Stratégie nationale pour la biodiversité

Publié le Vendredi 27 janvier 2017
La stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) est la concrétisation de l’engagement français au titre de la convention sur la diversité biologique. Après une première phase 2004-2010 basée sur des plans d’actions sectoriels, la SNB 2011-2020 vise un engagement plus important des acteurs dans tous les secteurs d’activité, à toutes les échelles territoriales, en métropole et outre-mer. Il s’agit d’atteindre les 20 objectifs fixés pour préserver, restaurer, renforcer, valoriser la biodiversité et en assurer un usage durable et équitable.

Contexte d’élaboration de la stratégie nationale pour la biodiversité

La convention sur la diversité biologique

La Convention sur la diversité biologique (CDB), première convention internationale concernant la biodiversité, a été ouverte à la signature lors du Sommet de la Terre qui s’est tenu à Rio de Janeiro, en 1992. Elle est signée à ce jour par environ 193 pays. La France l’a ratifiée le 1er juillet 1994. La convention sur la diversité biologique reconnaît, pour la première fois, la conservation de la biodiversité comme étant une « préoccupation commune à l’humanité » et une partie intégrante au processus de développement. Elle vise trois objectifs :

  • la conservation de la biodiversité ;
  • l’utilisation durable des espèces et des milieux naturels ;
  • le partage juste et équitable des bénéfices issus de l’utilisation des ressources génétiques.

Elle est à l’origine de l’élaboration de stratégies pour la biodiversité aux niveaux paneuropéen, communautaire et national.

Le plan stratégique 2011-2020 de la Convention sur la diversité biologique et les objectifs d’Aïchi

La dixième Conférence des Parties (COP10) de la convention sur la diversité biologique, qui s’est déroulée à Nagoya en 2010, a abouti à un nouveau plan stratégique, incluant les 20 objectifs d’Aichi pour la biodiversité, détaillés et quantifiés, pour la période 2011-2020,. Ces 20 objectifs ont été approuvés par les 120 ministres et chefs de délégation présents à Nagoya. Citons notamment parmi ces objectifs la suppression d’ici à 2020 des subventions dommageables à la biodiversité ou la création d’un réseau d’espaces protégés représentant au moins 17 % de la surface terrestre et de 10 % de la surface marine. C’est ce cadre international général qui a été converti et adapté en France à travers la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020.

Une stratégie de l’Union européenne pour la biodiversité

L’Union européenne a approuvé une stratégie visant à enrayer la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes dans l’Union européenne (UE) d’ici à 2020. Cette stratégie fait partie intégrante de la stratégie Europe 2020, notamment de l’initiative phare intitulée Une Europe efficace dans l’utilisation des ressources. Cette stratégie européenne a donné une impulsion forte à la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020.

Les principales étapes

  • 1992 – Adoption de la convention pour la diversité biologique (CBD)
  • 1994 – 1re Conférence des parties (COP 1) à Nassau, Bahamas
  • 2000 – Désignation du 22 mai comme Journée mondiale de la biodiversité
  • 2002 – Sommet du développement durable de Johannesburg ; objectif de réduire la perte de la biodiversité à l’horizon 2010 fixé par la communauté internationale
  • 2004 – Adoption par la France de sa Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) 2004-2010, fixant un cadre pour la mise en œuvre en France des recommandations de la CBD
  • 2005 – Lancement des premiers plans d’action de la SNB
  • Mai 2006 – Actualisation de la stratégie européenne pour la biodiversité
  • Début 2009 – Adoption par le gouvernement français de la programmation 2009-2010 des plans d’actions sectoriels de la SNB
  • 2010 – Année de la biodiversité – révision de la SNB
  • 2011 – Adoption de la SNB 2011-2020
  • 2012 – COP 11 à Hyderabad, Inde ; relance du centre d’échange français (CHM) de la CDB
  • 2014 – 5e rapport national à la CDB ; COP 12 à Pyeongchang, République de Corée
  • 2016 – COP 13 à Cancun, Mexique

Les déclinaisons régionales

Les stratégies régionales pour la biodiversité contribuent, comme la stratégie nationale, à l’application du plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et à l’atteinte des objectifs d’Aïchi.

Mise en place dans quelques régions à la suite à l’adoption de la première stratégie nationale pour la biodiversité 2004-2010, les stratégies régionales pour la biodiversité apparaissent dans la loi Grenelle 1 en 2009 (article 23). Avant la réforme territoriale de 2015, près de la moitié des régions de métropole s’étaient dotées d’une stratégie régionale pour la biodiversité et, comme plusieurs collectivités outre-mer, les autres régions mettant en œuvre des politiques et des plans régionaux en faveur de la biodiversité. La mise en œuvre de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (article 8) étend les stratégies régionales pour la biodiversité à l’ensemble du territoire français.

La stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020

Dès 2004, la France marque sa volonté de faire entrer la biodiversité dans le champ de toutes les politiques publiques en adoptant une stratégie nationale pour la biodiversité (SNB 2004-2010). À l’occasion de l’année internationale de la biodiversité en 2010, les enseignements de cette première SNB ont été tirés et la stratégie révisée. Les objectifs du plan stratégique 2011-2020 de la CDB ainsi que ceux de la stratégie européenne ont donné une impulsion forte à la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020. Les 20 objectifs d’Aïchi trouvent leur correspondance dans un ou plusieurs objectifs de la stratégie française.

Pour en savoir plus

Une ambition commune pour vingt objectifs

La stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 fixe pour ambition de « préserver et restaurer, renforcer et valoriser la biodiversité, en assurer l’usage durable et équitable, réussir pour cela l’implication de tous et de tous les secteurs d’activité ». Cela s’entend dans tous les espaces dont la France est responsable, en métropole et en outre-mer, mais également dans les cadres européen et international, là où la France peut contribuer à cette ambition.

La stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 est structurée de façon similaire au plan stratégique de la CDB. Six orientations stratégiques, réparties en vingt objectifs, couvrent tous les domaines d’enjeux pour la société.

  • A – Susciter l’envie d’agir pour la biodiversité
  • B – Préserver le vivant et sa capacité à évoluer
  • C – Investir dans un bien commun, le capital écologique
  • D – Assurer un usage durable et équitable de la biodiversité
  • E – Assurer la cohérence des politiques et l’efficacité de l’action
  • F – Développer, partager, valoriser les connaissances

Une élaboration partenariale

Le texte de la stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) 2011-2020 est le fruit d’une coconstruction multi-acteurs, à travers le comité de révision de la SNB, instance de pilotage, validation, relais et portage institutionnel. Plusieurs instances formelles ont été consultées, telles que le Comité national du développement durable et du Grenelle Environnement et le Conseil économique, social et environnemental. Les résultats d’une consultation du public sur internet ont également été intégrés durant la phase d’élaboration.

Le dispositif d’adhésion et d’engagement volontaire des acteurs

La SNB 2011-2020 met en place un cadre cohérent pour que tous les acteurs, aux différents niveaux territoriaux et dans tous les secteurs d’activités, puissent contribuer sur une base volontaire, en assumant leurs responsabilités.

Dans un premier temps, tous les acteurs (personnes morales) sont invités à signer l’adhésion à la SNB pour concrétiser cette volonté, valoriser et faire connaître la stratégie. On compte près de 500 organismes adhérents, de tous horizons professionnels. Chaque adhérent est ensuite invité à s’engager dans l’action, sur la base de principes d’actions et de gouvernance actés lors de l’élaboration de la stratégie : il s’agit de l’engagement volontaire. L’engagement volontaire se base sur un programme d’actions significatives, allant au-delà du simple respect de la législation, dans un esprit d’amélioration progressive, et proportionnées à la capacité de son porteur. Cet engagement peut être soumis à reconnaissance SNB.

Le dispositif de reconnaissance concerne tout type de personne morale. Chaque année, un appel à reconnaissance SNB est lancé. Les acteurs qui désirent concrétiser leur adhésion peuvent alors déposer leur projet d’engagement volontaire sur une plate-forme dédiée du site internet du ministère. Chaque projet déposé dans les délais est examiné par un binôme d’évaluateurs composé d’un expert mandaté et d’un membre de la commission « engagement des acteurs » issue du Comité national SNB. Ces évaluateurs analysent le dossier à l’aide d’une grille multicritères et vérifient que le projet répond aux dix caractéristiques définies pour qu’un engagement volontaire soit reconnu SNB.

Si l’évaluation du dossier d’engagement est positive, le Comité national lui accorde la reconnaissance SNB. Les engagements reconnus SNB font l’objet d’une valorisation et d’une communication nationale. Leurs porteurs ont le droit de citer la SNB dans toute action de communication se rapportant aux actions concernées par l’engagement pris et peuvent utiliser le visuel Engagement reconnu de la SNB. L’engagement reconnu SNB n’induit pas un soutien financier, mais est reconnu par d’autres acteurs, éventuellement financeurs, comme un gage de qualité.

L’Observatoire national de la biodiversité et les indicateurs

Afin de caractériser l’état de la biodiversité et son évolution, la société a besoin de repères fiables permettant un pilotage efficace des politiques (décideurs et gestionnaires) et un débat démocratique large et constructif (citoyens). Pour cela, des jeux d’indicateurs contribuent à éclairer le débat en amont des décisions d’une part et suivre leurs effets en aval d’autre part.

Porté par la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère, appuyée en particulier par le service de l’observation et des statistiques, le Muséum national d’histoire naturelle et la Fondation pour la recherche sur la biodiversité, l’Observatoire national de la biodiversité (ONB) élabore et publie des indicateurs permettant de suivre les effets de la société sur la biodiversité et sur les interfaces entre la biodiversité et la société. Depuis 2012, il publie ces jeux d’indicateurs à l’occasion de la Journée internationale de la biodiversité, le 22 mai. Ces indicateurs sont mis à jour en continu et complétés régulièrement.

L’Observatoire national de la biodiversité propose des indicateurs adaptés aux différents publics et aux différentes échelles pertinentes. Il contribue à l’appropriation par l’ensemble de la société des enjeux liés à la biodiversité. Il a donc pour missions de :

  • bien comprendre les enjeux et les traduire en questions ;
  • élaborer des jeux d’indicateurs qui apportent des éléments de réponse à ces questions ;
  • les renseigner ;
  • les mettre à disposition de tous, décideurs et gestionnaires, publics et privés, citoyens.

Il assure la production d’indicateurs de suivi des effets des politiques et des comportements sur la biodiversité, qu’il porte à connaissance des acteurs en charge de l’évaluation, du rapportage, de l’expertise, de la communication et de la recherche. Il n’assure pas lui-même ces différentes fonctions. Il organise le choix, la construction et le mode de calcul des indicateurs en veillant à la transparence de ce travail. À ces fins, il s’appuie sur les systèmes d’information existants, en particulier sur le Système d’information sur la nature et les paysages (SINP).

L’Observatoire national de la biodiversité assure en particulier la publication des indicateurs de suivi des effets de la stratégie nationale pour la biodiversité et contribue à renseigner pour la France les indicateurs liés à la stratégie européenne pour la biodiversité, à l’engagement international sur les ressources phytogénétiques de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et à la convention sur la diversité biologique. L’Observatoire contribue au renseignement de plusieurs des indicateurs de suivi de la stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable. Il anime également le réseau national des observatoires de la biodiversité.

