le Grand Prix dans la pour AS PROTEK®, la nouvelle approche du désamiantage.
  • INNOBAT obtient la Mention « Matériaux biosourcés » pour le matériau composite en fibres végétales appelé PulGreen®.
  • ENNESYS obtient la Mention « Potentiel international » pour la FREEWATERBOX, unité compacte de valorisation biologique des effluents et des déchets organiques.

Catégorie « Biodiversité et Entreprises »

  • BIO-UV reçoit le Grand Prix pour le système de traitement des eaux de ballast de navires BIO-SEA by BIO-UV.
  • AZIMUT MONITORING en partenariat avec APILAB obtient le Coup de cœur « PME » pour la station de mesure « Apialerte » et l’offre « BeeLivin ».
  • EGIS Structures & Environnement en partenariat avec CYBERIO obtient le Coup de cœur « ETI » pour Bat3Data, outil de cartographie 3D des routes de vol des chiroptères.

Catégorie « Ecoproduit pour le développement durable »

  • FELOR reçoit le Grand Prix pour ALGO, la première gamme de peintures à base d’algues.
  • PELLENC obtient le Prix « Grande entreprise » pour la gamme d’outils électroportatifs destinés à l’entretien des espaces verts.
  • LE RELAIS METISSE obtient le Prix spécial « Ecoproduit solidaire » pour l’isolant thermo-acoustique Métisse® en coton recyclé.

Catégorie « Management et initiatives pour le développement durable »

  • LE GROUPE MANITOU reçoit le Grand Prix pour le programme REDUCE.
  • CARMINE obtient le Prix « PME » pour la démarche « Recherche Qualité Environnementale ».
  • L’ABBAYE DE FONTEVRAUD obtient le Prix spécial « Patrimoine public » pour la démarche « Fontevraud, Cité Durable ».

 

Présentation détaillée des lauréats

Catégorie « Economie circulaire » - Grand Prix : THE GREEN VALLEY pour la démarche d’Ecologie Industrielle Territoriale au service du développement économique local

La Green Valley est une démarche concrète d’Ecologie industrielle et territoriale déployée sur le territoire d’Epinal-Golbey dans les Vosges, terroir de l’industrie française. Elle s’articule notamment autour d’un des plus gros sites papetiers européens, celui de Norske Skog Golbey (600 000 tonnes de papier journal – 400 salariés). L’initiative est née de la volonté conjointe du territoire et de l’industriel papetier de relancer l’économie locale, et plus particulièrement le marché de la papeterie, en déclin. Le projet a consisté en une collaboration étroite entre plusieurs industriels complémentaires du secteur du bois et de la construction, un pôle de compétitivité et des collectivités.

Le site de Golbey offre plusieurs avantages :

  • son envergure : le site industriel permet de fortes capacités de mutualisation (infrastructures, services et flux),
  • sa localisation : le territoire est situé au cœur de la « banane » économique de l’Europe,
  • la proximité de partenaires économiques, institutionnels et académiques (Pôle de compétitivité, Ecole d’ingénieur et Universités, organisme de Recherche du Grand Est).

La Green Valley met en œuvre une démarche atypique de développement économique par le biais de l’Ecologie industrielle et territoriale ; les premiers projets ont d’ores et déjà abouti :

  • NrGAIA, producteur de ouate de cellulose, a été créé dès 2009 dans les locaux de Norske Skog Golbey,
  • en 2013, le Groupe Suisse Pavatex, fabricant de panneaux isolants biosourcés, a choisi d’implanter dans la Green Valley son unité de production la plus moderne (investissement de 60 millions d’euros) et de créer 50 emplois.

Dans la Green Valley, le principe de mutualisation est très poussé (achats de matière première, chaudière biomasse, récupération de vapeur fatale, gestion des déchets). Cette synergie a permis de réduire les investissements et de gagner en compétitivité pour le nouvel acteur local, Pavatex.

