Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Comprendre l’Agenda 21 local

6 mars 2013 - Développement durable
Imprimer

Sommaire :


      

Quelques exemples d’actions d’agendas 21 locaux

16 mars 2012 (mis à jour le 20 juillet 2012)


Quelques exemples d’actions menées à travers 14 agendas 21 locaux permettant de prendre conscience de la multiplicité des réponses locales aux enjeux du développement durable. Leur choix est purement illustratif.

Ville de Courbevoie

L’engagement de Courbevoie dans un Agenda 21 local vient prolonger une politique menée depuis plusieurs années, à travers notamment une charte pour l’environnement adoptée en 2003. Il s’agit avec ce nouveau projet de renforcer et de mettre en cohérence les différents projets d’aménagement et de développement de la collectivité : Plan local d’urbanisme, Plan local de l’Habitat, Plan de déplacement urbain…

Une stratégie de développement durable largement débattue

Trois Forum 21, ouverts à tous, ont permis d’informer les habitants des premiers résultats. Le diagnostic territorial ayant dégagé les enjeux territoriaux, 17 ateliers thématiques ont ensuite permis aux Courbevoisiens de débattre pour établir leurs priorités. Pour ceux qui ne pouvaient participer aux réunions, d’autres espaces d’expression ont été créés : une boîte à idées dans le hall de l’Hôtel de ville, un blog et une adresse électronique. Les entreprises, commerçants, artisans et associations ont été invités à participer lors de trois « Rendez-vous entreprises ». Au total, ce sont plus de 1 000 Courbevoisiens et 100 entreprises qui se sont investis dans le projet.

 

Ville d’Epernay

L’Agenda 21 constitue la ligne directrice de la Ville en matière de développement durable avec, déjà, 116 actions valorisant les pratiques existantes ou posant des jalons pour des projets à court et long termes. Il repose sur un processus participatif exigeant.

Un projet riche de ses partenariats

Le programme d’action de l’agenda 21 repose pour un grand nombre d’actions sur un portage par d’autres acteurs que la collectivité. Des partenariats variés ont ainsi été développés :

  • avec l’Education nationale pour former tous les enseignants du primaire au Développement durable,
  • avec des auto-écoles et des associations pour développer une bourse au permis de conduire lorsque l’obtention de celui-ci s’inscrit dans un projet professionnel (facilitation de l’accès à l’emploi), en échange de travaux d’intérêts généraux dans une association,
  • avec la région Champagne-Ardenne et le Pays d’Epernay pour les actions relatives à la lutte contre les changements climatiques…

 

Ville de la Chapelle sur Erdre

Face à son développement rapide depuis les années 70, la ville de la Chapelle-sur-Erdre (située en périphérie de Nantes) a souhaité prendre en main l’aménagement de son territoire : conforter le centre-ville, développer l’activité économique, diversifier les types d’habitat pour mieux répondre à la diversité des demandes de logements proches du centre. La seconde phase de l’Agenda 21 s’est avérée être pour les élus l’outil nécessaire pour passer de simples pratiques municipales à une réflexion en amont des projets de la ville au regard du développement durable.

Culture et développement durable

Depuis 2006, le festival Solid’air réunit associations et entreprises chapelaines afin de contribuer localement à la sensibilisation de la population pour le bien-être des générations futures, en associant culture et développement durable. L’objectif principal est de faire de ce festival un rendez-vous incontournable de l’agglomération nantaise sur le développement durable, en partenariat avec les acteurs locaux. Une fréquentation en hausse (environ 1 000 festivaliers en 2006, 2 000 en 2007 et 3 000 en 2009) encourage les actions en faveur du développement durable, et témoigne surtout de l’intérêt des citoyens pour les enjeux qui sont au coeur de l’Agenda 21.

 

Ville du Puy-en-Velay

La démarche de l’Agenda 21 du Puy-en-Velay « développement durable, passons au concret » vise à obtenir un maximum de résultats évaluables. Transcrire les discours en actes, et prouver qu’économie, écologie et social peuvent se rejoindre, à travers des projets innovants et ambitieux.