Le Centre d’échange d’informations sur la biodiversité en France

Le Centre d’échange de la convention sur la diversité biologique vise à promouvoir la coopération scientifique et technique à tous les niveaux entre les États parties à la convention sur la diversité biologique.

Au niveau national le Centre d’échange français est un portail d’information sur les actions entreprises en France métropolitaine et outre-mer, en relation avec les dispositions de la convention. Il regroupe et diffuse, les informations, les actualités et les liens relatifs à la biodiversité française, particulièrement sur la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la biodiversité, des objectifs d’Aïchi et des programmes thématiques et questions transversales de la convention sur la diversité biologique.

Les engagements de l’État dans la stratégie nationale pour la biodiversité

Les engagements de l’État concernent en particulier la protection des espèces et des espaces naturels (stratégie de création d’aires protégées, plans nationaux d’action pour les espèces, etc.). 

L’évaluation de la stratégie nationale pour la biodiversité

Le Conseil général de l’environnement et du développement durable a réalisé une évaluation du dispositif de mobilisation volontaire des acteurs pour la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la biodiversité. Le rapport de mission de juillet 2015 inclut un état des lieux et des propositions de dynamisation du dispositif. La mise en place de l'Agence française pour la biodiversité (AFB) en 2017 et de ses entités régionales offre un appui à la redynamisation engagée par le ministère.

Les engagements reconnus stratégie nationale pour la biodiversité depuis 2012

En 2015 , 12 lauréats

  • Association / Association syndicale libre des usagers du parc d’activité du Chevalement et groupe AUDDICE : « Intégration de la biodiversité au sein d’une ZAC en activité ». Création d’un maillage écologique cohérent, accepté et partagé pour relier les sites naturels entre eux.
  • Association / France nature environnement Midi-Pyrénées : « Valoriser la biodiversité en Midi-Pyrénées ». Développement d’un réseau d’acteurs pour mener des actions en faveur de la biodiversité : information du grand public, accompagnement des territoires dans le développement de projet respectueux de la biodiversité, mutualisation des compétences pour renforcer l’expertise.
  • Association / CPIE Pays de Serres – Vallée du Lot : « Point info biodiversité et observatoires locaux de la biodiversité ». Création d’un point info biodiversité et mise en place d’observatoires locaux de la biodiversité pour offrir au plus grand nombre les clés d’une meilleure connaissance de l’environnement et des enjeux de préservation.
  • Entreprise / Bouygues construction : « Bâtir en intégrant la biodiversité dans tous ses métiers : le groupe Bouygues construction en action ! ». Développement d’une stratégie transversale pour intégrer la biodiversité à l’ensemble des projets de l’entreprise : dès la conception, jusqu’à la construction et l’exploitation.
  • Entreprise / HOP ! Air France : « Évaluer, valoriser, préserver la biodiversité aéroportuaire ». Mise en place d’un programme d’évaluation et de valorisation de la biodiversité sur 15 plates-formes aéroportuaires.
  • Entreprise / Storengy : « Programme d’actions relatifs à l’engagement volontaire de Storengy ». Amélioration de la biodiversité ordinaire sur les sites de Storengy pour contribuer à la mise en œuvre de la trame verte et bleue.
  • Entreprise / Veolia : « Préserver et restaurer la biodiversité ». Programme visant à réduire l’empreinte des activités de l’entreprise et celles de ses clients sur la nature, et à préserver et restaurer les espèces et leurs habitats.
  • Entreprise / Vicat : « Plan d’action dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité ». Améliorer la prise en compte de la biodiversité dans l’exploitation des carrières de ciment en développant les savoir-faire, en sensibilisant le personnel et en diffusant les bonnes pratiques.
  • Entreprise / Eiffage : « Programme d’actions d’Eiffage SNB 2015-2018 au titre du renouvellement de son engagement dans la stratégie nationale pour la biodiversité ». Prolongement de l’engagement du groupe Eiffage dans la stratégie nationale pour la biodiversité pour pérenniser et approfondir les actions les plus en prise avec les cœurs de métier.
  • Entreprise / African safari parc zoologique : « Préserver et promouvoir la biodiversité locale et nationale, participer à la conversation in-situ et ex-situ ». Programme visant à préserver la biodiversité locale tant sur le site et hors du site et à sensibiliser les visiteurs
  • Établissement public / Muséum national d’histoire naturelle : « Projet d’engagement du Muséum national d’histoire naturelle dans la stratégie nationale pour la biodiversité ». Engagement au travers de deux programmes : une initiative pour développer une culture éthique de la biosphère au sein des équipes et l’opération 65 millions d’observateurs qui vise à faire émerger une culture de la nature dans la société.
  • Établissement public / Groupe Caisse des dépôts : « Programme d’actions du groupe Caisse des dépôts au titre de son engagement dans la stratégie nationale pour la biodiversité ». Accompagner les territoires dans la mise en œuvre de stratégies pour préserver la biodiversité et intégrer celle-ci dans le cœur de métier du groupe Caisse des dépôts.