Aujourd’hui, la Green Valley s’inscrit dans cette dynamique de projet sur :

  • sa capacité à mutualiser l’énergie,
  • son accueil de nouveaux partenaires économiques,
  • une nouvelle gouvernance pour mieux impliquer les énergies locales dans sa démarche.
  • En parallèle, elle initie des partenariats dans les thématiques des éco-matériaux, de la chimie verte et de la valorisation de sous-produits dans des matériaux techniques d’avenir.

Catégorie « Economie circulaire » - Prix « Grand Compte » : GTM Bâtiment pour le recyclage des fenêtres en boucle fermée

GTM Bâtiment est une filiale du groupe Vinci construction. GTM Bâtiment a mis en place en 2011 une démarche d’amélioration continue de la gestion des déchets intitulée REVALO (réduction et valorisation des déchets du bâtiment). Dans le cadre de cette démarche, GTM Bâtiment, en partenariat avec 3 grands industriels (VEKA Recyclage, Veolia Propreté, AGC Glass Europe) et l’Université du Havre, a développé une filière de recyclage complet des fenêtres en fin de vie.

Les fenêtres sont triées sur le chantier puis collectées et massifiées par Veolia Propreté. VEKA Recyclage et AGC Glass Europe récupèrent ensuite respectivement le PVC et le verre pour les recycler en nouveaux PVC et vitrages.

Les impacts de cette nouvelle filière de recyclage sont sociaux (création d’un nouveau métier), environnementaux (60 000 fenêtres recyclées depuis fin 2012) et économiques (coût du recyclage inférieur au coût de la mise en décharge, création de nouveaux emplois).

Cette filière de recyclage est soutenue par l’Ademe et a été lauréate du prix du développement durable de VINCI Ile-de-France lors de son palmarès des Prix de l’Innovation 2013.

Catégorie « Economie circulaire » - Prix « Start Up » : L’ASSOCIATION FEMER pour la peausserie éco-responsable spécialisée en cuir de poisson sur le Bassin d’Arcachon

Femer peau marine est une association implantée sur la Bassin d’Arcachon. L’association a mis en place une peausserie éco-responsable spécialisée en cuir de poisson. Les cuirs de poissons sont fabriqués à partir des peaux récupérées à l’issue de leur conditionnement par des poissonniers, mareyeurs, pisciculteurs et plus largement par l’industrie agro-alimentaire. Elles sont ensuite tannées grâce à un processus naturel utilisant des tannins issus de l’écorce de mimosa local. De nouveaux grains et textures uniques sont élaborés à destination des industries qui travaillent le cuir.

Contrairement aux cuirs exotiques (issus du crocodile, de l’autruche ou du serpent), ces cuirs de poissons ne sont pas issus d’espèces faisant l’objet de protection particulière, visées notamment par la convention internationale CITES.

Catégorie « Innovation dans les technologies » - Grand Prix : AS PROTEK pour AS PROTEK®, la nouvelle approche du désamiantage

AS PROTEK est une entreprise implantée en Côte d’Or, filiale du groupe Peri Bat, spécialisée dans la déconstruction sélective. L’AS PROTEK® est un procédé de décontamination de surfaces par hydro-décapage à ultra haute pression avec aspiration à la source et traitement en continu des effluents contaminés. Les résidus sont finalement compactés en galettes non émissives pouvant être transportées sans danger.

Ce procédé, fruit d’un travail collaboratif familial, permet ainsi de décontaminer, de manière entièrement mécanisée et sans génération de poussière, une surface dont le revêtement contient de l’amiante (enduits, colle, dalle...) ou autre composé polluant (plomb...).

Ce procédé ainsi que ses mises en œuvre sont brevetés au niveau mondial.

La mise en œuvre la plus avancée de l’AS PROTEK® est une solution robotisée. Cette solution est principalement destinée au désamiantage de surfaces béton, en intérieur comme extérieur, au sol, mur et plafond, sur des surfaces planes et simples, ou courbes et complexes.