Donner des références au territoire

Le projet prévoit des réalisations phares, fondatrices de la politique de développement durable du territoire :

  • un centre aqualudique certifié Haute Qualité Environnementale, visant 22% d’économie d’énergie et 60% d’économie d’eau par rapport à des techniques de construction conventionnelles,
  • le développement des énergies renouvelables, avec un réseau de chaleur bois énergie de 3,5 km, et 3 800 m² de panneaux photovoltaïques,
  • la rénovation de l’éclairage public sur six ans dans une logique de qualité de lumière, d’économies d’énergie et de réduction des nuisances environnementales,
  • la création d’un pôle d’échanges multimodal et le développement de l’offre de transports en commun,
  • la création d’une nouvelle déchetterie et d’une ressourcerie.

A ces projets d’envergure s’ajoutent des actions de sensibilisation aux enjeux du développement durable : le Puy-en-Velay a fait partie des 70 villes françaises à avoir organisé une projection du film « Home » de Yann Arthus Bertrand en juin 2009, a projeté en avant première le film « la 11ème heure, le dernier virage » de Leonardo di Caprio, ou encore a organisé une soirée débat sur la mise en oeuvre du Grenelle de l’Environnement.

 

Ville de Gap

L’objectif de l’Agenda 21 de la ville de Gap est d’enclencher une révolution culturelle des services de la ville, pour construire un modèle partagé d’interventions publiques en faveur du développement durable, mettant en avant le défi climatique et le renforcement du lien social.

Une collectivité exemplaire et une vision des projets à long terme

Nombre d’actions de l’Agenda 21 sont destinées à faire de la Ville de Gap une municipalité exemplaire :

  • gestion rationnelle de l’énergie (rénovation thermique des bâtiments communaux, systématisation des diagnostics de performance énergétique, suivi des consommations dispositifs d‘économie d’énergie dans le bâtiment, l’éclairage, la bureautique, installation de dispositifs de production d’énergie renouvelable …),
  • recyclage de l’eau de la piscine municipale,
  • plan de gestion des déchets, travail approfondi sur les marchés publics (achat de produits éco-labellisés et bio, mise en place d’une veille sur les produits éco-conçus, clauses sociales…)…

Ces actions sont bien sûr accompagnées d’une implication forte de l’ensemble du personnel municipal à travers des formations, des sessions de sensibilisation, des réunions d’information.

Enfin, consciente que la prise en compte des principes du développement durable à tous les niveaux est perçue comme génératrice de coûts, la ville souhaite créer un débat sur la notion de « coût global » (englobant les coûts d’entretien, les différents coûts évités, et le retour sur investissement à moyen terme). A terme il s’agit de systématiser ce principe de calcul dans la comptabilité des projets et investissements liés à l’Agenda 21, passant ainsi d’une vision comptable de court terme à une vision des projets dans le temps long.

 

Ville de Mouans-Sartoux

L’Agenda 21 de Mouans-Sartoux vise la mise en cohérence des actions collectives sur le territoire de la commune dans un cadre concerté : le programme d’actions de l’Agenda 21 est ainsi finement articulé au Plan local d’urbanisme. Le projet est fondé sur un principe de solidarité dans le temps (envers les générations futures) et dans l’espace (vis-à-vis des habitants du reste de la planète).

Permettre des modes de vie et de production durables

L’urbanisme durable est concrètement mis en pratique dans ce projet, dans ses diverses facettes, permettant aux habitants d’adopter des modes de vie durables :

  • déplacements doux,
  • piétonisation du centre ville,
  • réduction des consommations énergétiques dans le bâti,
  • gestion des zones naturelles,
  • prévention des risques,
  • mixité sociale des logements,
  • jardins familiaux...

