Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

Zoom métiers dans l’économie verte

6 janvier 2015
Imprimer

Sommaire :


      

Zoom sur les métiers de la biodiversité

13 août 2014 (mis à jour le 14 août 2014)


Une action de fond est menée par le ministère de l’écologie sur la structuration d’une filière des métiers de la biodiversité et des services écologiques

 
Cette filière a fait l’objet d’un engagement d’action dans le cadre de la conférence environnementale de septembre 2013 : "Renforcer le soutien à 4 filières émergentes présentant un fort potentiel en matière d’emploi : (...) - Filière biodiversité et génie écologique : promouvoir les emplois et métiers de la biodiversité et du génie écologique en s’appuyant sur un "axe emploi" du plan de développement de la filière".
 
Les métiers de la biodiversité et des services écologiques une forte spécificité. La période 2009 – 2014 a été nécessaire pour les étudier.
  • Le comité de domaine « Métiers de la biodiversité et des services écologiques » a réalisé trois études entre 2010 et 2014
  • sur la base de son 1er rapport de 2010, des travaux de l’agence technique des espaces naturels (ATEN) et de l’Agence pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) ont été diligentés sur la comptabilisation et la visibilité de ces métiers
  • dans le même temps était lancé et poursuivi activement le programme de structuration par la Direction de l’eau et de la biodiversité du ministère du développement durable de la filière professionnelle du génie écologique
Car au-delà des métiers « traditionnels » « de la nature », à peu près identifiés, les métiers « de la biodiversité »
  • ne correspondent pas à des catégories (référentiels, formations, accords de branche, etc.) existants
  • contiennent des métiers « purs » de la biodiversité, mais aussi de la biodiversité à un niveau significatif dans des métiers « traditionnels » (autrement dit il s’agit de définir un métier ou une brique de compétences importante dans un métier)
  • sont en évolution rapide avec la législation environnementale notamment liée à l’aménagement du territoire ; évolution quantitative, logiquement, c’est à dire un accroissement ; mais à quel rythme ? ; évolution qualitative sans doute, par exemple avec la technicité sans cesse plus poussée du génie écologique
  • sont peut être appelés à intégrer les entreprises dans le cadre de leur analyse environnementale voire stratégique
  • font l’objet de dissensions sur les contenus, les appellations, les ambitions, les labellisations…entre les acteurs de la filière
Avec des enjeux pour les politiques publiques :
  • permettre à l’économie de disposer d’une main d’œuvre disponible pour les besoins nationaux (compensations de biodiversité dans le cadre de projets d’infrastructures, définition des trames vertes et bleues…) et internationaux (compétitivité à l’international de la filière professionnelle privée du génie écologique) 
  • et pour cela permettre
    • d’identifier les professionnels (formations, référentiels, diplômes…)
    • de valoriser les professionnels par salaires, statuts, perspectives de carrière (beaucoup sont en association) ; pour cela mobiliser les partenaires sociaux, très dispersés en multiples branches.

Le dernier état des travaux a été présenté lors des rendez-vous des professionnels des métiers de l’économie verte (organisés par le ministère de l’écologie) du 17 mars 2014 dédiés aux métiers de la biodiversité et des services écologiques

 Actes_des rendez vous métiers Thème BIODIVERSITE 17_mars_2014 (PDF - 1164 Ko)

Des travaux d’analyse et de prospective ont été confiés entre 2009 et 2014 au comité de domaine "Biodiversité et Services écologiques" du plan national de mobilisation pour les métiers de l’économie verte présidé par Mme Sylvie BENARD.

Le comité de domaine a réalisé trois rapports en janvier 2010, mars 2011 et décembre 2013.

1er rapport du comité de domaine "Métiers de la biodiversité et des services écologiques" (janvier 2010)

2ème rapport du comité de domaine "Métiers de la biodiversité et des services écologiques" (mars 2011)

3ème rapport du comité de domaine "Métiers de la biodiversité et des services écologiques" (décembre 2013))

 

Création d’un site Internet dédié aux métiers de la biodiversité

Des éléments très riches sont ainsi disponibles (depuis l’été 2011) sur le nouveau site "les métiers de la biodiversité"

Ce site s’appuie sur l’étude d’identification des métiers de la biodiversité et de ses services écologiques réalisée à la demande du ministère du développement durable par l’ATEN (Atelier technique des espaces naturels) et l’AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes)

Le site "les métiers de la biodiversité" répertorie 40 métiers liés à la biodiversité, auxquels préparent 140 formations initiales et au total 400 formations identifiés.

Ces métiers correspondent à environ 64 000 emplois (ce chiffrage de 2011 est en cours d’affinement).

