Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Mini-Tab Preview

Salle de lecture

vingt-cinq années de transport intérieur de voyageurs -

Vingt-cinq années de transport intérieur de voyageurs

3 juin 2016 - Transports
Imprimer

Commissariat général au développement durable
Études et documents - Numéro 148 - Mai 2016

Cette publication retrace l’évolution du transport intérieur de voyageurs, individuel et collectif (routier, ferré et aérien), de 1990 à 2014. Plusieurs séries annuelles – exprimées en voyageurs-kilomètres - diffusées dans le rapport à la commission des comptes des transports de la nation, ont été révisées. La principale révision porte sur une nouvelle estimation d’un paramètre majeur du transport individuel : le nombre d’occupants des voitures particulières françaises ou « taux d’occupation ». Le travail méthodologique qui a rendu possible cette révision, et permet d’estimer annuellement ce taux d’occupation, est résumé dans la partie « méthodologie ».

Depuis 1990, le transport intérieur de voyageurs a augmenté de 0,9% par an en moyenne. En 2014, il représente 907 milliards de voyageurs-kilomètres. Le transport individuel, largement prédominant, en représente près de 80%. Sa part a cependant lentement diminué au cours des vingt dernières années (il représentait 83,4 % en 1995). Cette évolution s’explique principalement par la diminution progressive du nombre d’occupants des voitures particulières.

Au cours de la même période, la part modale des transports collectifs s’est légèrement accrue et dépasse 20% du transport intérieur depuis 2008. Parmi les transports collectifs, le transport ferré a le plus progressé, soutenu en particulier par la forte croissance du train à grande vitesse. Au sein du transport collectif de longue distance, la mise en service de plusieurs lignes à grande vitesse au cours des années 1990 et 2000 a en effet rendu le transport en trains d’équilibre du territoire minoritaire. Par ailleurs, ces nouvelles LGV ont aussi concurrencé plusieurs liaisons aériennes radiales dont le trafic a fortement reculé.

Durant ces vingt-cinq années, le transport collectif de proximité est resté très dynamique, porté en particulier par le développement du transport collectif urbain qui en 2014 en représente les deux tiers. Parmi les transports collectifs urbains, ceux d’Île-de-France représentent 75%. Depuis 1990, ils ont augmenté de 35% pendant que les transports collectifs urbains hors Île-de-France ont connu une croissance substantielle de 89%. Cette très forte croissance des transports collectifs urbains hors Île-de-France provient essentiellement de l’accroissement de l’offre de transport : l’essor des transports collectifs en site propre a été en particulier visible depuis 2000 avec notamment la mise en service de lignes de tramway.