Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal lance un appel à projets pour des « Territoires Hydrogène »

4 mai 2016 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat annonce le lancement d’un appel à projets pour le développement de "Territoires Hydrogène" dans le cadre des travaux sur le stockage d’énergie de la Solution « Mobilité Écologique » de la Nouvelle France Industrielle.


L'hydrogène est un vecteur énergétique à fort potentiel qui permet de nombreuses applications, par exemple pour le stockage d’énergie sur longue durée en alternative à la batterie ou pour des solutions de mobilités durables avec des véhicules électriques à piles à combustible.

Le 12 février 2015, sous l’impulsion des acteurs de la Nouvelle France Industrielle, Ségolène Royal a confié aux Conseils généraux de l’économie et de l’environnement - développement durable une mission relative à la filière hydrogène énergie. Ce rapport est publié aujourd’hui et vise à proposer des mesures concrètes propres à lever les freins de son développement. Cette mission a dressé 20 recommandations pour développer la filière dont plusieurs font déjà l'objet d'applications concrètes.

Consulter le rapport

Parmi les recommandations, la mission proposait le lancement d'un appel à projets pour développer une économie de l'hydrogène à l'échelle d'un territoire.


C'est l'objet du présent appel à projets qui servira à montrer qu'un territoire, dès lors qu'il utilise une source d'hydrogène décarbonnée pour satisfaire plusieurs utilisations, peut générer un développement économique rentable et écologique.

Les projets attendus seront des projets intégrés qui intègrent une chaîne complète de production, conditionnement, distribution et valorisation d’hydrogène dans des applications finales. Ils pourront servir à différents usages : électro-mobilité, alimentation embarquée, alimentation autonome, lissage des énergies intermittentes, secours électriques, cogénérations, injection dans le réseau de gaz, usage industriel… Différentes typologies de territoires seront retenues pour valider des modèles économiques et énergétiques variés : urbain, rural, zones d'activités, ports et aéroports, territoires insulaires.

Cet appel à projets fonctionnera comme un guichet unique vers les différents dispositifs d'aide existants (européens, nationaux, locaux), faisant bénéficier aux lauréats d’un comité de suivi dédié regroupant l’ensemble des financeurs publics (Programme des investissements d’avenir, ADEME, BPI France, Caisse des Dépôts et Consignations, représentants régionaux,…) afin d’accélérer le montage et le financement des projets ; il pourra être complété par de nouveaux dispositifs de soutien le cas échéant. Les candidats devront remettre leur dossier avant le 30 septembre 2016.  
 

Consulter le cahier des charges


Les principales conclusions du rapport
sur la Filière Hydrogène-énergie

Le vecteur hydrogène énergie doit être considéré comme un instrument au service de la transition énergétique. C’est un vecteur flexible, utilisable pour des applications diverses (mobilité, résidentiel, stockage d’énergie), et potentiellement décarboné.

La filière hydrogène se développe notamment au Japon, aux États-Unis, en Allemagne et en Corée. En France, des infrastructures adaptées à des besoins de niche (par exemple pour des flottes automobiles captives comme celles de La Poste) sont actuellement développées de manière dispersée, et quelques petites entreprises performantes sont apparues à côté de quelques grands acteurs liés à la chimie et l’automobile.

Longtemps perçue comme une technologie pour le long terme, la filière hydrogène énergie connaît un regain d’intérêt qui se manifeste par un nombre croissant de démonstrateurs, de prototypes, et de nouveaux produits.

Le développement de la filière hydrogène est un pari sur l’avenir. Mais les enjeux pour l’industrie française sont très importants et cette filière doit être encouragée.

La mobilité apparaît comme le secteur le plus prometteur, et le plus concurrentiel. Le véhicule électrique à hydrogène bénéficie, outre d’une autonomie accrue, d’une grande rapidité de recharge par rapport au véhicule électrique à batteries. Son coût, encore très élevé, devrait baisser avec l’augmentation du nombre de ventes. Quelques véhicules sont déjà commercialisés avec un positionnement haut de gamme. L’approvisionnement en hydrogène du consommateur final par déploiement de stations de distribution sera néanmoins crucial. D’autres applications apparaissent par ailleurs : le stockage de l’hydrogène peut assurer une régulation de l’intermittence liée à la plupart des énergies renouvelables et l’injection d’hydrogène produit par de l’électricité excédentaire dans le réseau de gaz est un débouché potentiellement important.

La mission considère que l’hydrogène-énergie pourrait se développer de manière visible à l’horizon 2025-2030, et recommande une aide dès à présent à la structuration de la filière avec notamment l’établissement d’une feuille de route précise, une gouvernance adaptée et un soutien du Programme des Investissements d’Avenir.



Une filière industrielle française de fabrication des briques technologiques propres à l’hydrogène-énergie*  doit être organisée : soutien des technologies de rupture, réduction des coûts et sécurisation des technologies les plus mûres.

 
* : Par exemple électrolyseur, pile à combustible, réservoir, gestion intégrée de systèmes

Télécharger le communiqué (PDF - 148 Ko)

Imprimer