Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal apporte son soutien aux associations et aux élus opposés à l’extraction des sables coquilliers marins dans la baie de Lannion

13 septembre 2016 - Mer et littoral
Imprimer

Ségolène Royal a reçu le lundi 12 septembre 2016 les élus qui ont contesté la décision du tribunal administratif de Rennes rejetant leur demande de suspendre l’arrêté autorisant la Compagnie armoricaine de navigation à extraire du sable coquillier marin dans la baie de Lannion.


Ségolène Royal a donc décidé de lancer les actions suivantes :

- une inspection du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) va examiner dans les prochains jours les conditions de réalisation des deux premières campagnes d’extraction réalisées par la CAN. Le CGEDD devra notamment vérifier que les prescriptions de méthode du 25 septembre 2015 ont été respectées ;

- l’IFREMER sera chargé d’apporter un appui technique aux inspecteurs et d’examiner la validité de l’état de référence des milieux qui devait être réalisé avant le début des travaux ;

- les raisons pour lesquelles l’extraction ont eu lieu la nuit devront être éclaircies notamment parce que la turbidité ne peut plus être contrôlée ;

S’il s’avère que les conditions qui constituaient soit un préalable, soit une condition de l’extraction, n’ont pas été remplies, l’arrêté autorisant l’extraction sera suspendu.

Le site d’extraction concerné par le projet est situé entre les deux sites Natura 2000 « Baie de Morlaix » et « Côte de Granit Rose-Sept-Îles ». Le projet d’extraction de sables coquilliers est susceptible d’affecter de manière significative deux sites Natura 2000. Ce sujet sera clarifié.

Cette extraction est également susceptible de porter atteinte au lançon, poisson qui a fait de cette zone un lieu de reproduction et qui entre dans la chaîne alimentaire de nombreuses espèces.

Enfin des pêcheurs ont observé que des fosses avaient été constituées au cours des extractions, ce qui est strictement interdit.

Télécharger le communiqué (PDF - 133 Ko)

Imprimer