Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal présente en Conseil des ministres une ordonnance portant sur les installations hydroélectriques

27 avril 2016 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

La Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat, a présenté une ordonnance portant diverses mesures de modification du livre V du code de l’énergie.


Cette ordonnance, prise sur le fondement de l'article 119 de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, porte sur les installations hydroélectriques.

L’hydroélectricité joue un rôle essentiel dans la transition énergétique : en 2015, elle a représenté 11 % de la production d’électricité annuelle et 61 % de la production d’origine renouvelable. Elle permet d’accompagner la mise en œuvre des objectifs du Gouvernement pour accélérer le développement des énergies renouvelables électriques, comme l’éolien et le solaire.

L’ordonnance vise donc à clarifier le droit applicable aux installations hydroélectriques.

L’ordonnance instaure une contravention de grande voirie pour lutter contre les atteintes des tiers à l’intégrité et à la conservation du domaine public hydroélectrique, en particulier contre le dépôt sauvage de déchets.

Pour assurer la bonne exécution des contrats de concession, l’ordonnance précise le régime des sanctions pénales et administratives applicable aux concessions hydroélectriques.

L’ordonnance clarifie également certaines règles applicables aux installations hydroélectriques pour régulariser l'occupation foncière pour des concessions anciennes et garantir la continuité de l'exploitation des installations de moins de 4 500 kW.

Ces dispositions modernisent et adaptent ainsi le droit des concessions hydroélectriques, pour favoriser la transition énergétique.

L'ordonnance clarifie également le régime applicable aux installations produisant de l'électricité à partir des énergies marines,
en excluant du régime des concessions hydroélectriques les installations implantées sur le domaine public maritime ou en zone économique exclusive, hors usine marémotrice. L'objectif est d’encourager leur développement, au service de la transition énergétique.

Télécharger le communiqué (PDF - 140 Ko)
 

 

Imprimer