Statistiques du trafic aérien

Publié le Lundi 3 octobre 2016
L'indicateur mensuel du trafic aérien (TendanCiel) et le Bulletin Statistique du trafic aérien commercial rassemblent des données essentielles relatives au trafic aérien.

TendanCiel, l’indicateur mensuel du trafic aérien commercial

L’indicateur mensuel du trafic aérien commercial, TendanCiel, fournit les données du trafic des passagers, des principales liaisons aéroportuaires, les chiffres du pavillon français et du trafic aéroportuaire, ainsi que les retards au départ des vols avec passagers et les mouvements IFR (vols aux instruments) contrôlés.

Le numéro du mois - décembre 2016

Transport de passagers aérien : forte hausse en fin d'année  (+10,1%)

L’effet de rattrapage amorcé en novembre s’accentue en décembre : le nombre de voyageurs transportés est supérieur de +10,1% à celui comptabilisé en décembre 2015. Au final, la progression du trafic annuel français a été de +3,1% en 2016, ce qui la situe en deçà de celle de 2015 (+3,6%), mais au-dessus de la progression moyenne enregistrée sur les quatre dernières années.

Le marché intérieur demeure bien orienté en décembre (+6,0%). Cette progression se vérifie sur l’ensemble des segments et plus particulièrement sur les lignes domestiques ultramarines (+9,7%) et les liaisons transversales métropolitaines (+8,0%). Sur l’année, le trafic national progresse de +3,4% et réalise avec 31 millions de passagers, son meilleur score depuis 2000. En constante augmentation chaque année, la part du trafic intérieur ne desservant pas Paris atteint 34% en 2016.

Après un été et un automne hésitants, le marché international bénéficie pour le second mois consécutif d'un net regain d'activité (+11,3%). Le rebond se propage à l’ensemble des continents qui affichent tous une progression à deux chiffres à l’exception de l’Amérique (+2,8%). Ces derniers bons chiffres permettent d’atteindre sur le fil le seuil des 3% de croissance annuelle. Concernant les principales destinations, l’Espagne (+6,7%) a consolidé en 2016 sa place de premier partenaire aérien au dépend du Royaume-Uni, également très dynamique (+6,6%). Parmi les liaisons ayant manifesté des signes de fragilité cette année, se signalent notamment le Japon (-13,8%) et la Turquie (-14,5%), et également le Brésil (-3,5%), du moins depuis cet automne. Le trafic avec la Tunisie et la Russie (toutes deux à -0,4%) semble en voie de stabilisation.

Côté pavillons, la croissance de décembre (+5,4%) permet aux transporteurs français de tout juste maintenir sur l'année, leur niveau d'activité de 2015 (0,0%). Leurs concurrents, davantage bénéficiaires de l'embellie de décembre (+14,5%) réalisent en décembre un différentiel de croissance s'élevant 8,9 points, écart qui s'établit sur l'ensemble de l'année à 5,6 points en défaveur des acteurs nationaux. En part de marché, l’érosion du pavillon tricolore s'est accentuée en 2016 ; celle-ci demeure plus sensible en passagers (-1,3 point en 2016 contre -0,5 point en 2015) qu’en passagers kilomètres transportés (-0,7 point en 2016 contre -0,3 point en 2015).

Côté aéroports, le regain de croissance en décembre profite aux principales plateformes à l'exception de Beauvais (-0,9%), pour qui 2016 constitue une année des plus sombres (-7,7%). A Paris, décembre (+7,5 %) permet à CDG d’affiche un bilan annuel légèrement positif (+0,3%) ; Orly achève de belle manière (+11,5%) une année bien orientée (+5,3%) où le cap des 30 millions de passagers aura été franchi pour la première fois. En régions, les progressions les plus vives sont enregistrées à Toulouse (+18,5%), Lyon (+15,8%) et Bordeaux (+15,3%). Sur l'ensemble de l'année, Lyon décroche la palme de la plus belle expansion (+9,7%) ; les premiers accessits reviennent à Bordeaux (+8,6%) et Nantes (+8,5%) dont la performance 2016 est d'autant plus remarquable qu'elle vient à la suite d'une série d'années déjà très favorables.

Les indicateurs relatifs au retard se sont très fortement dégradés en décembre : le taux de vols retardés au départ de plus d'un quart d'heure a grimpé à 29,5% (+ 6,5 points), le retard moyen des vols au départ a atteint 17,2 minutes (+4,2 minutes). La situation a été singulièrement tendue les journées des 23, 30 et 31 décembre (qui étaient simultanément des fins de semaine et des veilles de fêtes), dates auxquelles les indicateurs ont affiché des valeurs supérieures à 60% et 40 minutes.

Le nombre de mouvements contrôlés en France métropolitaine a également progressé de manière spectaculaire en décembre (+7,4%). Si le rythme est donné par l’essor des survols (+13,1%), les vols touchant la Métropole (+2,7%) progressent de façon non négligeable. Sur l’ensemble de l’année, tous les types de mouvements ont progressé, y compris les vols domestiques métropolitains pour lesquels il s'agit d'une première depuis 2011.

Le bulletin statistique annuel

Le Bulletin Statistique de la Direction Générale de l'Aviation Civile est élaboré à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens.

Le Bulletin statistique annuel regroupe un ensemble de données relatives au transport aérien en France selon trois chapitres :

  • Les résultats de trafic par liaison ;
  • Le trafic des aéroports ;
  • Le trafic des transporteurs.

Il est élaboré par la Direction générale de l’Aviation civile à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens, conformément à l’arrêté ministériel du 9 février 2012. Les données sont consolidées par la DGAC après harmonisation, analyse par numéro de vol, et éventuelles corrections apportées en concertation avec les services aéroportuaires et/ou les services de l’Aviation civile concernés.