Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Soudaines dégradations météorologiques à l’aéroport de Nice

6 avril 2016 (mis à jour le 4 juillet 2016) - Transports
Imprimer

Quelles sont les perturbations météorologiques les plus significatives pouvant affecter l’aéroport de Nice ?

Les problèmes météorologiques impactant plus particulièrement les opérations de l’aéroport de Nice ont lieu quand la piste 22 est en service. Ils sont généralement liés à la topologie particulière du terrain, le relief étant proche de la côte.

La visibilité et/ou le plafond se dégradent plus particulièrement lorsque les vents de secteur sud-ouest poussent une masse d’air humide vers les montagnes. Il en résulte une couche nuageuse fine mais opaque qui se retrouve bloquée dans la baie de Nice. Ainsi, le temps peut être correct voire même beau aux alentours, mais l’accessibilité du terrain compromise.

De plus, plus le vent s’intensifie, plus la masse d’air humide et donc la couche nuageuse qui en résulte stagne entre les seuils des pistes 22 et les MAPT (Missed Approach Point) des procédures 22, VOR B/C ou RNAV D. En raison des obstacles particulièrement proches du terrain et parce qu’une approche en ligne droite pour les pistes 22 n’est pas envisageable, les minimas opérationnels des procédures sont élevés et peuvent devenir une problématique. En effet, le phénomène météorologique décrit plus haut peut conduire à ce qu’aucune des procédures d’approche pour les pistes 22 ne soient utilisables.

Approach Procedure Visibility MDA (Minimum Decision Altitude)
VOR B 8km 1500 ft
RNAV D 5km 1260 ft

Le 1er mai 2015 fut une journée symptomatique à cet égard. En effet, le terrain a dû fermer aux arrivées à partir de 08h47 après que 5 avions aient dû remettre les gaz car dans l’impossibilité de réunir les minimas opérationnels à temps.

 

Peut-on anticiper ce type de phénomène ? De quels moyens de prévision météorologique disposent l’approche de Nice ?

L’environnement niçois est particulier. Les changements météorologiques sont soudains, la prévision de phénomènes critiques peut s’avérer être un réel défi. Néanmoins, afin de pallier à cette difficulté, la plateforme niçoise dispose d’un bureau H24 de prévision et d’observation météo ainsi que d’un certain nombre de systèmes de mesure (tels des transmissomètres et des outils de mesure de la hauteur de la base des nuages). Ces systèmes transmettent de manière régulière des données utiles à la prévision. Le bureau météo diffuse des METAR et des TAFs ainsi que des comptes rendus d’observation mis à jour à intervalle régulier. Cependant, des disparités entre la situation prévue et les conditions temps réel peuvent subsister au regard des phénomènes météorologiques spécifiques à la plateforme niçoise : brume de mer, convection au-dessus des reliefs, proximité de la rivière Le Var, vent d’ouest particulièrement fort, cisaillement de vent assez fréquent, etc…)

De plus, les standards de publication OACI pour les METAR et les TAF peuvent amener le bureau météo à diffuser des rapports « trop optimistes » : les nuages se trouvant bloqués dans la baie de Nice et donc dans la base main gauche des procédures 22 peuvent empêcher la poursuite de l’approche alors que les METAR/TAF annoncent « SCT 1000ft », rendant impossible une conscience appropriée de la situation réelle

Météo France conduit des études afin d’améliorer ses systèmes de prévision et d’observation.

 

Comment mieux informer les compagnies aériennes de ces conditions météorologiques critiques et de leurs effets ?

Le projet Nice A-CDM (Airport Collaborative Decision Making) a été officiellement lancé. Il doit permettre d’améliorer le partage d’informations opérationnelles entre les utilisateurs de la plateforme et plus particulièrement dans ce cadre. A l’heure actuelle, les opérations des compagnies aériennes sont encouraées à s’inscrire puis se connecter au site dsna.fr, onglet LFMM (Marseille ACC) pour les dernières informations quant à des problèmes d’accessibilité de la plateforme en QFU 22.

Être informé des phénomènes météo critiques et de leurs évolutions est un préalable essentiel à la sécurité des vols. Le développement d’un outil visant à faciliter la conscience temps réel de la situation de tous les acteurs impliqués est indispensable. Les utilisateurs de la plateforme pourraient souhaiter à terme partager les informations suivantes : capacité piste réalisée, prévisions météorologiques mises à jour, terrains de déroutement privilégiés par les opérateurs et disponibilité parkings sur ces aéroports. La DSNA est prête à s’engager et à participer à tout projet de développement et de partenariat à cet égard.

Imprimer