En 2014, 19 lauréats

  • Association / Apicool : « AbeilleS, une nouvelle entreprise ». Sensibilisation des entreprises à la biodiversité à travers les abeilles et préservation de la diversité des pollinisateurs.
  • Association / CPIE Bocage de l’Avesnois : « Permettre à tout habitant de devenir un acteur engagé pour la biodiversité ». Programme d’actions visant à permettre à tout habitant du territoire de devenir actif dans la connaissance et la protection de la biodiversité, voire de devenir un acteur engagé.
  • Association / CPIE Flandre maritime : « Impliquer les habitants et les acteurs du territoire dans la préservation de la biodiversité par la mise en œuvre d’un point info biodiversité » Création d’un point info biodiversité pour mieux partager la connaissance de la biodiversité avec les collectivités territoriales, les professionnels privés, les habitants et les autres acteurs agissant pour sa préservation.
  • Association / CPIE Villes de l’Artois : « Amélioration de la connaissance naturaliste à l’échelle du Pays d’Artois dans la cadre de la mise en œuvre du schéma régional de cohérence écologique – trame verte et bleue du Nord – Pas-de-Calais ». Réalisation d’inventaires sur les espèces, repères du schéma régional de cohérence écologique et sur leurs milieux, afin de disposer d’un état zéro de leur répartition sur différents secteurs du Pays d’Artois.
  • Association / Fédération départementale des chasseurs de Seine-Maritime (FDC 76) : « Déclaration d’engagement volontaire à la stratégie nationale pour la biodiversité ». Participation à deux programme (Agrifaune76 et Valorisation des zones humides chassées) ayant comme objectif commun de former les acteurs de terrain (chasseurs et agriculteurs) à des pratiques plus respectueuses de leur environnement et de les sensibiliser sur les richesses insoupçonnées de leur territoire.
  • Association / France nature environnement : « Engagement de France nature environnement pour la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 ». Un projet de plan d’engagement sur trois ans pour renforcer sa capacité d’action et ses interventions en faveur de la biodiversité, tout en répondant aux orientations et aux objectifs de la SNB.
  • Collectivité territoriale / Angers Loire Métropole : « Agenda 21 biodiversité ». Mise en place de l’Agenda 21 biodiversité, un programme d’actions pour la période 2014/2020, pour préserver la grande diversité biologique naturelle des espèces végétales présentes sur le territoire.
  • Collectivité territoriale / Communauté d’agglomération Grand Paris Seine ouest (CA GPSO) : « Stratégie de préservation de la nature et de la biodiversité de la CA GPSO ». Présentation du schéma de trame verte et bleue et du plan d’actions 2014-2017.
  • Collectivité territoriale / Communauté de communes Thann-Cernay et Positiv’Energies : « En marche pour une Zone NaThur ». Un projet collectif d’intégration paysagère et de développement de la biodiversité sur la zone industrielle de Vieux-Thann : incitation à l’usage de transports doux (vélo, marche) et alternatifs (covoiturage) et aménagement partiel des sites d’entreprises en faveur d’une biodiversité locale et d’un cadre de vie plus agréable.
  • Collectivité territoriale / Ville de Dunkerque : « Plan biodiversité communal ». Élaboration et mise en œuvre du plan communal en faveur de la biodiversité, en lien avec le plan climat de la ville, qui définit la trame verte et bleue (TVB) du territoire communal ainsi que les axes stratégiques et les actions pour la mise en œuvre de la TVB.
  • Collectivité territoriale / Ville du Havre : « Plan biodiversité de la ville du Havre ». Lancement d’un plan biodiversité avec l’ensemble des acteurs locaux, qui engage la ville sur une période de 5 ans autour de la mise en œuvre de 25 nouvelles actions (meilleure connaissance et préservation de la biodiversité locale, sensibilisation du public…).
  • Entreprise / Domaine du Bois Landry : « Bois Landry biodiversité ». Mise en place d’un mode de gestion forestière original permettant de restaurer, voire diversifier, les habitats d’une forêt d’exploitation tout en confortant son rôle de réservoir de la biodiversité et en assurant une production sylvicole et cynégétique optimale.
  • Entreprise / EDF : « Stratégie nationale pour la biodiversité – Engagement d’EDF 2014-2017 ». Un programme pour contribuer à freiner l’érosion de la biodiversité, autour de trois grands thèmes : faire progresser la connaissance, placer la biodiversité au cœur des activités industrielles dans l’ensemble de leur cycle de vie et lier durablement biodiversité et dynamiques territoriales.
  • Entreprise / Entreprise moderne de terrassement et d’agrégats (EMTA) : « Projet d’engagement en coportage des sociétés EMTA, Occitanis, Seraf, Solicendre et Solitop à la stratégie nationale pour la biodiversité ». Une dynamique globale biodiversité entre cinq filiales d’un groupe pour centraliser la gestion de leurs sites soumis à autorisation et classés pour la protection de l’environnement (ICPE) et permettre un partage des bonnes pratiques, notamment sur les actions suivantes : compenser la consommation d’espaces induite par l’activité de stockage et assurer la continuité écologique sur les sites.
  • Entreprise / La Haie fondue : « La Haie fondue, gîte rural et conservatoire de biodiversité ». Création et gestion d’un site accueillant une collection botanique holarctique (espèces présentes dans les régions froides et tempérées de l’hémisphère Nord) essentiellement arboricole et destinée en outre à la protection de la faune et de la flore sauvages de Thiérache.
  • Entreprise / Lyonnaise des eaux : « Lyonnaise des eaux met en place un vaste plan d’action en faveur de la biodiversité sur la période 2014-2017 ». Une démarche pour structurer et dynamiser les actions d’intégration de la biodiversité (protection et restauration de la biodiversité, sensibilisation des collaborateurs, riverains et autres parties prenantes, aux côtés des collectivités et des partenaires de l’entreprise) dans les activités de l’entreprise, sur tout le territoire français.
  • Entreprise / Suez environnement : « Plan d’engagement de Suez environnement à la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 ». Un projet qui s’articule autour de trois objectifs : promouvoir un cadre d’actions interne favorable à la biodiversité ; intégrer la biodiversité dans les programmes de recherche et d’innovation ; partager la connaissance et contribuer à la sensibilisation des publics. Il sera assorti de la création d’un comité d’experts biodiversité issus du monde associatif et de la recherche.
  • Entreprise / Urba folia : « Renforcement, valorisation et formalisation de la démarche d’Urba folia en faveur de la biodiversité ». Une meilleure prise en compte de la biodiversité lors de la conception de projets paysagers, par la structuration de l’engagement au sein de l’entreprise, la proposition systématique d’aménagements en faveur de la biodiversité adaptés aux problématiques du projet, la sensibilisation des parties prenantes d’un projet (maîtrise d’ouvrage, entreprises de travaux et public).
  • Établissement public / Eau de Paris : « Une stratégie biodiversité pour Eau de Paris ». Mise en œuvre d’ici à 2020 une stratégie de protection, restauration et valorisation de la biodiversité sur l’ensemble des espaces gérés par Eau de Paris et dans toutes ses activités, incluant un fort projet de protection et restauration de la trame verte et bleue.

