Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal, Présidente de la COP21, Sur le pavillon France, présentation des avancées et des 4 nouvelles initiatives pour le Plan Méditerranée que j’ai lancé en juin 2016

12 novembre 2016 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Avec le Prince Albert II de Monaco et Hakima El Haïté, ministre de l’Environnement du Maroc.


J’ai fait un état des lieux :

  • Il y a urgence pour la Méditerranée : l’état du littoral et de la mer est très dégradé. La mer Méditerranée subit de formidables pressions dues au changement climatique et à la pression démographique et touristique sur le littoral.
  • La France, dans le cadre de sa présidence de la COP21, s’est engagée en faveur de 3 objectifs pour la Méditerranée : une mer en bonne santé, une économie maritime et côtière durable et une gouvernance qui anticipe le changement climatique.
  • Il n’y a pas d’autres voies que de travailler ensemble pour aborder ces enjeux à l’échelle. Je suis optimiste : la coopération entre pays voisins a toujours existé. Nous faisons partie d’une même communauté.
  • Je ne peux que me réjouir de l’appui sans faille de Monaco et du Maroc à cette dynamique et de votre mobilisation collective. 
  • Je me félicite aussi des actions régionales impulsées par le Plan d’action pour la Méditerranée de la Convention de Barcelone, l’Union pour la Méditerranée, et l’Union européenne qui servent de socle à cette dynamique.
  • Nous devons inscrire le sujet méditerranéen comme un axe prioritaire de l’agenda de l’action, de notre action commune.

Les initiatives proposées :
 

  • 1. Mobiliser la science : les acteurs scientifiques de la Méditerranée doivent s’organiser pour améliorer l’interface sciences / politiques, les échanges d’étudiants. Nous devons demander au GIEC de développer les analyses prospectives spécifiques à la Méditerranée dans le cadre du Rapport spécial Océan Cryosphère.
  • 2. Accélérer l’investissement dans l’assainissement des eaux usées pour assurer la bonne santé des écosystèmes marins. Il est essentiel de conforter la connaissance, intégrer toutes les étapes dans la gestion de l’eau. Nous devons fédérer de façon renforcée les collectivités du pourtour méditerranéen pour les accompagner dans leur équipement en équipement de collecte et de traitement des eaux usées. La COP 22 doit être l’occasion de mettre en place une coalition dans ce but.
  • 3. Renforcer les aires marines protégées de Méditerranée. Elles existent mais ont souvent besoin de moyens pour financer leur fonctionnement. Je souhaite que la France et Monaco puissent prendre une initiative, en lien avec l’Italie afin de renforcer encore davantage la protection du sanctuaire Pelagos que nous cogérons.
  • 4. Progresser dans l’utilisation des solutions basées sur la nature pour protéger nos littoraux. J’invite tous les pays du pourtour méditerranéen à soutenir la soumission déposée par la France, Monaco et le Maroc, avec leurs partenaires, pour engager un travail permettant la réduction des émissions de gaz à effet du transport maritime, dans le contexte de la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Le 14 novembre, nous lancerons la coalition pour l’interdiction des sacs plastique, j’invite tous les pays du pourtour méditerranéen à la rejoindre.
    J’ai annoncé que la Conférence internationale de haut niveau avec les 21 pays du pourtour méditerranéen serait organisée par la France, le Maroc et la Principauté de Monaco.

Télécharger le communiqué (PDF - 126 Ko)

Contact presse : 01 40 81 78 31

 

Imprimer