Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Sécurité des véhicules électriques dans les parkings souterrains

23 décembre 2011 (mis à jour le 4 janvier 2012) - Prévention des risques
Imprimer

Des essais d’incendies de véhicules électriques ont été réalisés. Les pouvoirs publics ont présenté aux professionnels lors d’une réunion le 22 décembre les enseignements à en tirer sur la sécurité dans les parkings souterrains.


Stationnement et recharge des véhicules électriques dans les parkings souterrains : les enseignements tirés des essais incendie en grandeur réelle

Le déploiement du véhicule électrique est une opportunité économique et environnementale pour la France. Le plan national pour le développement de cette filière prévoit en effet la mise en circulation de 2 millions de véhicules électriques d’ici 2020. Comme pour toute nouvelle technologie, il est important d’identifier et de maîtriser les risques le plus en amont possible.

Les premiers résultats des études théoriques menées sur la sécurité de cette filière avaient été présentés en juin 2011 aux différentes parties prenantes du déploiement du véhicule électrique sur le territoire. A cette occasion, le choix de traiter prioritairement du stationnement et de la recharge de ce type de véhicules en milieu confiné a été retenu, afin de permettre aux projets d’équipement des parkings souterrains de se développer à court terme en toute sécurité.

Conformément aux engagements pris par les constructeurs français en réponse à la DGPR (Direction Générale de la Prévention des Risques) et DGSCGC (Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises), des essais incendie en grandeur réelle ont été menés en présence des pouvoirs publics sur différents types de batteries et de véhicules entiers, afin de mieux appréhender les risques et en conséquence identifier les mesures à prendre en matière de sécurité. Ces essais, dont les détails techniques sont couverts par la confidentialité des données industrielles, ont eu pour objectifs d’analyser la toxicité des fumées émanant de l’incendie d’un véhicule, les risques de propagation de l’incendie aux véhicules voisins ainsi que les modalités d’extinction par les sapeurs-pompiers.
 
Les premiers enseignements qu’il est possible de tirer de ces essais ont été présentés par la DGPR et la DGSCGC, ce 22 décembre, aux principaux intéressés (notamment les constructeurs concernés, des gestionnaires de parkings, des collectivités, des gestionnaires de parcs de véhicules).

Ces tests comparatifs entre véhicules thermiques et véhicules électriques montrent que les risques sur les véhicules testés sont globalement équivalents en matière de toxicité des fumées d’incendie et qu’il n’est donc pas nécessaire de prendre des précautions spécifiques contre ce risque toxique pour les véhicules électriques.

Ces essais ont par ailleurs mis en évidence la nécessité d’adapter les techniques d’intervention des sapeurs-pompiers en vue de maîtriser les feux de véhicule électrique dans des délais comparables à ceux des véhicules thermiques classiques tout en limitant la propagation aux véhicules voisins.

Au vu de cette nécessité d’adaptation et eu égard aux contraintes d’intervention dans les parcs de stationnement couverts recevant du public, il est prévu :

  • de limiter l’implantation des stations de charge (pouvant regrouper jusqu’à dix véhicules) aux niveaux de parkings les plus faciles d’accès, afin de faciliter l’intervention des services de secours ;
  • de délimiter ces stations par des parois pare-flammes afin de favoriser la mise en œuvre des mesures adaptées d’intervention sur le sinistre en concentrant les moyens sur cette zone protégée ;
  • en dehors des zones des stations de charge, de s’assurer que les postes de charge individuels sont judicieusement répartis et isolés. En revanche, le simple stationnement de ces véhicules peut être banalisé au sein des parkings souterrains sans créer de zones dédiées particulières.

Des assouplissements seront étudiés en fonction des moyens de prévention qui équiperont les parkings.

La concertation qui sera menée dans les semaines à venir, notamment avec les constructeurs et les gestionnaires de parkings, permettra d’affiner ces différentes pistes, l’objectif étant de disposer au mois de février 2012 d’un cahier des charges réglementaire précisant les conditions d’implantation de postes individuels ou de stations d’infrastructures de charge de véhicules électriques dans les parcs de stationnement couverts. Ce cahier des charges permettra aux préfets d’instruire rapidement leur implantation dans les parkings souterrains.
 

D’autres travaux sont par ailleurs menés en lien avec les constructeurs automobiles afin d’assurer la sécurité de la recharge des véhicules sur des installations électriques domestiques. Les constructeurs ont décidé notamment de s’engager sur un cahier des charges garantissant que la puissance de recharge du véhicule sera adaptée aux caractéristiques de chaque installation.

Toutes les mesures proposées durant cette phase de lancement de la filière électrique ont été bâties selon le principe de précaution du fait de l’état des connaissances actuelles basées sur un faible nombre de véhicules testés et l’absence d’un retour d’expérience. Ce retour d’expérience permettra d’une part de s’assurer de l’efficacité des mesures mises en place et, d’autre part, d’intégrer les améliorations qui s’avéreraient nécessaires dans la conception des véhicules électriques et des batteries en vue du développement pérenne de cette filière à grande échelle à moyen terme. Les constructeurs automobiles français et les gestionnaires de parkings contribueront à cette démarche.

 

 

Imprimer