L’émissivité mesurée lors des travaux de désamiantage utilisant l’AS PROTEK® 4x4 démontre un empoussièrement quasi nul sur la totalité des processus, assainissant ainsi l’environnement direct du chantier. Associé à la robotisation du processus, cette innovation permet ainsi une amélioration des conditions de travail et une limitation de la pénibilité et des risques professionnels liés aux travaux de dépollution. Elle contribue également à une réduction du temps global d’intervention.

La société AS PROTEK SAS a fait valider le bon usage de l’AS PROTEK® 4x4 auprès des organismes de contrôle encadrant la profession du désamiantage (INRS, IT RHA, DGT, CARSAT RHA, CRAMif, OPPBTP DT, OPPBTP locale, Médecine du Travail,…). La société travaille d’autre part à l’extension de ce procédé à d’autres types de surfaces et de contaminations.

Catégorie « Innovation dans les technologies » - Mention « Matériaux biosourcés » : INNOBAT pour le matériau composite en fibres végétales appelé PulGreen®

Innobat est une petite entreprise de 8 personnes, implantée dans l’Hérault, spécialisée dans la conception et la fabrication des profilés en matériau composite biosourcé. Innobat a développé un matériau appelé PulGreen®, fait de mèches de fibres végétales (intéressantes pour leurs propriétés isolantes, mécaniques et environnementales) imprégnées de résine thermodurcissable. Ce matériau biosourcé, qui allie le pouvoir isolant d’un plastique et la rigidité du métal, a été mis au point après 3 ans de recherche. PulGreen® est mis en œuvre avec le procédé de production appelé pultrusion. Ce procédé est traditionnellement utilisé pour la production de profilés composites en fibres de verre.

Depuis 2013, Innobat fabrique et commercialise sa première application développée à partir de ce matériau : EcoRenfort®, un profil de renfort pour menuiseries PVC destiné à remplacer le renfort traditionnel en acier. Possédant une faible conductivité thermique, ces renforts suppriment le phénomène de pont thermique créé par les renforts en acier classiques, ce qui permet d’améliorer les performances thermiques des fenêtres renforcées et de répondre aux nouvelles exigences d’efficacité énergétique du bâtiment.

Catégorie « Innovation dans les technologies » - Mention « Potentiel international » : ENNESYS pour la FREEWATERBOX, unité compacte de valorisation biologique des effluents et des déchets organiques

ENNESYS est une start up implantée à Nanterre, spécialisée dans la dépollution des eaux usées. Cette entreprise a mis au point la FreewaterBox, système de recyclage des eaux usées totalement naturel et autonome en énergie. Le procédé se fonde sur une technique de phyco-remédiation par micro-algues pour obtenir, d’une part, une eau réutilisable pour le nettoyage ou l’irrigation et pour produire, d’autre part, une biomasse algale valorisable en énergie. La FreeWaterBox peut équiper tous types de bâtiments en zone urbaine ou être déployée, dans des containers, sur des sites isolés, des bases-vie ou des camps de réfugiés. Elle apporte une solution locale, décentralisée permettant d’offrir simultanément une eau épurée et une source d’énergie renouvelable.

ENNESYS propose ainsi des pistes de solutions aux enjeux majeurs que sont la dépollution des eaux, la production concomitante d’énergie et la réduction des déchets. Elle permet en particulier d’envisager différemment les problématiques du développement urbain, notamment dans les pays émergents pour lesquels la croissance urbaine soulève des défis inédits.

Catégorie « Biodiversité et entreprises » - Grand Prix : BIO-UV pour le système de traitement des eaux de ballast de navires BIO-SEA by BIO-UV

BIO-UV, PME industrielle innovante, est le premier fabricant français d’appareils de traitement de l’eau par ultraviolets et leader européen sur le marché des piscines & spas privés et collectifs.

