Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal rappelle la nécessité que l’Union européenne se mobilise très fortement pour limiter l’exposition des citoyens aux perturbateurs endocriniens

4 mars 2016 - Prévention des risques
Imprimer

La France est attachée au principe de précaution et milite pour la définition et l’identification de critères relatifs aux perturbateurs endocriniens au niveau européen dès que possible cette année.


Elle propose la mise en place de trois catégories, correspondant au degré de certitude sur les dangers des substances, selon les critères de l’Organisation mondiale de la santé.

La Commission a été condamnée en carence par le Tribunal de l’Union européenne pour n’avoir pas fait de proposition de définition des critères, alors qu’elle aurait dû le faire avant décembre 2013. Ségolène Royal se réjouit que le commissaire à la santé M. Andriukaitis ait pris, durant le Conseil environnement du 4 mars à Bruxelles, l’engagement de présenter des critères avant l’été, sur la base des critères de l’OMS.

Nous devrons progresser aussi sur d’autres volets au niveau européen, et la France est prête à apporter sa contribution et son expérience. La stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens dont la France s’est dotée en 2014 mobilise en effet tous les leviers d’actions possibles, en matière notamment de recherche, d’expertise, de réglementation ou encore d’information du public.

Nous devons aussi inciter, valoriser et soutenir les entreprises qui cherchent à identifier des substituts aux substances chimiques préoccupantes pour la santé et l’environnement, comme les perturbateurs endocriniens.

Ainsi, pour favoriser le partage des connaissances, la France a organisé en janvier dernier à Paris le 2ème colloque scientifique international du Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens.

Concernant le bisphénol A, compte-tenu des avis scientifiques qui ont été rendus, j’ai marqué auprès de mes partenaires européens le souhait que cette substance soit interdite dans les contenants alimentaires destinés à toute la population, ainsi que dans les tickets de caisse.


Télécharger le communiqué de presse (PDF - 97 Ko)
 

Imprimer