Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Une étude montre que les Français sont sensibles aux enjeux écologiques de l’eau

23 novembre 2011 (mis à jour le 2 juillet 2012) - Eau et biodiversité
Imprimer

Le premier baromètre de l’opinion des Français sur l’eau a été présenté, mercredi 23 novembre 2011, à l’occasion du Salon des maires. Les résultats montrent que les Français se disent prêts à accompagner par leurs changements de comportement les efforts menés par les pouvoirs publics.


Ce nouvel outil mis en place par le ministère du Développement durable, les Agences de l’eau et l’Office National de l’Eau et des Milieux aquatiques (ONEMA), en partenariat avec l’Institut IFOP permettra, chaque année, de recueillir l’avis du grand public sur les politiques de gestion de l’eau et leur efficacité.*

1er enseignement : les Français sont particulièrement sensibles aux enjeux écologiques et de santé publique liés à l’eau et aux milieux aquatiques

Ils placent avant la question du prix de l’eau (32 %), 4 enjeux écologiques prioritaires en tête de leurs préoccupations :

  • la bonne gestion de l’eau de « la planète » : 51 %,
  • la préservation de tous les milieux aquatiques : 49 %,
  • la qualité de l’eau du robinet : 48 %,
  • la réduction de la pollution de l’eau des rivières : 47 %.

2e enseignement : les Français établissent une relation directe entre les diverses activités humaines et la dégradation des milieux aquatiques et les risques liés à l’eau

en mentionnant en priorité...

... pour la dégradation de la qualité :

  • les pesticides dans les champs et les jardins : 75 %,
  • les substances dangereuses : 49 %,

... mais aussi l’usage des produits domestiques :

  • d’entretien et de bricolage : 56 %,
  • de jardinage : 49 %,

... pour les causes principales d’inondation :

  • les constructions dans les zones à risques : 69 %,
  • l’urbanisation et l’imperméabilisation des sols : 62 %.

3e enseignement : au-delà de cette perception "planétaire" des enjeux et des remèdes, le lien entre l’eau potable et la qualité des ressources en eau dans le milieu naturel n’est (toujours) pas véritablement fait

Les Français sont :

  • fortement préoccupés par la qualité de l’eau potable : 52 %,
  • et (paradoxalement…) moins nettement par l’état des rivières, des lacs et du littoral : 29 %.

4e enseignement : les Français sont majoritairement satisfaits de la gestion de l’eau dans leur région (74 %)

La perception qu’ont les Français de la gestion de l’eau, au vu de sa complexité, reste encore imprécise, et c’est pourquoi leur priorité pour garantir durablement une bonne gestion de l’eau et des milieux aquatiques va d’abord à :

  • l’éducation, la sensibilisation et la formation de tous les publics (41 %),
  • avant le renforcement des contributions financières (25 %)
  • et l’application de la réglementation (14 %).

5e enseignement : 61 % des Français font d’abord confiance aux maires et présidents d’intercommunalités en matière de gestion de l’eau

On peut souligner la bonne compréhension des Français de la dualité de l’eau entre des enjeux globaux et des solutions qui ne peuvent qu’être locales, d’où la qualité de la confiance accordée à leurs élus.

6e enseignement : les Français souscrivent majoritairement aux solutions novatrices qui leur sont proposées comme :

  • l’entretien des espaces verts sans pesticides : 96 %,
  •  l’effacement de barrages : 54 %,
  • la modification d’un méandre d’une rivière : 52 %.

et se disent prêts, à titre personnel, à adopter des comportements favorisant la préservation des ressources en eau :

  • respecter les limitations d’eau : 95 %,
  • acheter des équipements économes en eau : 60 %,
  • acheter des produits bio ou non polluants : 60 %.

* Cette enquête a été menée sur un échantillon de 3 514 personnes représentatives de la population française interrogées par téléphone du 4 au 19 octobre 2011.

Imprimer

Liens utiles