En 2011 BIO-UV a conçu le système complet de Traitement des Eaux de Ballast de bateaux BIO-SEA® qui combine filtration mécanique et désinfection UV, sans aucun traitement chimique.

Avec l’obtention début 2013 du Type Approval (certification internationale délivrée par Bureau Veritas sous contrôle de l’Administration Française), BIO-SEA® est maintenant commercialisé dans le monde entier.

Grâce à une filtration d’eau suivie d’un traitement UV, BIO-SEA® répond aux exigences de traitement des eaux de ballast de navires, en accord avec les directives G8 de l’Organisation Maritime Internationale (OMI).

Le système BIO-SEA® propose une gamme complète qui combine une filtration mécanique et un traitement UV et fonctionne automatiquement pour les opérations de ballastage, déballastage et nettoyage.

Le traitement des eaux de ballast BIO-SEA® permet de diminuer voire d’éliminer l’introduction d’espèces invasives, qui peuvent déséquilibrer l’environnement aquatique, réduire la biodiversité, ou poser un risque de santé publique. Le système BIO-SEA® permet ainsi une désinfection des eaux sans produit chimique, sans danger, et écologique pour l’environnement.

Grâce à la combinaison de la filtration et de la désinfection par ultraviolets, la solution BIO-SEA® sécurise les opérations de ballastage, déballastage et nettoyage. BIO-UV cherche à obtenir la certification USCG Approval, en vue de la commercialisation de son système sur le marché américain.

Catégorie « Biodiversité et entreprises » - Coup de cœur « PME » : AZIMUT MONITORING en partenariat avec APILAB pour la station de mesure « Apialerte » et l’offre « BeeLivin »

Azimut Monitoring conçoit et commercialise depuis 2006, des stations de mesure continue, multi capteurs et communicantes ainsi que les outils informatiques associés pour la mesure du bruit, de la pollution de l’air, du confort intérieur, des consommations énergétiques.

La station de mesure Apialerte, issue de la collaboration avec la société Apilab, vise à équiper des ruches existantes d’un appareil autonome, alimenté sur panneaux solaires, intégrant une colonne de comptage munie d’un système vidéo pour le comptage des entrées et sorties des abeilles. Les données issues de ces mesures en temps réel permettent de connaître le taux d’activité et de mortalité journalière des ruches. Ces informations précieuses pour évaluer la santé de la biodiversité environnante, peuvent être exprimées à l’aide d’indicateurs et restituées sur différents supports tels que Portail internet (AGORA), WebTV dynamique, Rapports.

Apialerte est commercialisée dans le cadre de l’offre « BeeLivin » dont l’objectif est de donner aux entreprises engagées dans des démarches de développement durable de nouveaux outils pour bénéficier d’indicateurs environnementaux inédits et alimentés en permanence, communiquer et fédérer autour des enjeux liés à leur environnement direct.

Azimut Monitoring envisage l’élaboration et la reconnaissance d’un label « Sauveur des abeilles » visant à faire adhérer l’ensemble des bénéficiaires de la solution Apialerte et BeeLivin à une charte éthique de respect de la biodiversité.

Catégorie « Biodiversité et entreprises » - Coup de cœur « ETI » : EGIS Structures & Environnement en partenariat avec CYBERIO pour Bat3Data, outil de cartographie 3D des routes de vol de chiroptères

Egis est un groupe d’ingénierie, de montage de projets et d’exploitation. Il intervient dans les domaines des transports, de la ville, du bâtiment, de l’industrie, de l’eau, de l’environnement et de l’énergie.

L’outil Bat3Data développé par Egis, permet d’éco-concevoir les projets d’infrastructures, d’éoliennes, d’aménagements urbains, par la modélisation en 3D des déplacements de chaque espèce, en tenant compte des routes de vols des chauves-souris et éviter ainsi leur mortalité par collision (infrastructures routières et ferroviaires, pales d’éoliennes).

