Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Publication du bilan 2014 de la qualité de l’air en France

30 septembre 2015 (mis à jour le 27 octobre 2016) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

 

Le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie publie le bilan national de la qualité de l’air en 2014. 

Ce bilan présente les enjeux de la pollution atmosphérique, les acteurs français dans ce domaine et les moyens mis en oeuvre pour suivre les concentrations de polluants dans l’air. Il dresse un panorama des principales mesures visant à lutter contre la pollution atmosphérique.

 

 

 

 


Télécharger le bilan de la qualité de l’air en France en 2014 (PDF - 7762 Ko)

 

Malgré un épisode de pollution d’ampleur nationale au caractère remarquable par son intensité, sa couverture géographique et sa durée, la qualité de l’air en France en 2014 s’améliore légèrement par rapport à 2013 :

  • les concentrations moyennes annuelles baissent de 1 à 3 μg.m-3 selon le type de stations de mesure pour le NO2, les PM10 et les PM2,5 ;
  • les concentrations moyennes annuelles en CO continuent de diminuer ;
  • les concentrations annuelles en SO2 sont faibles et stables.

Les dépassements des seuils réglementaires pour la protection de la santé humaine (définis en annexe 2) sont moins fréquents :

  • en 2014, 36 stations de mesure dépassent au moins un des deux seuils fixés pour le NO2, contre 39 en 2013. Ces stations se trouvent majoritairement dans des agglomérations de plus de 250 000 habitants et à proximité du trafic routier ;
  • 5 stations de mesure ne respectent pas au moins un des deux seuils fixés pour les PM10 en 2014, contre 16 en 2013 ;
  • pour l’O3, 26 stations de fond urbain dépassent le seuil de protection de la santé humaine en moyenne sur 2012-2014, contre 40 sur la période 2011-2013.

Afin de protéger la santé des populations et respecter les valeurs limites fixées par l’UE, l’Etat mène des actions au niveau national dans tous les secteurs d’activité. Au niveau local, les préfets adoptent des plans de protection de l’atmosphère (PPA) dans les agglomérations de plus de 250 000 habitants ou dans les zones qui dépassent ou risquent de dépasser les valeurs limites européennes. Ils mettent également en oeuvre des mesures d’urgence lors des épisodes de pollution.

 

 

Imprimer