Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

L’eau potable en France

20 mars 2013 - Eau et biodiversité
Imprimer

Sommaire :


      

La qualité de l’eau potable et santé

20 mars 2013

En France, chaque habitant consomme, en moyenne, 150 litres d’eau par jour pour ses usages sanitaires et domestiques.



photo eau du robinetL’eau représente 60 % du poids d’un adulte et 75 % de celui d’un nourrisson. Pour compenser ses pertes hydriques, le corps humain doit ingérer quotidiennement de l’ordre de 1,5 litre d’eau.

La réglementation en vigueur

La directive 98/83/CE fixe au niveau européen des exigences à respecter au sujet de la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. Cette directive a été transposée en droit français dans le code de la santé publique, aux articles R. 1321-1 à R. 1321-66.

L’arrêté du 11 janvier 2007 fixe des normes de qualité à respecter pour un certain nombre de substances dans l’eau potable dont le chlore, le calcaire, le plomb, les nitrates, les pesticides et les bactéries.

Les nitrates

Résidus de la vie Analyse chimique de l’eauvégétale, animale et humaine, les nitrates sont présents dans le sol à l’état naturel. Mais ils sont surtout présents en forte concentration dans les lisiers et certains engrais minéraux.

La norme européenne (50 mg/l) a été fixée en fonction des risques encourus par les catégories de population les plus vulnérables (nourrissons et femmes enceintes), sur la base des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Les agences régionales de santé doivent assurer l’information des populations en cas de dépassement des 50 mg/l.

Les pesticides ou produits phytosanitaires

Ces substances chimiques (plus de 300 types dénombrés à ce jour) sont destinées à protéger les végétaux contre les insectes, les champignons ou les adventices, et peuvent pénétrer dans le sol pour atteindre les eaux souterraines ou se déverser directement dans les cours d’eau.

Dans les eaux destinées à la consommation humaine, la norme fixe à 0,1 µg/l la limite de qualité pour chaque type de pesticide et à 0,5 µg/l la limite de qualité pour la concentration totale en pesticides.

La qualité microbiologique

Les normes en vigueur imposent un contrôle strict des germes présents, sachant que certains se trouvent naturellement dans l’intestin de l’homme et des mammifères. Les traitements de clarification et de désinfection permettent de les éliminer efficacement.

Le chlore

Le chlore est un désinfectant utilisé pour l’élimination des germes pathogènes et pour la sécurité sanitaire du transport de l’eau dans les canalisations.

Le chlore utilisé dans l’eau potable ne présente aucun risque sur le plan sanitaire lorsque l’eau potable est de bonne qualité. Pour le confort et l’agrément du consommateur, une teneur en « chlore libre résiduel » limitée est souhaitable.

Le calcaire

La nature géologique des sols traversés par l’eau modifie sa dureté en fonction de sa teneur en calcaire.

Les désagréments sont principalement de l’ordre du confort : entartrage des tuyauteries, sécheresse de la peau causés les eaux dites « dures » (riches en calcaire).

Le plomb

Le plomb est rarement à l’état naturel dans l’eau. En revanche, certaines canalisations des réseaux de distribution et des réseaux intérieurs d’immeubles anciens sont encore en plomb.

La qualité de l’eau, son acidité, sa dureté sa température et son temps de contact avec la canalisation peuvent provoquer une corrosion plus ou moins importante entraînant la dissolution du plomb dans l’eau. Pour cette raison, l’utilisation des canalisations en plomb est aujourd’hui interdite.

Vous pouvez accéder directement aux principaux résultats du contrôle sanitaire réalisé par les services déconcentrés du ministère de la santé dans votre région à l’adresse suivante : www.eaupotable.sante.gouv.fr

      
Imprimer