Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Ségolène Royal souhaite mettre fin à l’utilisation des sacs plastique

26 juin 2014 (mis à jour le 2 février 2016) - Prévention des risques
Imprimer

La ministre de l’Écologie a déposé un amendement adopté mercredi 25 juin, dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la biodiversité. Le texte, propose de mettre fin à l’utilisation des sacs plastique non réutilisables à compter du 1er janvier 2016.


Grâce à cet amendement, Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, souhaite continuer dans la logique de réduction des sacs plastique à usage unique, initiée il y a environ 10 ans. 

Une décision pour donner plus de force aux comportements responsables déjà bien ancrés dans les pratiques des Français

Les grandes surfaces alimentaires ont engagé, depuis des années, un retrait progressif des sacs plastique à usage unique en caisse. Grâce à cette initiative, qui a poussé les clients à utiliser des sacs réutilisables, leur nombre est passé de 10 milliards à 700 millions, entre 2002 à 2011. Cela étant il y a lieu de poursuivre cette réduction car près de 5 milliards de sacs de caisse en matière plastique à usage unique sont encore distribués dans les commerces annuellement en France.

Au 1er janvier 2016, fin de l’utilisation des sacs plastique non réutilisables, sauf sacs compostables (compostage domestique) et biosourcés pour les sacs dits « fruits et légumes », utilisés pour l’emballage des fruits et légumes, des poissons et des viandes, des alternatives seront possibles grâce à des sacs compostables, fabriqués à partir de matière végétale. Cette décision est, de plus, une opportunité de valoriser la production de nouveaux sacs innovants et écologiques en France. En effet, aujourd’hui, 90 % des 12 milliards de sacs dits « fruits et légumes » sont importés depuis l’Asie.

Les sacs plastique : un réel danger pour la faune et la flore marine

L’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement (ANUE), réunie cette semaine à Nairobi au Kenya, a de nouveau alerté sur l’ampleur des dégâts générés par le rejet de déchets plastique dans les océans. Cette pollution constitue une grave menace pour la vie marine, et par conséquent pour le tourisme et la pêche. Ces déchets peuvent en effet tuer les animaux marins qui les ingèrent, mais également détériorer leur habitat. Les dégâts sont estimés à au moins 13 milliards de dollars.

En parallèle de cette décision française et de cet avertissement de l’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement, une directive européenne sur les sacs plastique est également en cours de préparation.

A vous de jouer ! 

 Vous aussi vous voulez, à votre échelle, lutter contre la pollution de la nature ? Alors cet été, devenez un voyageur responsable durant vos randonnées et ballades, en adoptant la GreenTrek attitude !

GreenTrek, c’est une association qui a décidé de lutter contre la pollution sauvage des promeneurs. Plus d’un million de tonnes de déchets sont en effet répandues chaque année dans la nature française. Cette association vous propose un sac écologique et très pratique pour ramasser les détritus rencontrés sur les chemins de promenade.

Ce sac est en effet :

  • bio, lavable et éthique
  • robuste, puisqu’il peut contenir 300g de déchets
  • discret car il peut être porté autour de la taille

Pour vous procurer le sac, rien de plus simple, rendez-vous dans les magasins participants !

 

Télécharger le communiqué de presse (PDF - 880 Ko)

Crédits photo : Norris/Flickr

 

Imprimer