En 2013, 33 lauréats

  • Association / Association française des ingénieurs écologues (AFIE) : « Promouvoir une ingénierie écologique de qualité ». L’AFIE s’engage à améliorer la prise en compte de la biodiversité en organisation des cafés-débats et des colloques (diffusion de connaissance, de bonnes pratiques et de retours d’expérience), en contribuant aux formations supérieures en écologie et en soutenant la professionnalisation de l’ingénierie écologique (création d’une fédération, charte de compétence…).
  • Association / Comité français de l’UICN : « Projet d’engagement du Comité français de l’UICN pour la mise en œuvre de la nouvelle stratégie nationale pour la biodiversité 2011- 2020 ». Le Comité français de l’UICN, réseau des organismes (56) et des experts (250) de l’Union internationale pour la conservation de la nature en France, a présenté 12 actions phares représentant une contribution nouvelle et majeure aux objectifs de la SNB dans les domaines suivants : politiques de la biodiversité, aires protégées, espèces, gestion des écosystèmes, outre-mer, éducation et communication et coopération internationale.
  • Association / Centre d’initiation à l’environnement urbain Villes de l’Artois : « Impliquer les habitants et les acteurs du territoire du Pays d’Artois dans la préservation de la biodiversité par la sensibilisation et la connaissance des enjeux ». Le projet s’appuie sur la démarche « observatoire local de la biodiversité ». Elle consiste à étudier la faune et la flore à travers des inventaires et suivis naturalistes, d’impliquer le citoyen afin d’approfondir les connaissances et d’impulser une mobilisation en faveur de la préservation de la biodiversité sur le territoire du Pays d’Artois.
  • Association / Noé conservation : « Informer, sensibiliser et impliquer les acteurs des territoires pour préserver la biodiversité de proximité : programme biodiversité urbaine ». Dans le cadre de sa mission sur la biodiversité urbaine (éclairage durable et biodiversité, jardins de Noé…), Noé s’engage à développer les outils permettant aux collectivités d’accueillir et gérer la biodiversité en ville, et d’offrir aux citoyens les services et le bien-être apportés par la nature.
  • Association / Plante & cité : « Préserver et restaurer la biodiversité en milieu urbain et périurbain par l’innovation technique et la diffusion de bonnes pratiques auprès des gestionnaires et aménageurs ». Pante & cité, centre technique national référent sur la nature en ville, qui associe les collectivités territoriales, les entreprises et les établissements de recherche et de formation, s’engage dans la stratégie nationale de la biodiversité à travers trois objectifs : produire et diffuser des connaissances scientifiques et des savoir-faire techniques ; développer et encourager l’innovation pour soutenir la biodiversité en ville ; renforcer des partenariats nationaux et internationaux pour préserver et restaurer la biodiversité.
  • Association / Société d’ornithologie de Polynésie : « Conservation des oiseaux de Polynésie française ». La Société d’ornithologie de Polynésie s’engage à protéger les espèces d’oiseaux endémiques de Polynésie française et leurs habitats. Elle focalise les moyens disponibles sur les 5 espèces en danger critique d’extinction, dont certaines ont moins de 15 couples au monde, en luttant par exemple contre les prédateurs introduits. La Société d’ornithologie de Polynésie s’engage à travailler étroitement avec les communautés locales, les écoles et les pouvoirs publics.
  • Association / Union française des œuvres laïques d’éducation physique (UFOLEP) : « Sport et biodiversité, l’UFOLEP agit ! ». L’UFOLEP s’est engagée dans la stratégie nationale pour la biodiversité. Son objectif, sensibiliser et informer l’ensemble de son réseau aux problématiques liées à la biodiversité tout en créant du lien avec les activités physiques et sportives via un panel de projets. L’une des premières étapes est la constitution d’un groupe de travail interne pour faire remonter les bonnes pratiques de ses clubs et créer des outils adaptés à son public, ainsi que le lancement d’un concours photo Sport et biodiversité dès le 15 février 2014.
  • Association / Union nationale des associations familiales (UNAF) : « Le plan d’engagement de l’Union nationale des associations familiales 2013/2014 ». L’UNAF entend sensibiliser son réseau des URAF et UDAF à la question de la préservation de la biodiversité afin que les familles en tant que premières éducatrices de leurs enfants puissent transmettre cette valeur aux générations futures et montrer ainsi l’exemple par leur engagement. L’UNAF enrichira par un volet biodiversité des thématiques qu’elle investit déjà telles que celle de l’alimentation, de l’eau, de la santé… Elle mettra l’ensemble de ses outils (site internet, portail, journée nationale, Universités des familles…) à contribution et s’appuiera sur un partenariat avec un acteur reconnu du secteur, l’association Humanité et biodiversité.
  • Association / Fédération des parcs naturels régionaux de France (FPNRF) : « La transversalité, un moyen de mobiliser des acteurs variés autour de la biodiversité ». La FPNRF s’engage à animer son réseau sur différents sujets visant à améliorer l’intégration de la biodiversité dans les politiques des territoires, notamment agricoles (notion d’équilibre agri-écologique à travers le concours général agricole des prairies fleuries et des mesures agri-environnementales, corridors écologiques), d’aménagement du territoire et d’urbanisme (séquence éviter, réduire, compenser) et de développement local (traduire concrètement ce que signifie « contribuer à un développement économique du territoire, tout en veillant à protéger les paysages et les patrimoines »).
  • Association / OREE : « La biodiversité, socle commun des acteurs ». OREE, association multi-acteurs, s’appuie sur son expérience et ses actions pour porter avec ses partenaires un projet qui permette de promouvoir la SNB auprès des acteurs de la société et de construire la conciliation qu’imposent la préservation de la biodiversité et les activités humaines et ce, par une double approche : l’intégration de la biodiversité dans la stratégie des acteurs et l’intégration des activités humaines dans le territoire.
  • Collectivité territoriale / Communauté d’agglomération Grand Paris Seine ouest : « Stratégie de préservation de la nature et de la biodiversité de la Communauté d’agglomération Grand Paris Seine ouest ». La Communauté d’agglomération Grand Paris Seine ouest élabore une stratégie d’envergure assortie d’un plan d’actions, l’action phare étant la mise en place d’un schéma de trame verte et bleue selon un processus de coconstruction permettant de rassembler et fédérer un réseau d’acteurs.