La question du développement économique du territoire est également travaillée de façon stratégique, à travers notamment la question de l’agriculture durable. Ainsi l’une des actions de l’Agenda 21 consiste à installer un agriculteur sur des terres de maraîchage non cultivées, en relation avec l’augmentation des surfaces agricoles dans le PLU. Une autre action phare a été la création d’une régie municipale de production agricole. La commune actionne également divers autres leviers, et s’appuie sur de nombreux partenaires, pour traiter, grâce à l’agriculture, les enjeux relatifs à la biodiversité, au paysage et au patrimoine, à la qualité des produits consommés…

 

Communauté de Communes de Sarlat et du Périgord Noir

Située en Dordogne, la Communauté de communes Sarlat-Périgord Noir est réputée pour son patrimoine bâti et la richesse de ses paysages (forêts, rivières, vallées). Le tourisme est la principale activité économique de la ville de Sarlat, essentiellement en période estivale. La démarche Agenda 21 a débuté en 2007, à l’initiative de la ville de Sarlat-la-Canéda, dans le prolongement d’une démarche interne d’amélioration en matière de développement durable.

La démarche d’agenda 21 a participé au renforcement de l’intercommunalité. Elle a été l’occasion de créer le premier document stratégique portant sur l’ensemble des politiques : un véritable projet de territoire.

Développer le territoire grâce à une agriculture durable

Une convention de partenariat a été établie entre la Chambre d’agriculture et la Communauté de communes afin de mener sur le territoire des projets permettant le développement d’une agriculture durable. Ainsi ont été développés :

  • un diagnostic agricole et paysager du territoire intercommunal, visant à identifier les espaces agricoles à préserver dans le document d’urbanisme intercommunal en projet,
  • une plate-forme d’approvisionnement des cantines,
  • un centre de formation au maraîchage biologique, pour des exploitants désirant s’installer localement, ou en situation de reconversion.

 

Communauté urbaine de Dunkerque

L’Agenda 21 constitue le projet communautaire de l’agglomération. Il intègre le développement durable dans l’ensemble des politiques sectorielles et des modes d’organisation portés par la Communauté urbaine. La stratégie adoptée s’appuie sur une forte mobilisation des acteurs publics et privés du territoire (entreprises...).

Une adaptation permanente des modes d’action

Le projet repose sur une adaptation permanente des modes d’actions suivant la capacité de la communauté urbaine à créer des partenariats. Le développement culturel, l’habitat, l’aménagement portuaire sont des domaines appelés à évoluer dans leurs modalités de mise en oeuvre, suivant la capacité des acteurs à intégrer les enjeux de développement durable.

 

Pays Vendômois

Suite à différents programmes déjà engagés vers le développement durable (Charte de développement durable du Pays Vendômois, Programme Leader sur la gestion responsable des ressources et Pôle d’excellence rurale sur les énergies renouvelables), le Pays Vendômois a fait de l’engagement dans un Agenda 21 le préalable au nouveau Contrat de Pays de troisième génération avec la Région Centre.

Dynamiser le développement en économisant l’énergie

L’Agenda 21 du Pays Vendômois sert dorénavant de guide pour les politiques à conduire sur le territoire. Les questions énergétiques sont privilégiées au côté d’actions environnementales et d’aménagement de proximité. Le programme d’actions explore de nouvelles pistes. Il favorise la prise en compte des changements et des mutations économiques en intégrant des pratiques économes en énergie, respectueuses de l’environnement et solidaires.

Un personnage « Bobo la Terre » a été créé pour servir de support ludique de communication grand public. L’importante concertation locale et la participation des jeunes (ex : éco-délégués du lycée agricole d’Areines-Vendôme) favorisent l’appropriation de terrain de l’Agenda 21.

 

Pays d’Auge

La stratégie de l’Agenda 21 du Pays d’Auge repose sur une vision du territoire à 10 ans. Chaque objectif est décliné selon un mot-clé :

  • innovation,
  • territorialisation,
  • continuation des procédures en cours,
  • gouvernance.

Sa réalisation repose sur la qualité de la coopération entre les territoires du pays (intercommunalités), entre les acteurs économiques, sociaux et les partenaires institutionnels.

Un observatoire de la transformation des terres agricoles

Cet outil a pour vocation d’observer et d’analyser les changements d’usage des terres agricoles. Il jette les bases de la concertation entre les différents usagers de l’espace et favorise le rapprochement entre des territoires contrastés. Il va constituer un support d’analyse des évolutions foncières à l’échelle communale utile pour anticiper les politiques à mener.

