Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal prend acte de la décision de l’Autorité de sûreté nucléaire et accélère la transition énergétique

18 octobre 2016 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, prend acte de la décision de l’Autorité de Sûreté Nucléaire de demander à EDF l’arrêt de 5 réacteurs nucléaires sous 3 mois et de renforcer les contrôles sur 6 réacteurs déjà arrêtés.


La sûreté nucléaire est une priorité de la Ministre et du Gouvernement, en toute transparence

  • Ségolène Royal a reçu le président de l’ASN le 17 octobre et lui a assuré toute sa confiance afin que les investigations en cours, et les décisions qui en découleront, assurent le niveau de sûreté du parc nucléaire français.
     
  • La loi de transition énergétique pour la croissance verte a renforcé la transparence et l'information des riverains, les pouvoirs de contrôle de l'ASN, y compris chez les sous-traitants et fabricants d'équipements, rendu plus opérationnel le régime de sanction, et encadré la sous-traitance dans les opérations d'exploitation des centrales.
     
  • Ségolène Royal a également renforcé les moyens humains de l'ASN et de l'IRSN: après 20 créations de postes en 2015 et 2016, l'ASN sera renforcée de 30 postes en 2017, et l'IRSN de 20 emplois supplémentaires.
     
  • Afin d’assurer l’information des parties prenantes sur les décisions prises, Ségolène Royal a proposé au Président de l’ASN que la présentation des éléments ayant fondé la décision annoncée aujourd’hui soit à l’ordre du jour de la prochaine réunion du Haut Comité pour la Transparence et l‘Information sur la Sûreté Nucléaire (HCTISN).

Les avancées de la transition énergétique contribuent à compenser les indisponibilités de ces réacteurs

  • Les politiques volontaristes d’économie d’énergie mises en place par la ministre, en particulier dans les logements, permettent à RTE d’anticiper une consommation d’électricité stable par rapport à l’an dernier : la croissance économique ne s’est pas traduite par une augmentation du besoin en énergie.
     
  • Le développement des énergies renouvelables électriques est significatif : les 18 GW installés d’éolien et de photovoltaïque apportent une puissance équivalente d’environ 6 GW à la pointe de midi, en augmentation de 10% par rapport à l’hiver dernier, et représentent l’équivalent de 6 réacteurs nucléaires. La ministre a demandé aux opérateurs de réseau d’accélérer l’intégration des projets d’énergies renouvelables en attente de raccordement.  
     
  • Le développement de l’effacement pourrait apporter une contribution d’au moins 3GW, grâce à la décision de la Ministre d’augmenter le volume des appels d’offres pour l’effacement et l’interruptibilité.
     
  • Le développement des interconnexions des réseaux électriques européens, soutenu par la France, contribue également à la couverture de la consommation française avec une capacité maximale d’importation de 11GW, en hausse de 2 GW grâce à la mise en service d’une nouvelle liaison France-Espagne et au doublement au 1er janvier 2017 de la capacité d’importation depuis l’Italie.
     
  • La réforme du mécanisme de capacité portée par Ségolène Royal auprès de la commission européenne, permet d’envisager un démarrage de ce mécanisme au 1er janvier 2017, consolidant le maintien des capacités nécessaires à la sécurité d’approvisionnement.

La loi de transition énergétique pour la croissance verte fait de la réduction des consommations, notamment à la pointe hivernale, et de la diversification du mix énergétique les deux piliers du modèle énergétique français pour l’avenir. Cela contribuera à la robustesse du système électrique sur le long terme.

 Télécharger le communiqué (PDF - 109 Ko)

Imprimer