  • Collectivité territoriale / Communauté d’agglomération Orléans Val-de-Loire : « Plan biodiversité de la communauté d’agglomération Orléans Val de Loire ». Dans le cadre de son projet de territoire, en lien avec les partenaires et les acteurs du territoire, la Communauté d’agglomération Orléans Val-de-Loire s’est fixée deux axes d’actions prioritaires : définir la trame verte et bleue et proposer des actions pertinentes à l’échelle du territoire communautaire. En interne, les services travailleront sur la sensibilité et la prise en compte de l’impact des pratiques sur la biodiversité.
  • Collectivité territoriale / Établissement public foncier (EPF) Nord – Pas-de-Calais : « Projet d’engagement volontaire de l’EPF Nord – Pas-de-Calais à la stratégie nationale pour la biodiversité ». Faire de la biodiversité une composante à part entière de l’intervention opérationnelle de l’EPF pour le compte des collectivités du Nord – Pas-de-Calais par l’accompagnement des politiques foncières et de leurs opérations et par la réalisation de diagnostics et travaux adaptés.Faire de la biodiversité un support d’échanges et de partenariat.Acculturer l’équipe de l’EPF à la biodiversité et en faire le fil conducteur du projet d’entreprise.
  • Organisation professionnelle / Fédération nationale des travaux publics (FNTP) : « Plan d’action biodiversité 2014-2017 ». À travers son adhésion en 2011 puis son engagement à la stratégie nationale pour la biodiversité, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) veut renforcer la mobilisation de son réseau professionnel et de ses adhérents autour de la préservation de la biodiversité et des écosystèmes. Pour cela, le plan d’action biodiversité 2014-2017 s’articule autour de trois axes :  mobiliser le réseau d’entreprises adhérentes ; faciliter le développement et la diffusion des connaissances ; conforter la prise en compte de la biodiversité dans la filière travaux publics.
    Pour répondre à ces objectifs, 15 actions réparties sur 3 ans seront mises en place afin d’accompagner les entreprises sur le terrain en mobilisant le réseau régional et le réseau métiers de la FNTP.
  • Organisation professionnelle / Syndicat français de l’industrie cimentière (SFIC) : « Plan d’engagement du Syndicat français de l’industrie cimentière 2013-2015 ». L’engagement du SFIC vise à participer à l’information, à la formation et à la sensibilisation de ses adhérents à la biodiversité, promouvoir le développement de la biodiversité sur l’emprise des terrains des cimenteries et concevoir pour ses adhérents un outil de communication sur la biodiversité.
  • Entreprise / CDC biodiversité : « Développer des solutions opérationnelles pour la mise en œuvre de la démarche éviter, réduire, compenser ». L’engagement de CDC biodiversité vise à étendre et améliorer la réparation et la préservation des écosystèmes en contribuant par des mesures de compensation à restaurer et gérer dans la durée des milieux favorables à la biodiversité. Il s’agit de mettre en œuvre concrètement des mesures compensatoires de projets d’aménagement de toute taille et d’en assurer la pérennité conformément aux objectifs et engagements des maîtres d’ouvrage.
  • Entreprise / Ciments Calcia : « Système de management de la biodiversité (SMBio) ». Ciments Calcia déploie un système de management de la biodiversité, appelé SMBio. Ce système, décliné de façon unique et spécifique pour la biodiversité, s’organise suivant une boucle d’actions dans laquelle les étapes successives obéissent à une logique de complémentarité et d’efficacité opérationnelle, dans le respect des règles de validation et d’amélioration continue.
  • Entreprise / Terrena : « Biodiversité : 21 actions pour une nouvelle agriculture ». Terrena a décidé en 2008 d’accompagner ses 22 000 agriculteurs adhérents vers l’agriculture écologiquement intensive (produire plus et mieux avec moins). La biodiversité, véritable réservoir d’intensification écologique, est un axe majeur de travail des équipes de la coopérative. Les 21 actions engagées par Terrena dans son programme SNB permettent de donner une cohérence aux décideurs, salariés et adhérents sur cet enjeu mondial de première importance.
  • Entreprise / François-tourisme-consultants : « Le programme Ecorismo pour la biodiversité dans le secteur du tourisme ». Ce programme propose au secteur du tourisme et de l’hôtellerie-camping-restauration des outils et solutions structurants. L’objectif est à la fois de sensibiliser les acteurs touristiques à la diversité du vivant et de leur permettre d’agir à leur niveau. Parmi les actions prévues : club Ecorismo pour la biodiversité, forums Biorismo, label Biorismo pour valoriser, d’une part, les solutions en biodiversité pour le tourisme et l’hôtellerie-restauration et, d’autre part, les organisations et entreprises engagées dans ce sens.
  • Entreprise / GrDF : « Biodiversité : une démarche ancrée dans le cœur de métier de GrDF ». Le projet d’engagement de GrDF s’inscrit dans la continuité des actions initiées depuis 2009 qui visent à : soutenir des actions de préservation ou de restauration de la biodiversité grâce à des partenariats et du mécénat ; intégrer la préservation de la biodiversité dans les activités de GrDF lors des phases de travaux sur le réseau de gaz naturel ; sensibiliser les salariés au développement durable, avec un volet biodiversité.
  • Entreprise / GRTgaz : « Faire du réseau de GRTgaz un maillage de continuités écologiques ». La gestion écologique des bandes de servitude qui recouvrent les canalisations du réseau de transport présente un intérêt majeur pour faciliter le déplacement des espèces et créer de véritables corridors écologiques. L’engagement de GRTgaz consiste à favoriser les continuités écologiques, notamment en appliquant une gestion différenciée sur les bandes de servitude. Il concerne également la volonté de piloter en interne la préservation de la biodiversité dans une logique d’amélioration continue.
  • Entreprise / Holcim (France) SAS : « Programme d’engagement d’Holcim France à la stratégie nationale pour la biodiversité ». L’engagement d’Holcim France a pour but de faire germer une véritable culture de la biodiversité au sein de l’entreprise, que ce soit au niveau des hommes ou de l’organisation. Il s’articule autour de trois grands thèmes complémentaires : mobiliser et susciter l’envie d’agir, agir concrètement sur le terrain, faire évoluer le système de management et de décision.
