Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal annonce un plan de restauration dans le Parc national des Calanques en associant les élus locaux

8 septembre 2016 - Eau et biodiversité
Imprimer

L’incendie déclenché le 5 septembre dans les environs de Marseille aurait pu gravement affecter la biodiversité du Parc national des Calanques.


Seulement 390 hectares de pinèdes et de garrigues ont été détruits, mais aucun site majeur du Parc national n’a été impacté grâce à l’engagement optimal et parfaitement coordonné des services de lutte contre l’incendie.

Au départ de Luminy, l’incendie s’est très rapidement propagé en direction de Cassis, attisé par un vent violent. Des formations de garrigues et de jeunes pinèdes ont été impactées, ainsi que plusieurs habitats naturels d’intérêt européen (pelouses calcaires, falaises, éboulis). L’impact paysager est important car la zone touchée se situe sur une des voies d’accès les plus empruntées vers le Parc. Toutefois, aucun des grands sites paysagers des Calanques, aucun site écologique majeur et aucune porte d’entrée touristique du Parc national n’a été impacté.

Ségolène Royal tient à saluer le travail coordonné des services d’intervention et de secours : le Bataillon des marins-pompiers de Marseille (BMPM) et le Service départemental d’incendie et de secours des Bouches-du-Rhône (SDIS 13), qui ont déployé d’importants moyens, aidés par l’Office national des forêts, les services des collectivités de Marseille et Cassis, la Police nationale, la Police municipale et les agents du Parc national des Calanques ainsi que des renforts de la sécurité civile des départements voisins. Au total, ce sont plus de 800 marins-pompiers et pompiers ainsi que 250 véhicules et d’importants moyens aériens qui ont été engagés dans la lutte contre cet incendie.

Cet engagement massif de moyens au sol et de moyens aériens témoigne de la nécessité de maintenir une vigilance de tous pour la préservation de la biodiversité face aux différents risques qui l’affectent. Le risque d’incendie figure dans la charte du Parc national, comme l’un des axes majeurs de son action. Ségolène Royal a d’ailleurs demandé au Parc national de mettre en œuvre un programme de restauration des écosystèmes victimes de cet incendie, qui donne toute sa place à l'observation de l'évolution naturelle des milieux, à la connaissance fine des écosystèmes et à la pédagogie sur le risque incendie.

Télécharger le communiqué (PDF - 133 Ko)
 

Imprimer