Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Les réserves naturelles nationales

Il existe 167 réserves naturelles nationales depuis juin 2015, réparties sur l’ensemble de la France métropolitaine et d’outre mer, sans compter l’immense réserve naturelle des Terres australes françaises, d’une superficie de plus de 2 millions d’hectares. Ces 167 réserves protègent 567 000 ha répartis comme suit : 447 000 ha sur terre et 120 000 ha en mer environ. Elles permettent de protéger, de gérer et de faire découvrir des milieux naturels exceptionnels et très variés.


11 janvier 2010 - Eau et biodiversité
Imprimer

Sommaire :


      

Qu’est-ce qu’une réserve naturelle nationale ?

11 janvier 2010 (mis à jour le 21 juillet 2015)


Les réserves naturelles nationales sont des territoires d’excellence pour la préservation de la diversité biologique et géologique, terrestre ou marine, de métropole ou d’outre mer. Elles visent une protection durable des milieux et des espèces en conjuguant réglementation et gestion active. Cette double approche est une particularité que les réserves naturelles nationales partagent avec les parcs nationaux et les réserves naturelles régionales et de Corse.

photo hêtraie
Hêtraie à la réserve de Prats de Mollo © J. Roland

Des objectifs variés

Les objectifs de protection des réserves naturelles nationales peuvent être variés puisqu’elles ont pour vocation la « conservation de la faune, de la flore, du sol, des eaux, des gisements de minéraux et de fossiles et, en général, du milieu naturel présentant une importance particulière ou qu’il convient de soustraire à toute intervention artificielle susceptible de les dégrader ». Ainsi, en couvrant des milieux aussi variés que les zones humides, la très haute montagne, les milieux souterrains, les forêts tropicales ou encore les milieux marins, les réserves naturelles nationales présentent un panorama diversifié. Avec leur large répartition géographique, allant de Guyane et des Antilles françaises aux eaux sub-antarctiques dans les archipels des Kerguelen et de Crozet en passant par l’Océan Indien avec la Réunion et Mayotte, elles témoignent de la richesse et de l’extraordinaire variété des milieux naturels de France.

Les réserves naturelles nationales forment ainsi des noyaux de protection forte le plus souvent au sein d’espaces à vocation plus large tels que les parcs naturels régionaux, les sites Natura 2000 et les parcs naturels marins. Elles sont complémentaires des réserves naturelles régionales et de Corse, des parcs nationaux et des arrêtés préfectoraux de protection de biotope, avec lesquels elles constituent l’essentiel du réseau national des espaces naturels à forte protection réglementaire. Elles se distinguent toutefois des arrêtés de protection de biotope par la mise en oeuvre d’une gestion patrimoniale. Elles diffèrent également des parcs nationaux, qui ont généralement vocation à protéger des espaces plus vastes, et dont les missions recouvrent la protection de la biodiversité, mais aussi la conservation et la valorisation des patrimoines paysagers et culturels.

photo mérou
Mérou et corail à la réserve des Bouches de Bonifacio © OEC

Des laboratoires à ciel ouvert

Ces sites fragiles, protégés et gérés avec beaucoup de soin, abritent les éléments de la nature les plus précieux car rares ou menacés. De par leur richesse, leur représentativité et le caractère pérenne de leur classement, les réserves naturelles nationales offrent des terrains d’expérimentation privilégiés pour des recherches scientifiques nationales et internationales nécessitant des suivis de longue durée, notamment pour étudier et comprendre le fonctionnement des écosystèmes et l’impact du dérèglement climatique. En ce sens, les réserves naturelles nationales constituent des laboratoires à ciel ouvert, des lieux d’expérimentation, d’inventaires et de suivis scientifiques, et autant de références en matière de gestion de la diversité biologique et géologique. L’information et la connaissance qui sont ainsi recueillies viennent alimenter l’observatoire national des réserves, qui contribue à son tour au réseau national des données sur la nature. C’est dire qu’au delà de l’intérêt local de la conservation, les réserves participent pleinement à un effort national de conservation et de connaissance de la biodiversité.

Les textes régissant les réserves naturelles sont les articles L. 332-1 et suivants et R. 332-1 et suivants du code de l’environnement. Depuis l’intervention de la loi n° 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et de son décret d’application n° 2005-491 du 18 mai 2005 relatif aux réserves naturelles et portant notamment modification du code de l’environnement, il existe, en plus des réserves naturelles nationales, deux autres types de réserves :

  • les réserves naturelles régionales créées à l’initiative des conseils régionaux, au nombre de 138 au 01/01/2015 pour une superficie totale de plus de 339km² (source RNF) ;
  • les réserves naturelles de Corse, sachant que les 6 RNC existantes ont été créées par l’Etat (près de 83 200 ha), et que les futures RNC seront créées par délibération de l’Assemblée de Corse.
      
Imprimer