Couplé à un système d’information géographique, Bat3Data offre la possibilité de cartographier et d’analyser les trajectoires au regard des éléments constitutifs des projets d’aménagement et des territoires. Il a été testé avec succès sur différentes infrastructures (autoroute A406 - contournement sud de Mâcon, autoroute A65 reliant Langon à Pau).

Ses domaines d’application et de développement sont vastes. Bat3Data peut être utilisé dans l’expertise écologique d’un site et notamment les fonctionnalités écologiques d’un territoire en 3 dimensions, ce qui permet d’affiner la conception des mesures écologiques. L’outil permettra également l’établissement de base de données de trajectoires pour la discrimination spécifique et la modélisation prédictive des trajectoires.

Catégorie « Ecoproduit pour le développement durable » - Grand Prix : FELOR pour ALGO, la première gamme de peintures à base d’algues

Depuis 1970, la société FELOR fabrique des peintures pour professionnels, essentiellement pour les secteurs de l’industrie et du bâtiment. Basée à Vern-sur-Seiche en Ile-et-Vilaine, FELOR emploie 25 salariés et réalise un CA de plus de 3,7 millions d’Euros. Dans le secteur du bâtiment, FELOR intervient davantage en tant que sous-traitant (vente de produits sous marque blanche). Fortement présente sur le grand Ouest, l’entreprise a étendu ses activités sur l’ensemble du territoire national. L’Espagne et les pays de l’Est constituent l’essentiel des activités à l’exportation.

Vers 2009, FELOR a pris un nouveau tournant consistant à innover, développer un projet d’avenir avec des produits respectueux de l’environnement et de la santé, valoriser les matières premières locales et renouvelables et dynamiser sa présence sur le secteur du bâtiment. Grâce à une équipe de R&D et à des partenariats avec des laboratoires de recherche, FELOR a mis au point la première peinture fabriquée avec des algues.

Les peintures traditionnelles en phase aqueuse contiennent jusqu’à 65% de substances d’origine pétrolière. La gamme ALGO est quant à elle fabriquée à 98% à partir de substances biosourcées. Elle n’émet qu’à peine 1g/L de composés organiques volatils (COV), alors que l’écolabel européen (qu’elle a par ailleurs obtenu) pose une limite de 30 g/L sur ce critère. Une analyse de cycle de vie a été réalisée (Fiche de Données Environnementales et Sanitaires, ou FDES) et le produit a obtenu le pictogramme A+ pour les émissions de COV.

Peinture biosourcée valorisant des matières premières locales renouvelables, ALGO s’affranchit des dérivés du pétrole au profit de la chimie du végétal, ce qui réduit son empreinte carbone. L’algue apporte à la peinture de l’onctuosité, des facilités d’application liées aux charges lamellaires et un haut pouvoir couvrant (rendement au m2 deux fois supérieur à celui d’une peinture classique). La résistance au vieillissement et la durée de vie du revêtement sont par ailleurs améliorées.

Aujourd’hui, la gamme ALGO commence à être diffusée auprès du grand public, via l’enseigne Mr Bricolage. Depuis juin 2014, ALGO se développe à l’international et plus particulièrement en Suisse et pays limitrophes.

Catégorie « Ecoproduit pour le développement durable » - Prix « Grande entreprise » : PELLENC pour la gamme d’outils électroportatifs destinés à l’entretien des espaces verts

PELLENC, entreprise de 1450 personnes implantée à Pertuis dans le département du Vaucluse, est le leader mondial des outils professionnels électro-portatifs destinés à l’entretien des espaces verts. C’est le premier constructeur au monde à développer sa propre technologie lithium-ion pour les batteries, dans une gamme d’outils « Zéro Emission ». Sans altérer la puissance, l’autonomie et la productivité requises par des outils professionnels, la gamme répond autant à de fortes contraintes industrielles qu’environnementales. Souffleur, taille-haies, débroussailleuse, élagueuse et plus récemment bineuse et tondeuse, les outils sont légers et bien plus silencieux que des outils thermiques ; ils réduisent la pénibilité du travail et respectent les riverains et l’environnement.

