Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Sacs plastique : Ségolène Royal réunit les acteurs engagés dans la transition vers une économie circulaire

29 juin 2016 - Prévention des risques
Imprimer

A partir du 1er juillet 2016, les sacs plastique à usage unique ne seront plus distribués aux caisses des magasins. Ségolène Royal a réuni l’ensemble des acteurs concernés qui ont d’ores et déjà mis en œuvre des solutions innovantes :


  • De nombreuses collectivités ont animé des démarches de réduction des sacs plastique à usage unique sur leur territoire, souvent en lien avec les associations locales de commerçants. Les collectivités fabriquent des sacs réutilisables et les mettent à la disposition des citoyens, notamment sur les marchés. Ségolène Royal a en particulier mobilisé le réseau des territoires « zéro déchet, zéro gaspillage » : 62 de ces territoires ont répondu à sa proposition d’un soutien maximal de 30 000 € pour anticiper l’interdiction des sacs.
  • Les fabricants de sacs ont déployé des solutions alternatives aux sacs plastique à usage unique, qui sont désormais connues et éprouvées : il peut s’agir de sacs réutilisables, quelle que soit leur matière (tissu, plastique solide) ou encore de cabas, filets ou chariots.
  • Les distributeurs se sont déjà mobilisés pour anticiper l’interdiction, par exemple en mettant à disposition de leurs clients des sacs en papier ou des sacs réutilisables.

La réglementation prévoit par la suite une deuxième étape pour les sacs « fruits et légumes » : à partir du 1er janvier 2017, seuls les sacs biosourcés et compostables en compostage domestique pourront être utilisés pour ces usages. Des entreprises françaises (SPhere, Barbier, Limagrain, Bagherra, Styl-Pack, La Française des Plastiques…) produisent déjà ce type de sacs. Le développement de ces nouveaux plastiques biosourcés permettra en tout de créer 3 000 emplois sur le territoire national.

Les sacs plastique non biodégradables sont utilisés quelques minutes mais mettent plusieurs centaines d'années à se dégrader, et sont ingérés par les animaux marins et les oiseaux. 75 % des déchets abandonnés en mer sont en plastique. Le cas le plus emblématique est celui des tortues marines, qui confondent les sacs plastique avec des méduses : 86 % des espèces de tortues marines sont touchées par ce phénomène. Les oiseaux sont également très concernés : en mer du Nord, les estomacs de 94 % des oiseaux contiennent du plastique. En tout ce sont plus de 260 espèces qui sont impactées par les sacs plastique.

 

Retrouver en ligne le dossier de presse


Imprimer