Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Ségolène Royal inaugure la centrale solaire de Ouarzazate au Maroc

5 février 2016 (mis à jour le 8 février 2016) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Jeudi 4 février, à l’invitation du roi du Maroc, Ségolène Royal s’est rendue à Ouarzazate où elle a inauguré le complexe solaire « Noor ». A cette occasion, elle a félicité le Maroc pour son engagement dans le développement d’une économie verte, tout en rappelant le soutien des entreprises françaises au déploiement des énergies renouvelables au Maroc.


Le complexe solaire « Noor », un projet exemplaire

Le plan solaire « Noor » (« lumière » en arabe) est unique au monde par sa taille : il prévoit le développement de centrales solaires d’une capacité totale de 2000 MW d’ici 2020 et devrait permettre une économie annuelle des émissions de gaz à effet de serre équivalente à 3,7 millions de tonnes de CO2 à cet horizon. A travers le Maroc, cinq sites ont été présélectionnés près de Ouarzazate, Midelt, Laâyoune, Boujdour et Tata pour accueillir les projets Noor.

Le complexe de Ouarzazate, d’une étendue de 3000 hectares et d’une capacité de 580 MW, est le plus grand au monde. Il sera constitué de quatre centrales solaires multi-technologiques (CSP cylindro-parabolique, CSP tour et Photovoltaïque), associées à une plateforme de recherche et développement qui s’étend sur plus de 150 hectares.

La France renouvelle son soutien au Maroc pour le développement des énergies renouvelables

Pour Ségolène Royal, le Maroc fait figure de précurseur dans le développement industriel des énergies renouvelables à grande échelle. Alors que le pays s’apprête à accueillir la Conférence de Marrakech (COP22) en décembre 2016, la ministre a rappelé que la mission de la France était de faire en sorte que les objectifs communs fixés lors de la COP21 soient « remplis, et même dépassés ».

A ce titre, Ségolène Royal a réaffirmé sa volonté de mettre à profit l’expérience des entreprises françaises pour le déploiement des énergies renouvelables et locales au Maroc, non seulement solaires, mais aussi hydroélectriques et éoliennes.

La lutte contre le changement climatique et dans le domaine du développement durable est d’ailleurs depuis plusieurs années au centre de la coopération franco-marocaine.

Crédits photo Une : Noor / Masen (Moroccan Agency for Solar Energy)

Imprimer