 

Parc Naturel Régional de l’Avesnois

Les priorités données à la charte du PNR reflètent les enjeux du territoire au regard du développement durable :

  • préservation des milieux et des ressources,
  • maîtrise de la périurbanisation,
  • transports collectifs,
  • développement économique solidaire,
  • maîtrise de la pollution industrielle.

Pour cela, la mise en commun des forces et des moyens s’avère une condition de réussite, par la co-construction avec l’ensemble des partenaires du territoire et de son environnement : création d’une conférence permanente du Parc, intercommunalités de projets, coopération extraterritoriales (transfrontalière, avec les villes portes, avec les autres PNR de la région..).

Pour une culture du débat public

Expérimentés pendant la phase d’élaboration de la charte, des processus de concertation et de co-construction sont pérennisés. Un Conseil de développement durable, extension de celui du Pays, va permettre d’intégrer de nouveaux membres et prendre davantage en compte les dimensions économiques et sociales des actions des collectivités locales.

Un réseau d’ambassadeurs (qui sera lancé également dans les deux autres PNR de la région), relais entre le Syndicat mixte du Parc, les communes et leurs habitants va permettre de mobiliser la société civile, de faire connaître et mutualiser les initiatives citoyennes portées par les communes.

 

Conseil Général des Hautes Alpes

La stratégie intègre les apports des temps participatifs qui ont conduit la collectivité à penser un projet qui "place l’humain au coeur de la démarche", selon trois objectifs : rapprocher, intégrer, se comporter.

Des ressourceries pour expérimenter une économie solidaire et durable

Concept innovant issu de l’économie solidaire, et répondant à l’objectif de réduction des déchets, une ressourcerie est un centre de récupération, de valorisation et de revente d’objets ayant déjà eu une première vie.

L’une des actions de l’Agenda 21 des Hautes Alpes consiste à développer sur le territoire des ressourceries, qui auront pour missions :

  • la collecte séparative des déchets d’origine “ encombrants ménagers ”, afin de pouvoir envisager une valorisation par réemploi
  • le tri, le contrôle, le nettoyage, la réparation de ces objets, afin de leur rendre toute leur valeur,
  • le démontage, la dépollution des objets non réutilisables afin de les recycler dans les filières adéquates,
  • la revente des objets rénovés, afin d’assurer à la ressourcerie une part de ressources propres, tout en offrant les biens revalorisés à faible prix, aux personnes qui en ont besoin,
  • l’éducation à l’environnement 35 emplois ont ainsi été créés dans les ressourceries déjà développées, et l’un des objectifs à court terme de cette action est de valoriser 12% des encombrants se trouvant en déchetterie sur l’ensemble du département (soit 960 tonnes).

 

Conseil Général des Alpes de Haute-Provence

La démarche de concertation et de mobilisation des acteurs a permis de faire de l’agenda 21 un projet territorial partagé. Elle s’est appuyée sur les conseils de développement des pays du territoire, sur un Groupe Technique d’Accompagnement réunissant les acteurs ressources du territoire et sur un appel à projet à tous les acteurs du territoire sur les enjeux retenus.

Encourager la production et l’utilisation d’intrants locaux pour l’agriculture

Cette action, portée par la Chambre d’Agriculture, en partenariat avec le Conseil Général, le Parc Naturel Régional du Verdon et des organismes stockeurs porte à la fois sur la qualité de l’approvisionnement en semences locales fourragères certifiées et sur le caractère local des aliments produits.

 

Conseil régional Franche-Comté

L’Agenda 21 de la région Franche-Comté vise d’abord à faire partager la culture du développement durable par les élus et agents régionaux, afin de mettre en cohérence l’ensemble des projets autour d’un objectif commun, le développement durable du territoire. Il s’agit également d’engager tous les acteurs du territoire dans la dynamique.

Développement durable et coopération décentralisée

La région s’engage à promouvoir le développement durable sur son territoire, mais également dans d’autres régions du monde, à travers la coopération décentralisée. Utilisant ses savoir-faire, liés aussi bien au contexte régional (territoire d’élevage) qu’à l’exercice de ses compétences (formation professionnelle), elle appuiera ainsi dans différents pays - Chine, Russie, Sénégal et Maroc – des filières locales durables dans les domaines du tourisme, de l’agriculture et de l’élevage.

      
Imprimer