Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Transport de passagers aériens : le trafic renoue avec la croissance en janvier

23 février 2016 - Transports
Imprimer

Fragilisé à la suite des attentats du 13 novembre dernier à Paris, le transport aérien français renoue avec la croissance en ce début d’année (+1,9%) malgré une grève du contrôle aérien le 26 janvier. La croissance profite au marché national (+1,4%) et plus encore à l’international (+2,1%) mais elle ne bénéficie guère au pavillon français (-0,4%).


En janvier, la bonne santé du marché national (+1,4%) est portée par le dynamisme des liaisons touchant l’Outre-Mer (+6,1%) et plus particulièrement les Antilles (Paris-Fort de France +11,8%, Paris-Pointe à Pitre +11,8%, Fort de France-Pointe à Pitre +6,6%). Le marché domestique métropolitain pour sa part, demeure stable (+0,1%) mais avec des tendances contraires entre liaisons radiales (-0,4%) et transversales (+1,2%).

Le trafic international a progressé de 2,1%. Comme lors des derniers mois, le marché est animé par l’Amérique (+4,5%), et plus précisément par l’Atlantique Nord (États-Unis +10,8%, Canada +10,3%). Premier pilier du trafic, l’Union européenne demeure également favorablement orientée (+2,8%) avec cependant des contrastes parmi les principaux partenaires (Espagne +8,1% mais Italie -2,3%). Pour le second mois consécutif, la zone Asie-Pacifique présente un résultat négatif (-1,0%) avec également des écarts très accentués (Chine +10,3%, Japon -20,2%). Pour la première fois depuis septembre, l’Afrique affiche un taux de croissance positif (+0,7%).

Côté pavillons, le gain d’activité enregistré par les transporteurs hexagonaux sur le marché national (+0,5%) ne couvre pas leur recul à l’international (-0,9%) : au global, ils connaissent une légère érosion (-0,4%). Leurs concurrents en revanche ont très significativement progressé à l’international (+3,9%) et plus encore sur le marché intérieur (+7,7%). Le différentiel de croissance en défaveur des transporteurs français se maintient à un niveau conséquent (4,5 points). En part de marché, c’est en mesure pax que le recul du pavillon tricolore se manifeste (-1,1 point) alors qu’en PKT celui-ci est beaucoup plus atténué (-0,3 point). 

La fréquentation des aéroports majeurs a évolué de manière plutôt favorable sur l’ensemble des plateformes, à l’exception de Beauvais où l’activité chute de manière conséquente pour le troisième mois consécutif (-3,4%). Paris retrouve le chemin de la croissance (+0,4% à CDG, +2,0% à Orly), alors qu’en région Nantes (+8,2%), Bordeaux (+4,6%) et Bâle-Mulhouse (+4,1%) forment une fois de plus le podium des plus belles performances du mois. 

En janvier, les indicateurs relatifs au retard confirment leur amélioration : la proportion de vols retardés au départ de plus d’un quart d’heure est ramenée à 21,8%, en diminution de 0,4 point ; le retard moyen s’établit à 12,5 minutes, en recul de 0,4 minute. 

Ce mois-ci, le nombre de mouvements contrôlés en France métropolitaine a continué d’augmenter mais sa progression tend à plus de modération (+0,6%). Cette croissance est assurée par le dynamisme des seuls survols (+3,2%), alors que le nombre de vols touchant la Métropole (domestique et international) est en baisse (-1,6%).

Tous les numéros de la publication sont disponibles sur TendanCiel : l’indicateur mensuel du trafic aérien.

Imprimer