  • Entreprise / Les Mazures : « Les Mazures, maison d’hôtes éco-responsable ». La maison d’hôtes Les Mazures, engagée depuis son ouverture en 2010 dans une série d’actions en faveur de la biodiversité, poursuit aujourd’hui l’objectif, avec l’aide de ses partenaires, de devenir un véritable observatoire et laboratoire du tourisme de demain en lien avec le tissu social et local.
  • Entreprise / Safege : « L’engagement de Safege à la SNB : Améliorer la prise en compte de la biodiversité dans l’aménagement du territoire ». L’engagement de SAFEGE est, d’une part, une intégration systémique de la biodiversité dans l’ensemble des métiers et des activités et, d’autre part, un effort accru en matière de R&D et de développement méthodologique et technique par et pour la biodiversité dans les territoires. Safege s’engage ainsi à développer son accompagnement des acteurs publics et privés dans leur prise en compte et la valorisation de la biodiversité, mais également à sensibiliser ses clients et ses employés en France et à l’international.
  • Entreprise / Séché environnement : « La politique biodiversité au cœur de la stratégie d’entreprise ». Pour Séché environnement, dont le cœur de métier est la valorisation des déchets, l’engagement à la SNB est une opportunité de présenter et de consolider son travail de préservation de la biodiversité initié il y a 20 ans sur son site historique de Changé (53), et de déployer ses actions à l’échelle plus large du groupe avec l’ensemble de ses parties prenantes.
  • Entreprise / SITA France : « Plan d’engagement de SITA France à la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 ». L’engagement de SITA France s’articule autour de trois objectifs principaux que sont le développement d’outils pour une meilleure prise en compte de la biodiversité à toutes les étapes des projets, l’amélioration de l’intégration des sites dans leur environnement et la sensibilisation, l’information et l’implication de l’ensemble des collaborateurs et des parties prenantes externes de SITA France. Ces trois grands objectifs, d’ores et déjà transcrits dans les actions de SITA France depuis 2006, s’inscrivent désormais dans la durée au sein d’une stratégie d’actions formalisée et au cœur de l’activité de l’entreprise pour la période 2013-2015 et déclinée en 13 actions.
  • Entreprise / STB matériaux carrières de sables : « Application à l’échelle d’une PME familiale exploitante de carrières de la stratégie nationale pour la biodiversité ». L’engagement de STB matériaux se résume en un triptyque : se rapprocher des naturalistes, des scientifiques, des gestionnaires d’espaces naturels, des collectivités… afin de mutualiser les connaissances, agir en portant des projets de préservation de la biodiversité et en participant à des actions naturalistes, transmettre les connaissances et le savoir-faire acquis, notamment auprès de l’interprofession et du public. Une attention particulière est portée aux pollinisateurs sauvages, leurs milieux et leurs ressources alimentaires.
  • Entreprise / Transport et infrastructures Gaz France (TIGF) : « Engagement de TIGF à la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 ». L’engagement de TIGF vise à éviter et réduire les effets négatifs des travaux de construction de gazoducs sur l’environnement, à contribuer à l’amélioration et au partage des connaissances sur le patrimoine naturel régional, à préserver les milieux exceptionnels et restaurer les écosystèmes dégradés et à promouvoir une culture partagée ainsi que des comportements plus vertueux.
  • Entreprise / Vertdéco : « Devenir jardinier, développeur de biodiversité ». Vertdéco a engagé un projet de 3 ans d’intégration de la biodiversité dans sa culture d’entreprise du paysage, afin de devenir jardinier, développeur de biodiversité. Il s’agit de faire évoluer l’éthique de l’entreprise, son métier et ses services : son éthique pour qu’elle serve la biodiversité, son métier pour qu’il comprenne, en plus du végétal, l’animal urbain et ses services pour qu’ils contribuent activement à l’étalement du vivant en ville. L’objectif de Vertdéco est de servir par la même action ses clients et la durabilité de la planète. Avant tout jardinier, et tous développeurs de biodiversité !
  • Établissement public / Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) : « Engagement volontaire d’Irstea dans la stratégie nationale de la biodiversité ». L’engagement d’Irstea dans la SNB s’appuie sur des mesures concrètes pour ses 9 centres : inventaire et préservation de la faune et flore, labellisation des sites en refuge LPO, gestion des déchets verts… Au-delà de cet engagement quotidien, la biodiversité représente un sujet de recherche important au sein de l’Institut (biodiversité et gestion forestière, qualité des cours d’eau…). En valorisant ses recherches auprès des différents acteurs publics et privés et en les partageant avec le grand public, Irstea renforce encore son engagement.
  • Établissement public / Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) : « Projet d’engagement de l’ONCFS et de la SNB : gestion des espèces exotiques envahissantes et appui à l’équilibre sylvo-cynégétique ». Le projet s’articule autour de deux axes. Le premier concerne la gestion des espèces exotiques envahissantes et se décline en trois grandes actions : coordination au niveau national, déclinaison au niveau local (exemple du bassin de la Loire), et application aux spécificités de l’outre-mer. Le second s’intéresse à l’équilibre forêt-gibier, avec un volet recherche et développement d’outils et un volet d’appui à la gestion intégrée (projet Sylvafaune).
  • Établissement public / Office national des forêts (ONF) : « L’engagement 2013-2016 de l’Office national des forêts : des actions dédiées à la biodiversité dans une politique globale de gestion durable et multifonctionnelle des forêts publiques ». En cohérence avec le contrat d’objectifs et de performance 2012-2016 entre l’État, l’ONF et la Fédération nationale des communes forestières, l’ONF engage des actions volontaires, partenariales et exemplaires de prise en compte de la biodiversité dans la gestion durable et multifonctionnelle conduite dans les forêts publiques françaises (4,7 millions d’hectares en métropole et près de 6 millions d’hectares dans les DOM).
  • Établissement public / Parcs nationaux de France (PNF) : « Engagement du réseau des parcs nationaux de France dans la stratégie nationale pour la biodiversité ». L’engagement de Parcs nationaux de France est constitué par l’assemblage de 21 projets, à raison de deux par parc national, qui permettent de mettre en valeur des actions particulièrement emblématiques, originales, exemplaires ou innovantes des dix parcs nationaux et de PNF.