Le site propose également des fiches prospectives afin d’envisager les évolutions de ces métiers au regard des débouchés, et apporte des préconisations sur l’évolution de l’offre de formation.

Les 40 métiers de la biodiversité  :

Les métiers ont été classés en deux catégories  : 

Les métiers au cœur de la biodiversité sont ceux dont la finalité et les compétences sont la préservation, le maintien et la restauration du bon fonctionnement des éco-systèmes
 
Les métiers contribuant à la préservation sont ceux dont la finalité n’est pas la préservation de la biodiversité, mais qui intègrent des activités et des compétences qui y participent.

Administration et soutien
Chargé de communication patrimoines naturels et paysagers
Comptable dans un organisme dédié à la biodiversité
Directeur dans un organisme dédié à la biodiversité
Documentaliste dans un organisme dédié à la biodiversité
Géomaticien dans un organisme dédié à la biodiversité
Informaticien dans un organisme dédié à la biodiversité
Juriste environnement dans un organisme dédié à la biodiversité
Responsable RH dans un organisme dédié à la biodiversité
Secrétaire, assistant administratif dans un organisme dédié la biodiversité
 
Aménagement et restauration des milieux naturels
Agent d’entretien du patrimoine naturel et paysager
Chargé de mission paysage dans un organisme dédié à la biodiversité
Chef d’équipe d’entretien du patrimoine naturel et paysager
Concepteur paysagiste
Conducteur de travaux d’entretien du patrimoine naturel et paysager
Ingénieur du génie écologique
Technicien du génie écologique
Technicien foncier du patrimoine naturel et paysager
Agent technique en gestion du patrimoine naturel et paysager (nouveau / 2011)
 
Information et éducation
Accompagnateur nature
Animateur du patrimoine naturel et paysager
Enseignant sciences et vie de la terre
Journaliste nature
Photographe ou illustrateur nature
Responsable d’animation du patrimoine naturel et paysager
 
Préservation du patrimoine
Animateur SAGE, SDAGE et MISE
Contrôleur assainissement
Contrôleur environnement
Garde nature
Ingénieur en biotechnologie de la dépollution
Ouvrier d’exploitation assainissement
Responsable d’exploitation assainissement
Technicien / ouvrier en biotechnologies de la dépollution
Technicien en préservation des milieux aquatiques
 
Production agricole et forestière
Ouvrier d’exploitation agricole ou forestière
Technicien agricole ou forestier en biodiversité
 
Recherche et connaissance
Chargé d’étude en biodiversité
Chargé de mission biodiversité
Chercheur enseignant de la biodiversité
Ingénieur de recherche sur la biodiversité
Technicien de recherche sur la biodiversité

Structuration d’une filière professionnelle du génie écologique

Dans le cadre du Comité stratégique des éco-industries (COSEI), l’un des comités de la conférence nationale de l’industrie, la Direction de l’Eau et de la Biodiversité (DEB) du ministère du développement durable est chargée d’une réflexion sur la structuration de la filière professionnelle du génie écologique.

Les contours de cette filière sont les suivants :

« la filière du génie écologique regroupe les acteurs privés exerçant des activités d’aménagement, de restauration ou de création d’écosystèmes, ainsi que les éventuelles activités de suivi de ces réalisations. Elle comprend les activités de phytoépuration des eaux et de phytoremédiation des sols. Les activités de gestion des milieux naturels effectués dans un cadre public ont été exclues du périmètre, même si elles peuvent permettre de contribuer au développement de la filière du génie écologique par l’acquisition de connaissances, par la mise au point de nouveaux savoir-faire et par des opérations de démonstration ».

La filière est constituée de sociétés d’ingénierie, de maîtres d’œuvre, d‘entreprises de travaux spécialisées et de fournisseurs. Composée d’une multitude d’entreprises de petite taille, ne se connaissant pas forcément entre elles et communiquant de façon dispersée, elle souffre d’un manque de reconnaissance et de visibilité auprès des maîtres d’ouvrage, y compris chez ceux qui souhaitent améliorer la prise en compte de la biodiversité dans leurs activités.
 

Parmi les objectifs de cette filière en structuration figure donc celui d’améliorer sa visibilité en termes de marchés et de compétitivité, en faisant connaître la spécificité de ses métiers.

Sur le site de la direction de l’eau et de la biodiversité les pages : "Le génie écologique, une filière d’avenir"

 

      
Imprimer

Voir aussi

Les métiers de la biodiversité (site public soutenu par le ministère de l'écologie)

Le génie écologique, une filière d'avenir (site du ministère de l'écologie)

Formation à l'adaptation au changement climatique volet Biodiversité - Repères pour les formateurs :
Biodiversité et adaptation au changement climatique - Juillet 2011 (DOC - 62 Ko) (site du ministère de l'écologie)