Tous les outils sont équipés de moteurs brushless qui limitent le poids, l’encombrement, l’entretien et l’usure et apportent puissance, fiabilité et une longue durée de vie. Ils sont éligibles aux subventions proposées par la charte « Zéro Phyto ». Chaque outil apporte une économie de carburant de l’ordre de 8€ par jour, ce qui correspond à plus de 5 000 € pendant toute la durée de vie de sa batterie (généralement comprise entre 800 et 1200 cycles de charge).

Catégorie « Ecoproduit pour le développement durable » - Prix spécial « Ecoproduit solidaire » : LE RELAIS METISSE pour l’isolant thermo-acoustique Métisse® en coton recyclé

Le Relais est un réseau d’entreprises de l’économie sociale et solidaire, agissant depuis 30 ans pour l’insertion de personnes en situation d’exclusion, par la création d’emplois durables. Il est aujourd’hui le leader français de la collecte et de la valorisation des textiles rejetés par les ménages. Métisse® est une gamme d’isolant thermique et acoustique pour le bâtiment, certifiée ACERMI. Elle est constituée de fibres de coton recyclé et sa fabrication de haute qualité permet d’isoler durablement du froid comme de la chaleur, mais aussi du bruit. En effet, le coton est déjà largement utilisé dans le domaine de l’automobile et de l’électroménager pour ses propriétés acoustiques. La pose est facile et ne provoque pas d’irritation.

Un traitement anti-feu innovant (sans sels de bore) en fait un produit adapté à l’auto-rénovation, comme aux établissements recevant du public (ERP). Disponible en panneau, rouleau et flocon, Métisse® a été développé pour tous types de projets : construction ou rénovation, bâtiments publics, tertiaires ou habitats individuels, en différentes mises en œuvre (murs, sous-toitures, combles, planchers ou encore cloisons de distribution).

Catégorie « Management et initiatives pour le développement durable » - Grand Prix : GROUPE MANITOU pour le programme REDUCE

Avec le programme REDUCE, le groupe Manitou, leader mondial de la manutention tout terrain (concepteur, assembleur et distributeur de matériels de manutention), accompagne les utilisateurs dans la réduction de leur impact environnemental et du coût total de possession de leur machine. Ce programme répond à plusieurs objectifs :

  • La transparence. Il lève le voile sur les données de consommation énergétique et les émissions de CO2 de ses machines, apportant une aide à la décision d’achat des clients. L’application REDUCE accessible sur le web : http://reduce.manitou.com et sur iPad : https://itunes.apple.com/hk/app/man... permet aux utilisateurs de mesurer leur consommation énergétique, et d’en évaluer le coût.
  • La sincérité. La procédure de mesure est validée par l’UTAC (Union Technique de l’Automobile du motocycle et du Cycle). 
  • L’accompagnement. Le groupe s’engage à apporter les services et solutions visant à améliorer cette double empreinte environnementale et économique. 23 conseils pour réduire la consommation sont déjà disponibles. Un simulateur d’éco-conduite est en cours de développement. 89% des émissions de CO2 du matériel étant générés à l’utilisation, REDUCE est donc un levier pour réduire l’empreinte carbone.
  • L’amélioration continue des machines qui permet une réduction de la consommation et le chiffrage des économies attendues pour une durée donnée : prise en compte systématique de l’efficacité énergétique dès la conception ; apport des évolutions techniques et de solutions technologiques.

