Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal regrette la décision de la Commission européenne de prolonger l’approbation du glyphosate pour 18 mois

30 juin 2016 - Prévention des risques
Imprimer

Ségolène Royal regrette la décision de la Commission européenne de prolonger l’approbation du glyphosate pour 18 mois et rappelle les mesures prises par la France pour lutter contre l’utilisation des pesticides.


La Commission européenne a décidé de prolonger l’approbation du glyphosate pour 18 mois, le temps que l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) se prononce sur son caractère « cancérigène probable ».

Ségolène Royal regrette cette décision, à laquelle la France s’était opposée à plusieurs reprises, notamment lors du comité d’appel du 24 juin 2016. D’autres États membres de l’Union européenne, notamment l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche, le Portugal et Malte s’étaient joints à la France et avaient refusé d’approuver cette décision.

Le glyphosate avait été classé "cancérigène probable" par le CIRC (instance de l'OMS spécialisée dans le cancer) à l'été 2015. Cette position avait été contestée par l’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA).

La ministre de l’Environnement rappelle les actions lancées en France pour lutter contre l’usage des pesticides.

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte :

  • interdit l'épandage aérien des pesticides, sauf dérogation des ministres de l’Environnement, de la Santé et de l’Agriculture ;
  • interdit la vente en libre-service des pesticides dans les jardineries ;
  • met un terme à l'utilisation des pesticides par les communes pour l'entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public.


Ségolène Royal a donné instruction aux préfets de protéger les populations vulnérables en cas d’épandage de pesticides.

Par ailleurs, le projet de loi relatif à la reconquête de la biodiversité prévoit l’interdiction à compter du 1er septembre 2018 des insecticides néonicotinoïdes.

Ségolène Royal a également mis en place le label national « Terre saine, communes sans pesticides » pour distinguer les collectivités territoriales exemplaires en termes de gestion sans pesticides de leurs jardins, leurs espaces végétalisés et leurs infrastructures.

 Télécharger le communiqué (PDF - 135 Ko)

Imprimer