Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Transition énergétique : les restaurateurs valorisent les biodéchets

15 septembre 2014 (mis à jour le 15 octobre 2014) - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Fauchon, Taillevent ou encore Le Napoléon font partie des 80 restaurateurs, hôtels et traiteurs parisiens qui valorisent leurs biodéchets.


À partir de 2015, au-delà d’un certain seuil, 20 tonnes par an, 10 dès 2016, les restaurateurs auront obligation de trier et de valoriser leurs biodéchets.

Leur syndicat professionnel, le Synhorcat, a anticipé cette réglementation en lançant, en mars 2014, une expérimentation de huit mois à laquelle 80 restaurateurs, hôtels et traiteurs parisiens volontaires participent. Certains sont célèbres, comme Fauchon, Taillevent ou Le Napoléon, d’autres sont de petits bistrots de quartier.

Les déchets sont collectés tous les jours grâce à des mini-bennes adaptées à un environnement urbain dense. Ils sont acheminés jusqu’à une plateforme de méthanisation située au sud de Paris, où ils sont valorisés. Les biodéchets ainsi collectés servent à produire du gaz, du méthane. Le résidu après traitement, appelé digesta, sert même d’engrais pour nos agriculteurs.

Cette expérimentation constitue une vitrine pour convaincre l’ensemble de la profession que cette valorisation est non seulement pertinente, mais aussi possible.

Le véhicule de collecte étant équipé d’une pesée embarquée, chaque restaurateur connaîtra le poids de ses déchets et pourra réfléchir à son gaspillage alimentaire.

Au total, 200 tonnes de déchets devraient être valorisées grâce à cette opération, à laquelle l’ADEME a accordé un financement de 173 600 euros.

Imprimer