Votre énergie pour la France

Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Réduire l’usage des pesticides en zones non agricoles

15 avril 2013 (mis à jour le 17 avril 2013) - Eau et biodiversité
Imprimer

Le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie et les principales parties prenantes ont signé le 12 avril 2013 deux avenants aux accords-cadres relatifs à l’usage des pesticides. Objectif : promouvoir les stratégies de bio-contrôle, méthode de protection des végétaux basée sur des mécanismes naturels.


Réduire l’usage des pesticides par le recours au bio-contrôle

Chaque année, près de 4 000 tonnes de pesticides sont utilisées en zones non agricoles. C’est pourquoi la promotion des stratégies de bio-contrôle permettent de proposer une véritable alternative à l’usage des pesticides chimiques. Les deux avenants, signés le 12 avril 2013, s’inscrivent dans l’axe 7 du plan Ecophyto, qui vise à réduire progressivement l’usage des pesticides en France de 50%, si possible, d’ici à 2018 par les jardiniers amateurs et par les professionnels.

Le saviez-vous ?  
 Le bio-contrôle concerne l’ensemble des méthodes de protection des végétaux qui utilisent des mécanismes naturels. Il vise à la protection des plantes en privilégiant l’utilisation de mécanismes et d’interactions qui régissent les relations entre espèces dans le milieu naturel. Ainsi, le principe du bio-contrôle est fondé sur la gestion des équilibres des populations d’agresseurs plutôt que sur leur éradication. 
 Les produits de bio-contrôle se classent en 4 familles :

-  Les macro-organismes auxiliaires (invertébrés, insectes, acariens ou nématodes), utilisés de façon intégrée pour protéger les cultures contre les attaques des bio-agresseurs. Par exemple, le hérisson surnommé « l’ami des jardins » mange les espèces nuisibles au potager, de même la coccinelle mange les pucerons qui sucent la sève des plantes du jardin, ou encore la limace permet d’activer le travail de décomposition du compost.

-  Les micro-organismes (champignons, bactéries et virus), utilisés pour protéger les cultures contre les ravageurs et les maladies ou stimuler la vitalité des plantes.

-  Les médiateurs chimiques (phéromones d’insectes et kairomones), qui permettent le suivi des vols des insectes ravageurs et le contrôle des populations d’insectes par la méthode de confusion sexuelle et le piégeage.

-  Les substances naturelles, utilisées comme produits de bio-contrôle, composées de substances présentes dans le milieu naturel et pouvant être d’origine végétale, animale ou minérale.

La promotion des produits de bio-contrôle donnera lieu à l’ouverture de rubriques dédiées sur les sites www.jardiner-autrement.fr (plate-forme dédiée aux jardiniers amateurs et gérée par la Société Nationale d’Horticulture de France) et www.ecophytozna-pro.fr (plate-forme dédiée aux usages professionnels des pesticides en zones non agricoles et gérée par Plante et Cité).

 

Imprimer