Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Territoires « zéro déchets zéro gaspillage »

13 novembre 2014 (mis à jour le 28 décembre 2015) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

 


Levier de mobilisation des territoires, l’appel à projets "zéro déchet, zéro gaspillage" a pour objectif d’accompagner les collectivités volontaires dans une démarche exemplaire et participative de promotion de l’économie circulaire, via la mobilisation de l’ensemble des acteurs locaux (associations, entreprises, citoyens, administrations, commerces) autour des objectifs suivants :

  • Réduire toutes les sources de gaspillage,
  • Donner une seconde vie aux produits,
  • Recycler tout ce qui est recyclable.Les territoires lauréats rassemblent plus de 7,5 millions d’habitants, dont 3 collectivités d’Outre-mer, et s’engagent à réduire de plus de 10 % de leurs déchets, ce qui correspond à plus de 240 000 tonnes évitées et 43 millions d’euros d’économies par an.

Les lauréats

Une première vague de candidatures avait abouti à la désignation de 58 lauréats à la fin 2014. Ces territoires s’étaient mobilisés pour mettre en place un projet exemplaire et participative de promotion de l’économie circulaire, via la mise en mouvement de l’ensemble des acteurs locaux (associations, entreprises, citoyens, administrations, commerces).

Depuis, ces territoires ont lancé leurs projets de manière opérationnelle, mettant en place des actions de terrain, et une gouvernance participative pour progresser vers l’objectif « zéro déchet, zéro gaspillage ».
 

Dans le cadre d’un nouvel appel à candidatures lancé à l’été 2015, ce sont 95 nouveaux territoires qui ont été désignés lauréats le 13 novembre 2015 et qui mettront en place leur projet dans les mois à venir, déclinant de manière opérationnelle les avancées de la loi de transition énergétique pour la croissance verte en matière d’économie circulaire.

Les lauréats bénéficient d’un accompagnement spécifique du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, via l’ADEME, qui mettra à leur disposition :

  • son expertise technique,
  • un soutien financier pour l’animation de la démarche,
  • des aides à l’investissement prioritaires et bonifiées.

 

 Ils l’ont fait, pourquoi pas vous ?

Les restaurateurs et les hôteliers de Paris s’engagent pour valoriser leurs déchets alimentaires

80 restaurants, hôtels et traiteurs collectent déjà leurs déchets pour que ceux-ci soient méthanisés. Cette opération va permettre de valoriser 200 tonnes de déchets alimentaires sur 6 mois. Selon le Syndicat National des Hôteliers, Restaurateurs, Cafetiers et Traiteurs (SYNHORCAT), les quelques 25 500 hôtels et restaurants parisiens produisent entre 30 000 et 70 000 tonnes de déchets alimentaires par an. Cette fédération a mis en place, à Paris, la collecte séparée des déchets de cuisine et de table. 80 restaurants, hôtels et traiteurs collectent déjà leurs déchets pour que ceux-ci soient méthanisés. Cette opération va permettre de valoriser 200 tonnes de déchets alimentaires sur 6 mois.
Par ailleurs, réfléchir sur ses déchets amène à s’interroger sur ses pratiques et à agir sur le gaspillage alimentaire. Pour l’environnement, c’est une économie de ressources et pour eux, des économies financières.

Déploiement d’un dispositif de gestion des déchets de chantier en Ile-de-France

Un service de bennes sur chantiers, 12 centres de collecte des déchets de chantier intégrés, 150 000 tonnes traitées par an et un taux de valorisation de 75 % : le dispositif de gestion des déchets de chantiers Raboni/Paprec fait aujourd’hui référence. Déchets inertes (gravats, béton, briques, parpaings, verre, carrelage...), déchets non dangereux (emballages, bois, ferraille, plâtre, tuyaux PVC, déchets verts...) : tous les types de déchets peuvent être pris en charge et stockés dans des conteneurs, qui sont désormais bâchés.
Grâce à la filière recyclage créée avec le groupe Paprec, les déchets des clients de Raboni sont en effet collectés mais également triés et orientés selon leur nature vers une filière de recyclage et de valorisation classique ou vers une filière spécialisée (Recydis, Paprec DEEE) pour être intégralement traités.

Imprimer