Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Remise de l’avis de l’ANSES à Ségolène Royal sur l’impact de pesticides sur les travailleurs agricoles

2 août 2016 - Prévention des risques
Imprimer

Jeudi 28 juillet 2016, l’ANSES a présenté à la ministre de l’Environnement un avis sur l’impact de pesticides sur les travailleurs agricoles.


 

De nombreux constats et propositions ont été formulés dans l’avis remis à la ministre. En effet, l’ANSES ne préconise pas seulement la réduction de l’usage des pesticides. Elle évoque également un meilleur accès aux informations, un soutien aux études indépendantes, une réorganisation du conseil à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, ou même une action sur l’environnement technique en intégrant davantage les contraintes des utilisateurs.

 
Ségolène Royal a profité de cette occasion pour rappeler le rôle majeur de cette agence dans ses décisions en matière de prévention des risques. Le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer est en effet à l’origine de nombreuses initiatives visant à réduire l’exposition aux pesticides.

Actuellement, Ségolène Royal demande par des mesures concrètes le renforcement de l’encadrement réglementaire relatif à l’utilisation des produits phytosanitaires et biocides. Elle propose par exemple de procéder le plus rapidement possible au retrait des autorisations de mise sur le marché des produits identifiés comme les plus toxiques. De plus, la ministre de l’Environnement veut faire réviser les conditions de ré-entrée des travailleurs agricoles aux parcelles traitées avec des pesticides et les normes des équipements.

D’autres mesures sont également envisagées, comme le conditionnement de l’utilisation des produits phytosanitaires les plus dangereux, ainsi que la mise en place d’un certificat obligatoire pour les exploitants et les salariés agricoles avant qu’ils ne puissent acquérir et utiliser des pesticides.

 
Cet engagement en faveur de la réduction des expositions aux pesticides va au-delà du niveau national : la ministre de l’Environnement proposera à la Commission européenne que les co-formulants utilisés dans les produits pesticides soient recensés, et que les plus dangereux (cancérigènes, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens) soient interdits.
 

 

Imprimer

Liens utiles

En savoir plus sur les mesures déjà adoptées par la ministre de l’Environnement pour lutter contre l’exposition aux pesticides, aux produits et pratiques dangereux :