En 2012, 22 lauréats

  • GONDWANA / GECINA : « Intégrer la biodiversité à la gestion immobilière : l’élaboration de la stratégie de Gecina pour son patrimoine comme référence et le centre commercial Beaugrenelle comme exemple concret d’innovation ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtrem
  • EIFFAGE : « Contribution d’EIFFAGE à la Stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtr2f
  • EUROVIA : « Projet d’engagement EUROVIA ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtr46
  • Union nationale des CPIE : « Impliquer les habitants et les acteurs des territoires dans la préservation de la biodiversité par la sensibilisation et la connaissance des enjeux ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtrj5
  • LVMH : « Améliorer, de l’amont à l’aval, l’empreinte des activités de LVMH sur la biodiversité, avec l’ambition d’avoir des retombées positives sur celle-ci ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvuglc
  • Ville de Rezé : « Préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources ».
  • Réserves naturelles de France : « Vers un guide méthodologique dématérialisé ».
  • RTE gestionnaire du réseau de transport d’électricité : « Engagement de Réseau de transport d’électricité à la Stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtrie
  • VINCI : « L’engagement VINCI (2012-2015) ».
  • GDF Suez : « Renforcer l’engagement du groupe pour l’intégration de la biodiversité dans la gestion des sites industriels et le déploiement de plans d’action sur ses sites sensibles ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtr61
  • Entreprises pour l’environnement (EPE) : « Projet d’engagement de l’association EpE (entreprises pour l’environnement) à la stratégie nationale de biodiversité ».
  • Union nationale des producteurs de granulats (UNPG) : « Engagement de l’UNPG à la stratégie nationale pour la biodiversité »
    Durée de la reconnaissance de l’engagement. Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtrjx
  • GSM : « Système de management de la biodiversité GSM ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtrh1
  • CEMEX : « Projet d’engagement de CEMEX ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtqt9
  • Ciments Calcia : « Système de management de la biodiversité Ciments Calcia ». Pour en savoir plus : http://www.dailymotion.com/video/xvtqyb
  • DTP Terrassement – Bouygues construction : « Biositiv ».
  • Lafarge : « Engagement Lafarge pour la biodiversité – SNB 2011-2020 »
  • Ligue de protection des oiseaux (LPO) : « La LPO : des actions pour la faune sauvage, la nature et la biodiversité ».
  • MEDEF : « Plan d’engagement du MEDEF à la SNB ».
  • Humanité et biodiversité : « Humanité et biodiversité : un programme d’actions pour la SNB 2011-2020 ».
  • Confédération française démocratique du travail (CFDT) : « Plan d’action de la CFDT pour la biodiversité »
  • Communauté d’agglomération Grand Paris Seine ouest : « Présentation de la stratégie de préservation de la nature et de la biodiversité de la CA GPSO ».