Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

PRESSE

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Ségolène Royal signe 7 conventions d’engagement dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national d’actions « France, Terre de pollinisateurs »

1er mars 2016 - Eau et biodiversité
Imprimer

Les enjeux de sauvegarde des insectes pollinisateurs sont majeurs. Le déclin constaté de ces espèces témoigne d’une perte regrettable de la biodiversité (les pollinisateurs sont reconnus comme indicateurs précoces de la santé de la vie animale et végétale), et compromet également une partie non négligeable de la ressource alimentaire des populations humaines : environ 70% des plantes à fleurs sauvages et cultivées en France métropolitaine et 80% des cultures dans le monde (soit 35% du tonnage que nous mangeons) dépendent fortement de la pollinisation par les insectes.


Compte tenu de l’importance de la pollinisation, Ségolène Royal, a présenté au conseil des ministres du 20 mai 2015 un  Plan national d’actions « France, Terre de polinisateurs » pour la préservation des abeilles et insectes pollinisateurs sauvages.

Afin de mobiliser le plus grand nombre d’acteurs en faveur des insectes pollinisateurs sauvages, Ségolène Royal vient de signer une convention d’engagement avec Voies navigables de France, le Domaine national de Chambord, Réseau de transport d’électricité, la Fédération des parcs naturels régionaux de France, Parcs nationaux de France, l’Institut national de la recherche agronomique et l’Office national des Forêts.



ZOOM SUR LES 7 CONVENTIONS D’ENGAGEMENT :


Voies navigables de France s’engage, entre autres, à intégrer la problématique des insectes pollinisateurs sauvages dans la gestion des dépendances vertes des infrastructures et des terrains industriels avec par exemple l’augmentation de la ressource florale et la promotion d’actions visant à supprimer l’utilisation des pesticides.

Le Domaine national de Chambord s’engage, entre autres, à perfectionner la gestion forestière pour la rendre plus favorable à ces espèces en augmentant la ressource florale, en formant et sensibilisant le personnel forestier de Chambord et en poursuivant la non-utilisation de produits phytosanitaires en forêt.

Réseau de transport d’électricité s’engage, entre autres, à soutenir et à développer des études scientifiques sur les insectes pollinisateurs sauvages, à augmenter la ressource florale et à développer des milieux favorables pour ces insectes.

La Fédération des parcs naturels régionaux de France s’engage, entre autres, à développer, dans les 48 Parcs naturels régionaux métropolitain, des mesures visant à mieux faire connaître les pollinisateurs sauvages, à conforter et développer l’animation du Concours général agricole des prairies fleuries et à faire des inventaires.

Parcs nationaux de France s’engage, à améliorer les connaissances sur ce groupe fonctionnel, les partager, sensibiliser le public, et promouvoir des pratiques vertueuses des différents usages des ressources naturelles. De nombreux parcs nationaux agissent déjà en faveur de la pollinisation (exemple : abeille noire des Cévennes et abeille noire de Port-Cros).

L’Institut national de la recherche agronomique s’engage à améliorer les connaissances sur les insectes pollinisateurs sauvages notamment en ce qui concerne les impacts de l’artificialisation des terres sur la biodiversité, le rôle des insectes dans la pollinisation des cultures et de la végétation non agricole et les modes d’approvisionnement chez les abeilles afin d’aboutir à des solutions opérationnelles pour les agronomes, les apiculteurs et les biologistes de la conservation.

L’Office national des Forêts s’engage à perfectionner la gestion forestière pour la rendre plus favorable à ces espèces avec par exemple le développement du réseau des forestiers naturalistes notamment sur les Abeilles sauvages, les Syrphes et les Hyménoptères Symphytes et à réaliser des inventaires dans les réserves biologiques. L'ONF s'engage également à appuyer la diffusion et le déploiement du dispositif innovant qu'est « l'hôtel à abeilles » et à continuer à soutenir des thèses en particulier sur le rôle de la forêt comme réservoir à pollinisateurs.

Téléchargez le communiqué (PDF - 100 Ko)

Imprimer