Les actions en faveur de la protection des mers et de l’Océan

Publié le Mercredi 22 février 2017
Fonds marin et récifs coralliens
Crédits : S. Kerkhofs/Fotolia
Le changement climatique a un impact sur les mers et l’Océan : écosystèmes et biodiversité, population, activités économiques sont touchés par la hausse des températures. Pourtant, ce milieu lui-même est porteur de solutions pour lutter contre ce phénomène. A l’occasion de la Semaine Bleue, organisée par Ségolène Royal, plusieurs séminaires de travail sont organisés pour mettre en œuvre les initiatives en faveur de la protection des mers et de l’Océan. Ils interviennent en amont de la 14e Conférence des Parties à la Convention de Carthagène, qui aura lieu en mars 2017 et de la conférence internationale de l’ONU sur l’Océan en juin.

4 nouvelles initiatives pour les mers et l’Océan

Mardi 22 février

  • Réunion de l’Alliance Océan et Climat (UNESCO)
  • Réunion de travail de la direction interrégionale de la Mer et des directions de la Mer

Mercredi 23 février

  • Séminaire international « Quelles solutions pour la Méditerranée ? » sur la mise en œuvre du Plan Méditerranée

Du 13 au 17 mars

  • 14e Conférence des Parties à la Convention de Carthagène pour la protection et la mise en valeur du milieu marin de la région des Caraïbes

Du 5 au 9 juin

  • Conférence internationale des Nations unies sur l’objectif de développement durable (ODD) 14

 

Publications

Mobilisation de la France pour les mers et l’Océan

Protection des espaces maritimes

Avec 3 ans d’avance, la France a atteint son objectif de placer 20% de ses eaux sous juridiction sous le statut d’aires marines protégées. L’extension de la réserve naturelle des Terres australes et antarctiques françaises (Kerguélen, Crozet, Amsterdam, Saint-Paul) en fera la plus grande réserve marine française, couvrant 672 000 km². 

L’Île de Clipperton est le seul atoll corallien de l’océan Pacifique Tropical Oriental. Son récif corallien de 3,7 km² est le plus grand de la région. La France est responsable de cet écosystème unique au monde. La création de l’aire marine protégée autour de l’atoll de Clipperton protège les milieux de 27 espèces menacées de disparition.

55 000

Hectares de mangroves protégés d’ici 2020 grâce au plan pour la protection des récifs coralliens et des mangroves en outre-mer.

Avec la loi de reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, la France s’est dotée d’un plan pour la protection des récifs coralliens et des mangroves en outre-mer : 55 000 ha de mangroves d’ici 2020 (50% de la couverture nationale) et 75% des récifs coralliens d’ici à 2021 seront protégés.

Au niveau international, la France porte cet engagement au sein de l’Initiative Internationale pour les Récifs Coralliens (ICRI), dont elle assure le secrétariat conjointement avec Madagascar jusqu’en 2018.

Lutte contre les pollutions marines

75% des déchets abandonnés en mer sont en plastique. Les sacs plastique en matière non biodégradable sont utilisés quelques minutes mais mettent plusieurs centaines d’années à se dégrader. Ils sont ingérés par les animaux marins et les oiseaux qui les confondent avec de la nourriture : en tout ce sont plus de 260 espèces qui sont impactées par les déchets plastique. Pour lutter contre cette pollution, depuis le 1er juillet 2016, les sacs en plastique à usage unique ne sont plus distribués aux caisses des magasins. Pour les fruits et légumes, depuis le 1er janvier 2017, seuls les sacs biosourcés et compostables en compostage domestique peuvent être utilisés.

Toutes les secondes, plus de 6 tonnes de déchets sont jetés par dessus bord. En réponse, Barthélémy Dominici a eu l’idée simple de créer « les poubelles de la mer ». Plusieurs centaines de poubelles installées non loin des ports sont déjà en activité. Un exemple à Sainte Maxime.
Cette série de programmes courts intitulée « Les héros du climat » a été initiée par Allain Bougrain Dubourg et France 2, grâce au parrainage d’Engie.

L’Océan, un bien précieux à préserver

L’Océan représente 96% du volume biosphérique, c’est-à-dire du volume de l’ensemble des écosystèmes de la Terre. Cela fait de lui un outil incontournable de la régulation du climat, mais aussi d’atténuation et d’adaptation face aux effets du changement climatique.

50%

de l’oxygène dans l’atmosphère est produit par l’Océan.

Le potentiel économique de ce milieu est également considérable : au-delà des services socio-économiques de première importance qu’il apporte pour l’alimentation, la recherche, la santé, la culture, les loisirs, etc., l’Océan est un levier de croissance et d’activités pour aujourd’hui et demain.

