Le réseau d’incubateurs de la GreenTech verte

Publié le Mardi 22 novembre 2016
Le réseau d’incubateurs de la GreenTech verte est ouvert aux start-up dont les projets innovants concourent à la transition écologique (économies d’énergie, énergies renouvelables, stockage de l’énergie et hydrogène, économie circulaire, chimie biosourcée, réseaux électriques intelligents, bâtiments, mobilité) et notamment ceux identifiés grâce aux différents événements créatifs organisés par le ministère : hackathons, concours d’innovateurs…

Le numérique au service de la transition écologique

Les incubateurs sont l'outil majeur de la démarche GreenTech verte. L’initiative a pour ambition de faciliter la transition écologique grâce au numérique. En accompagnant le développement de nouveaux produits et services en faveur de l'environnement, la GreenTech verte représente un formidable potentiel pour notre économie en même temps qu'il facilitera la vie quotidienne.

Les incubateurs de la GreenTech verte, creusets d'innovation à la confluence des technologies numériques et de la transition écologique, ont pour vocation d'accompagner le développement de start-up sélectionnées pour la qualité à la fois de leur projet et de leur équipe. Ils sont conçus comme des dispositifs ouverts pour faire vivre et animer la communauté GreenTech verte, en mettant en synergie tous les acteurs de l'écosystème, aujourd'hui relativement dispersés.

    Le premier incubateur

    Le premier incubateur de la GreenTech verte du ministère a ouvert ses portes le 8 septembre à l’école nationale des ponts et chaussées à Champs-sur-Marne en Île-de-France.

    Il est au coeur d’un écosystème particulièrement porteur avec la présence :

    • De l’incubateur et de la pépinière d’entreprises Paris Descartes.
    • Du plus grand pôle d’enseignement supérieur et de recherche de l’est parisien : l’école d’architecture de la ville et des territoires, l'école de l'innovation technologique de Paris, l’université Paris Est Marne-la-Vallée et l’école nationale des sciences géographiques.
    • Du pôle de compétitivité Advancity, ville et mobilité durables.
    • D’établissements publics du ministère, l'institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux, le centre scientifique et technique du bâtiment et le centre d’étude et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement.

    Les projets incubés disposent d'un espace ouvert de 205 m² au sein de l'école nationale des ponts et chaussées. Il est ouvert 7 jours sur 7 et 24 h sur 24 et comporte plus de 32 postes de travail, une salle de visio-conférence, une salle de réunion, un espace cuisine-convivialité ainsi qu'un espace détente.

    Situé au coeur d'un campus de plus de 2000 étudiants, cet incubateur offre aux projets un accès à de nombreux services proposés par l’école nationale des ponts et chaussées et ses partenaires, comme la bibliothèque, le laboratoire d'informatique Gaspard-Monge, les cursus spécialisés de la d.school (Paris-Est) de Marne-la-Vallée, l'incubateur Descartes…

    La communauté GreenTech verte

    Ce premier incubateur opérera en synergie avec d'autres incubateurs généralistes ou relevant de domaines connexes situés en Île-de-France, avec des pôles de compétitivité et des écoles partenaires.

    Il s'agira aussi de faire le lien avec les incubateurs GreenTech verte régionaux existants ou à créer. Ce fonctionnement distribué permettra de mutualiser et diffuser les ressources au sein du réseau d'incubateurs et de la communauté, par exemple en redifusant en temps réels les ateliers et masterclass organisés en visio-conférence ou via des réseaux sociaux de vidéo-diffusion. Des places pourront être réservées par les start-up dans les autres incubateurs GreenTech verte lors de leurs déplacements.

    Autour de ce réseau d'incubateurs qui maillera à terme l'ensemble du territoire, de nombreux partenaires spécialisés sont approchés pour fournir un continuum d’outils d’accompagnement et de financement adaptés à la maturité et au projet de chaque entreprise. Le terrain fertile des incubateurs GreenTech verte permettra de développer des synergies et des passerelles pour créer un écosystème dynamique au service de la transition écologique. Il constitue un dispositif ouvert pour faire vivre et animer la communauté GreenTech verte sur l’ensemble du territoire.

      Le DataCentre d'Orléans

      L’incubateur d’Orléans, intitulé DataCentre GreenTech verte, est maintenant opérationnel et prêt à accueillir et accompagner les acteurs du numérique œuvrant au service de la transition écologique et énergétique. Sa contribution sera axée sur la science de la donnée environnementale dont le spectre couvert est extrêmement large : de l’état des milieux aux métiers de l’économie verte en passant par les pressions excercées sur les ressources naturelles ou l'exposition aux risques et nuisances. Il complète ainsi l’offre de service déjà abondante du dispositif GreenTech verte du ministère.

      A compter de début 2017, il animera régulièrement des réunions d’échanges sur les données environnementales (data-sessions thématiques).

      Pour stimuler l’innovation autour de la donnée, le DataCentre GreenTech verte s’attachera également à organiser régulièrement des concours de Data-sciences. Le premier se déroulera de mi-décembre à mi-février 2017. Il aura trait à la data-visualisation des données sur les pesticides dans les eaux souterraines.

      Le futur incubateur à Toulouse

      L’ambition de cet incubateur Toulousain est de contribuer tant au fonctionnement du réseau GreenTech verte en coordonnant son offre de service à celle des autres incubateurs qu'à l’animation de l'écosystème Toulousain en privilégiant des thématiques spécifiques à la région sur le thème général des objets connectés au service de la transition énergétique et écologique.