Le groupe se positionne ainsi comme le premier constructeur de chariot télescopique à dévoiler à ses clients les données de consommation de ses machines, les émissions de CO2 et sa méthodologie de mesure, et à faire valider son protocole de mesure par un tiers externe. La mise en place de la démarche REDUCE dans un secteur n’ayant pas encore de cycle normé pour le calcul de la consommation énergétique est une avancée notable pour la réduction de l’empreinte carbone.

Catégorie « Management et initiatives pour le développement durable » - Prix « PME » : CARMINE pour la démarche « Recherche Qualité Environnementale »

PME familiale créée en 1927, l’entreprise Carmine perpétue une longue tradition de valorisation du patrimoine bâti et ses différents métiers. Elle a notamment été à l’initiative de la démarche RQE (Recherche Qualité Environnementale) qui regroupe les professionnels s’étant engagés à une éthique de travail durable. La stratégie durable de l’entreprise a déjà été récompensée par plusieurs trophées, comme la Médaille d’argent des Trophées Chef d’Entreprise, catégorie RSE en 2014 et le prix moniteur de la construction 2014 catégorie « second œuvre ».

Carmine se place à la tête d’initiatives pionnières et innovantes dans les méthodes de travail du BTP. Au cours des 5 dernières années, Carmine a transformé sa performance environnementale, et agi afin de modifier la perception des questions de développement durable de ce secteur.

Les engagements avant-gardistes de CARMINE :

  • Création de la charte « Écologique » Recherche Qualité Environnementale en 2007
  • Rassemblement de 35 entreprises autour du label RQE en 2012
  • Recherche industrielle et test de 3 produits pionniers plus verts et plus sains -2007-2013-
  • Réalisation d’un bilan carbone et proposition de compensation de l’empreinte carbone
  • Valorisation des déchets grâce à une centrale d’épuration « 0 rejet »
  • Création d’un nouveau type d’échafaudage en partenariat avec un partenaire agréé RQE
  • Atteinte des objectifs de santé avec un taux zéro d’accident du travail depuis plus de 30 mois et constat d’un taux d’arrêt maladie inférieur à la moyenne du secteur de 80%.

Catégorie « Management et initiatives pour le développement durable » - Prix spécial « Patrimoine public » : ABBAYE DE FONTEVRAUD représentée par les 4 structures gestionnaires SOPRAF, Centre Culturel de l’Ouest, Fontevraud Resort et GIE Fontevraud, pour la démarche « Fontevraud, Cité Durable »

Créée au 12ème siècle, l’Abbaye Royale de Fontevraud, située au bord de la Loire, est la plus grande Cité Monastique d’Europe. Après sa transformation en prison de 1804 à 1963, l’abbaye est ouverte au public et prend un nouvel élan comme site touristique patrimonial, centre culturel et artistique de renommée internationale classé au patrimoine de l’Unesco en 2013. Elle accueille également un hôtel, un restaurant et un centre de congrès et d’événements.

Lieu pensé dès sa création comme « cité idéale » elle rayonne aujourd’hui par son engagement pour la préservation de l’environnement qui lui a permis d’obtenir l’exigeante labellisation ISO 26 000, une première en France pour un monument historique et un site touristique !

Le développement durable y est partout présent, porté par le programme « Fontevraud, Cité Durable » avec 7 plans d’actions innovants dont celui de sa transition énergétique.

La création d’un ambitieux Pôle énergétique, permet le recours massif aux énergies renouvelables pour le chauffage de l’abbaye. L’alimentation électrique du Pôle est assurée par 92 panneaux photovoltaïques, exception française pour un monument historique classé.

Engagée en faveur de la biodiversité l’Abbaye Royale est labellisée refuge LPO (ligue de protection des oiseaux). 235 espèces de plantes, et 39 espèces d’oiseaux y sont recensées. Un éco-pâturage et des ruches ont été mis en place. Enfin, les bio-déchets sont valorisés grâce à un composteur géant et réutilisés pour la fertilisation des 13 hectares d’espaces verts.

      
Imprimer