Françoise Gaill, biologiste, directeure émérite au CNR, dévoile les enjeux du réchauffement climatique sur les océans ainsi que le rôle essentiel qu'ils jouent dans la régulation du climat. Les Océans représentent les 2 tiers de la surface de la terre et sont donc déterminants dans l'évolution du climat. Inversement, le changement climatique impacte l'océan et sa biodiversité : les espèces maritimes et humaines (Côtes maritimes). Les océans absorbent 30% des émissions de carbone anthropique et stocke plus de 90% de la chaleur consécutive à l'effet de serre. L'élévation de la température a des conséquences sur la fonte des glaces et donc du niveau de la mer ainsi que sur son acidification due à une absorption supplémentaire de gaz carbonique. Ces phénomènes auront des conséquences sur la biodiversité marine et ses écosystèmes.

Invitée de la conférence nationale sur la transition écologique de la mer et des océans pour la croissance bleue et le climat, organisée par Ségolène Royal le 31 août, elle fait partie des acteurs mobilisés par les questions liées à la mer et au littoral, rassemblés pour partager les enjeux et définir les actions prioritaires à conduire pour la croissance bleue, en vue de la COP21.

L’Océan au cœur des initiatives internationales

Avec le soutien du Pérou et de la plateforme Océan Climat qui rassemble des ONG et des scientifiques, la présidente de la COP21 a placé l’Océan au cœur des négociations internationales sur le climat. Les enjeux de la gestion de l’eau sont désormais pris en compte et inscrits dans le préambule de l’Accord de Paris sur le climat.

Depuis la COP21, la France et ses partenaires ont mis en place de nombreuses coalitions internationales en faveur des mers et de l’Océan :

  • Coalition sacs plastique : lancée avec le soutien du Maroc et de Monaco, cette initiative internationale volontaire a pour objectif de réduire les pollutions par les déchets plastiques ;
  • Coalition contre l’acidification des océans : la France a rejoint cette coalition en mobilisant et soutenant la communauté scientifique :
  • Initiative CREWS : lancée par la France, elle a pour objectif de doter de systèmes d’alerte précoces les Etats vulnérables face aux impacts du changement climatique ;
  • Petites îles durables : initiative internationale en faveur de la gestion durable des territoires insulaires et de leur résilience lancée par la France ;
  • Alliance internationale des initiatives pour l’Océan et le climat : soutenue financièrement par la France et facilitée par la Plateforme Océan-Climat, cette coalition d’acteurs de la société civile a vocation a soutenir l’action des initiatives et coalitions existantes et mettre en œuvre l’Accord de Paris sur les enjeux marins et côtiers.

Retour sur la conférence internationale pour la Méditerranée

S’appuyant sur la dynamique de l’Agenda de l’action né à la COP21, Ségolène Royal a lancé en 2016 l’initiative « Solutions pour la Méditerranée » pour la reconquête des écosystèmes marins. Cette conférence internationale réunit aujourd’hui au Ministère de l’Environnement 200 représentants des 21 pays du pourtour méditerranéen.

A cette occasion Ségolène Royal a annoncé :
- La création en Méditerranée d’une « zone à basses émissions » pour réduire la pollution des navires ;
- La publication le 24 février 2017 au Journal Officiel de la stratégie nationale pour la mer et le littoral qui prévoit l’extension à l’Atlantique du moratoire existant en Méditerranée sur la recherche d’hydrocarbures ;
- La création par la France, avec la Principauté de Monaco, d’un fonds de soutien aux aires marines protégées en Méditerranée, dont les deux premiers projets financés concernent le Parc national d’Al Hoceima au Maroc et l’Aire marine et côtière protégée des îles Kuriat en Tunisie.

La Ministre s’est félicitée de la volonté de l’Espagne de rejoindre le sanctuaire marin Pelagos dans l’objectif d’étendre la protection des cétacés aux côtes espagnoles, discutée lundi 20 février lors du Sommet franco-espagnol.

La Ministre a également rappelé le soutien qu’elle apporte à trois projets de fermes pilotes éoliennes flottantes en Méditerranée à Gruissan, Leucate et Faraman.

Lors du séminaire international Méditerranée, Antoine Blonce a présenté une solutions pratique pour lutter contre les espèces invasives, présentes dans les eaux de ballast des navires.

A l’occasion de la Semaine Bleue, organisée par Ségolène Royal, plusieurs séminaires de travail sont organisés pour mettre en œuvre les initiatives en faveur de la protection des mers et de l’Océan. De son coté, la Fondation Prince Albert II, comme la principauté de Monaco, sont engagées depuis de nombreuses années sur les enjeux environnementaux, notamment avec des actions en faveur de la protection des mers et de l’Océan.