Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Ralentissement des investissements en faveur des énergies renouvelables en 2013

11 janvier 2016 - Développement durable
Imprimer

En 2013, la dépense en faveur des énergies renouvelables (EnR) est estimée à 27 milliards d’euros (Md€).


Elle progresse de 8% par rapport à l’année précédente. La production d’électricité à partir des énergies renouvelables progresse de 16%, notamment grâce à l’hydraulique. Le thermique, en hausse, est porté par le bois-énergie. Toutefois, l’exercice 2013 est marqué par le ralentissement des investissements (-16% environ) avec le recul de certaines mesures de soutien, comme par exemple les tarifs de rachat de l’électricité revus à la baisse.

Les objectifs de limiter le réchauffement climatique ont conduit les institutions à s’engager dans des stratégies et politiques énergétiques visant notamment le développement des énergies renouvelables.

Les engagements européens à l’horizon 2020 reposent sur trois objectifs dits « 3x20 » du paquet énergie-climat adopté en décembre 2008, soit : la réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne par rapport à 1990, l’amélioration de 20% de l’efficacité énergétique, et une part de 20 % d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale brute. Ces objectifs ont été réactualisés pour l’horizon 2030 lors du Conseil européen d’octobre 2014 : réduction d’au moins 40 % des émissions de GES par rapport à 1990, au moins 27% d’EnR dans la consommation finale et une amélioration de 27% de l’efficacité énergétique.

Au niveau national, et en matière d’EnR en particulier, la loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement vise la mise en place d’un cadre réglementaire et financier favorable à leur développement, et porte à 23% minimum la part des EnR dans la consommation finale brute d’énergie d’ici 2020. Plus récemment, en France, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, adoptée le 22 juillet 2015, réaffirme l’objectif à 2020 élaboré dans le cadre européen, et fixe une cible de 32% d’énergies renouvelables dans la consommation finale brute à l’horizon 2030. Plus précisément, la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 fixe notamment les objectifs suivants :

  • réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030 et diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 (facteur 4) ;
  • réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à la référence 2012 en visant un objectif intermédiaire de 20 % en 2030 ;
  • réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à la référence 2012.

Effectivement, depuis 2005, la part des EnR dans la consommation finale brute d’énergie a significativement augmenté. Le développement des énergies renouvelables est toutefois en retrait par rapport à la trajectoire prévue dans le cadre de la transposition nationale de la directive EnR.

Pour en savoir plus, consultez les comptes de l’environnement en 2013.

Imprimer