      A cette fin, Météo-France qui souhaite renforcer le pôle innovation et nouvelles technologies de la Météopole s’est entouré de partenaires porteurs de sujets ambitieux, notamment :

      • Enedis qui pilote une initiative baptisée «Smart Occitania» visant à faire de Toulouse un pôle d’excellence dans le domaine des smart-grids et de la transition énergétique ;
      • Continental, équipementier automobile qui développe des outils et services destinés à la voiture connectée et autonome.

      L’animation de l’incubateur de Toulouse devrait également bénéficier des contributions d’autres partenaires : le Cnes, Orange, l’école informatique Epitech, Le Village by CA, la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Occitanie.

      Le projet d’incubateur à Vaulx-en-Velin

      L’école nationale des travaux publics de l'État engage des travaux pour mettre à disposition des lauréats des événements et appels d’offre de la GreenTech verte, dès février 2017, une première tranche de 140 m² de locaux, soit 20 à 30 postes de travail.

      Les projets lauréats

      Destiné aux petites entreprises en création ou créées depuis moins de 36 mois, les appels à projets initiative GreenTech verte ont permis de sélectionner les projets les plus prometteurs.

      Deux projets portés par les élèves d’écoles du ministère ont été retenus à la suite de l'appel à projets GreenTech verte écoles.

      Les hackatons organisés par le ministère ont également permis de dévoiler de nouveaux talents. Les hackatons #CompteurConnect, #Hackbiodiv et #HackRisques ont ainsi permis de sélectionner des lauréats.

      Ces lauréats ont vocation à rejoindre la réseau d’incubateur GreenTech verte.

      Enfin, les start-up qui n'ont pas été retenues ont vocation à participer à la communauté GreenTech verte. L'accès aux incubateurs sera prioritairement réservé aux lauréats des appels à projets et des hackathons, mais pourra également être ouvert, sous conditions, aux start-up de la communauté les plus actives, notamment dans l'apport de contributions (expertises, formations...) :

      • A l'écosystème de l'incubateur et de la communauté GreenTech verte.
      • Aux parties prenantes de la gestion des enjeux du ministère.

      De quel accompagnement bénéficient les start-up ?

      Conçu pour faciliter la transition écologique en tirant tout le potentiel d’innovation du numérique par l’émergence de nouveaux usages et services, l’incubateur du ministère souhaite développer et accélérer les projets retenus par :

      • Un accompagnement financier pour aider à la constitution de fonds propres, notamment grâce à la mobilisation du programme d’investissements d’avenir. Jusqu’à 50000 euros de fonds de préamorçage pour les lauréats de l’appel à projets initiative GreenTech verte qui peuvent intégrer l’incubateur afin de consolider leurs projets.
      • Un soutien du réseau scientifique et technique du ministère pour le mûrissement de la partie environnementale des projets.
      • Un accompagnement général des projets et des entrepreneurs grâce à la mobilisation d’une batterie d’outils : coaching individualisé, speed-dating avec des investisseurs et des grands groupes, design thinking, aide à l’utilisation de données...

      À cette fin, l'incubateur propose un programme de formation et d'accompagnement à destination des équipes, comportant des ateliers collectifs et individuels. Ce programme est proposé par un animateur, qu'il s'agisse des événements propres à l'incubateur ou de formations et d'ateliers assurés hors les murs par des partenaires de la démarche GreenTech verte.

      L’accompagnement proposé au sein même de l'incubateur GreenTech verte se focalise sur l'optimisation et le renforcement de la dimension verte des projets. Pour des expertises adaptées aux besoins spécifiques de chaque projet, les lauréats ont accès à l’ensemble des ressources scientifiques et techniques du ministère. Les services incorporent des outils tels que le bilan carbone, l'analyse de cycle de vie, les méthodes d'écoconception, de l'informatique durable et d'accessibilité web. Enfin, ils ont à leur disposition les données concernant des thématiques variées, comme la production d’énergie, la performance énergétique des bâtiments, les risques naturels et industriels, la biodiversité, la météorologie et les permis de construire. Ils sont également intégrés au réseau du ministère qui comportent les écoles d’ingénieurs, l'IGN, Météo-France, l'Ademe, le Muséum national d’histoire naturelle…

      En ce qui concerne l'accompagnement entrepreneurial, des partenaires extérieurs au ministère, grandes écoles, grands groupes, pôles de compétitivité… sont associés. Ces partenariats permettent aux porteurs de projet de bénéficier de conseils collectifs ou personnalisés dans des domaines aussi divers que le design de produit, le développement d'outils numériques et de sites web ou encore la propriété intellectuelle. Dans ce cadre, les lauréats ont accès à des formations portant sur la méthode du pitch et la communication, le développement commercial et à la négociation, le marketing digital (notamment les approches de type «growth hacking», l'automatisation, les usages des réseaux sociaux, les campagnes de courrier électronique, l'onboarding, les API…), la gestion de projet en start up (méthodes agiles, lean start up, design thinking), les enjeux réglementaires fondamentaux (propriété intellectuelle notamment), les questions de gouvernance (statuts, associés, appartenance à l'économie sociale et solidaire), le recrutement et les aspects financiers tels que les levées de fonds.

      L'accompagnement individuel se matérialise par des chèques prestation conseil offerts aux lauréats, qui leur ouvrent le droit de disposer d'un certains nombre d'heures de service et d'appui personnalisé auprès du réseau scientifique et technique du ministère et des partenaires spécialisés.